Dissensions entre Nasrallah et Soleimani, combats fratricides©

4
3015

Les dissensions  se creusent entre l’allié de l’Iran Nasrallah et le général Soleimani

Exclusif : après avoir longtemps servi les objectifs expansionnistes de l’Iran chiite, les liens étroits entre le Hezbollah d’Hassan Nasrallah et le général Soleimani sont sur des charbons ardents, après que le chef Libanais a fortement décrié les tactiques employées par le général iranien en Syrie. La rupture soudaine entre le groupe supplétif le plus dévoué à l’Iran et son chef, commandant des opérations militaires iraniennes au Moyen-Orient, a eu l’effet d’une tempête au sein du monde chiite. Elle a également mis en déroute d’autres milices chiites combattant sous le commandement de Soleimani en Syrie, dont certaines s’affrontent à l’armée du régime Assad dans la province de Deir Ez Zor (à AlbuKamal), avec des morts des deux côtés.

DEBKAfile révèle certaines des mesures provocantes prises par Nasrallah ces dernières semaines :

  1. Sans dire un mot au général iranien, il a ramené du front syrien au Liban environ 5 000 miliciens du Hezbollah, privant Soleimani de plus de la moitié de la force de combat compétente à sa disposition en Syrie. Les miliciens pakistanais et irakiens n’ont jamais été à la hauteur des normes de combat du Hezbollah.
  2. Nasrallah a ignoré les ordres de Soleimani d’envoyer en Syrie au moins la moitié de la force du Hezbollah qu’il a renvoyée chez lui (environ 2500 hommes).
  3. Le général iranien s’est alors tourné vers Téhéran en utilisant la carte de l’influence des gardiens de la révolution et des hauts gradés du régime sur Nasrallah. Ils ont tenté de le cajoler en affirmant que, après avoir mené tant de batailles cruciales dans la guerre syrienne, il ne devait pas déserter le champ de bataille lorsque la dernière campagne est en cours à Idlib. Nasrallah a, unenouvelle fois, refusé de respecter la ligne iranienne.
  4. Le mois dernier, lors de réunions à huis clos avec de hauts responsables et des commandants du Hezbollah, nos sources ont rapporté que Nasrallah avait émis une série de plaintes contre les tactiques de Soleimani en Syrie. Il a reproché la décision du général de disperser un grand nombre de bases des milices Al Qods et chiites commandées par le CGR à travers le pays, affirmant que la puissance aérienne israélienne massive les réduirait bientôt en poussière. Il s’est également plaint de la qualité inférieure (par rapport au Hezbollah) des milices chiites dont dépend Soleimani et a déclaré qu’elles n’étaient pas fiables au combat.
  5. Depuis la rupture entre Nasrallah et Soleimani, ces chefs de milices ont fait entendre leurs propres plaintes, principalement en raison du mauvais traitement qu’ils reçoivent du général iranien, qui émet des diktats et s’attend à une obéissance inconditionnelle comme seule forme de communication. Certains passent maintenant derrière le dos du commandant iranien pour adresser leurs messages à Nasrallah à Beyrouth, en espérant qu’il les transmettent à Téhéran.
    Les liens distendus entre le chef de la principale milice supplétive, Nasrallah et son principal stratège au Moyen-Orient, Soleimani sont apparus ces deux dernières semaines, lorsque le ministre iranien de la Défense Amir Hatami et le ministre des Affaires étrangères Muhammed Javad Zarif ont effectué des visites à Damas et ont évité de faire le détour par Beyrouth et de prendre contact avec les dirigeants du Hezbollah. Nos sources militaires révèlent également que le retrait des troupes du Hezbollah de la plus grande partie de l’est de la Syrie au Liban a été le catalyseur de violents combats entre les milices chiites de Soleimani et les contingents syriens, principalement dans les régions de Deir ez-Zour et d’Abu Kamal. Dans les combats qui ont éclaté le 8 août – et sont toujours en cours – les deux camps utilisent l’artillerie, des mortiers, des mitrailleuses lourdes et des armes de poing automatiques. Les deux ont inévitablement subi de lourdes pertes en vies humaines et des blessés. Pour tenter de freiner la catastrophe en cours, Le haut commandement russe en Syrie a agi, dans la seconde moitié du mois d’août, en déployant des policiers militaires russes sur les ponts de l’Euphrate pour tenter de séparer les forces en guerre dans les deux zones en difficulté. Ces mêmes policiers militaires avaient à l’origine été affectés à huit postes à la frontière syro-israélienne en face du Golan.

   ,  ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Rupture between Iran’s top ally Nasrallah and its top general Soleimani

4 COMMENTS

  1. On peut lire la chose autrement…
    La guerre en Syrie est gagné par B. Al Assad; les troupes vont donc être re-dispatché afin de rééquilibré les troupes pour les coups suivants. Nos deux compères (nazrallah et souleiman) servent le même maitre et ont les mêmes objectifs…
    La réouverture de la frontière jordanno-syrienne et le repli stratégique de 5000 hommes aguerris aux frontière nord de l’État d’Israël sont pourtant évident pour n’importe quel stratège; Intégrer ces guerriers (car ils sont sanguinaires et habitués à l’horreur de 7 ans de massacres) à diverses unités ça va permettre une rigueur militaire qui sera “bénéfique” aux petits soldats de base sur le terrain (déjà bon et con en 2006) …
    Ne savez vous pas lire dans le théâtre Arabo- perse? Du théâtre entre deux grands officiers pour essayer de cacher leur vrai jeu…
    Si des Citoyens Israéliens lisent mon post; préparez vous à être ferme et sans pitié car ce n’est pas une rue de Cisjordanie désarmée ou la play station du salon qui prend poste devant le golan… Prions que bibi trouve la route de l’équilibre et de la paix car le petit peuple n’a pas besoin de connaitre une sauvagerie de plus… Hélas perso je n’y crois pas au miracle Bibi… Le seul qui sache faire des miracle c’est D…….

    • Et c’est pour s’aguerrir d’autant plus qu’ils s’entretuent à AlBukamal entre troupes d’Assad et milices irako-iraniennes? Juste pour voir si un cul-de-jatte conséquence d’un mauvais coup de mortier, court plus vite sur le champ de bataille? C’est de la haute-stratégie? Que d’autres batailles se préparent, c’est quasi-certain, la question est celle de l’unité des fronts en vue d’y parvenir. Ici, il y a des indicateurs, aussi, que toute guerre se solde par un butin et que les parties en lice ne sont pas contentes du partage des “bénéfices”, quand il y en a, sauf à reprendre un terrain perdu face à la rébellion. L’Iran est, par contre, largement bénéficiaire, même malgré les frappes israéliennes, à ce stade.

      • Comprendre le théâtre arabo perse n’est pas abordable pour les yeux et la logiques des occidentaux…Je sais, et c’est hélas la grande misère de nos peuples. Les arabes et les perse entretiennent la mémoire et sont affreusement patient à la guerre. J’en ai même vu qui se comparaient au chameau… Regardez un chameau, ça tient affreusement longtemps, c’est solide et au final c’est noble dans son dernier souffle.
        MAIS Oui marc, quand on en est au butin c’est que justement qu’on a prit le terrain. Les chefs de guerre Nasrallah et Soulemani ont surement des perceptions différentes pour piller les zones soumises;c’est effectivement fort probable… Mais une chose est sure marc c’est qu’ils sont aux ordres stricts des mêmes guides et que leurs convictions à terme sont exactement les mêmes. Et oui marc et je vous l’assure soulemani est un chef de guerre intelligent et très dangereux pour ses ennemis. Ensuite le sens de la vie chez un homme du moyen orient n’est pas le même que celui des occidentaux; alors vous savez un cul de jatte de plus ou de moins au point ou ils en sont est finalement très secondaire pour eux. Les gens avec qui Trump et Bibi vont entrer en guerre sont des musulmans qui trouvent une fierté à donner leur vie pour la cause; le butin deviendra très secondaire lors de leur cohésion durant le combat…Trouver des gens comme ça chez nos soldat aujourd’hui est impossible. En ça la guerre par proxy était merveilleusement pratique. SINON Faire des bombardements du Liban sur des zones en Syrie n’est pas la bonne stratégie car après Idlib si on ne réagit pas vite la réponse va être infernale! En effet pour bachar al assad l’objectif sera ensuite le Golan…Il veut réunir la syrie et pour lui le golan sera le début de la contre attaque! Les chemins de la paix sont toujours possibles mais aux vues de vos actuelles visions je m’abstiendrai de m’étendre là dessus… Le Judaïsme Depuis plus de 4000 ans a survécu à tout, il survivra aussi à ces temps de violence…. C’est juste triste de voir des gens qui veulent marcher dans le judaisme et qui hélas se mettent à marcher vers la guerre… juste triste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.