Devarim ou Michné Torah: la répétition de la Torah

1
393

Voici les paroles que Moise a adressées à tout Israël de l’autre côté du Jourdain. ” (Deutéronome, I, I)

Avec cette SIDRA, nous abordons le cinquième et dernier livre de la Torah. qui présente une particularité que nous voudrions signaler dès l’abord :

ce livre est presque entièrement constitué par un seul grand discours prononcé par Moïse avant sa mort, aux portes mêmes de la Terre promise.

Dans ce long exposé, Moise a répété un certain nombre de lois de la Torah – dont les Dix commandements. Mais il a tenu aussi à rappeler plusieurs épisodes importants de l’histoire du peuple d’Israël depuis la sortie d’Egypte.

Pourquoi Moïse a-t-il jugé bon de haranguer si longuement le peuple d’Israël avant sa mort et, surtout, de reprendre une deuxième fois un grand nombre de lois ?

Certes il y a le fait, tout d’abord, que l’on était maintenant quarante ans après la sortie d’Egypte et la Révélation.

Toute une génération était morte pendant la traversée du désert. Ceux qui s’apprêtaient actuellement à franchir le Jourdain étaient les enfants de ceux qui avaient écouté les mauvais conseils des explorateurs. II était donc indiqué qu’on leur rappelât les lois essentielles de la Torah qu’il avaient eu le temps d’oublier entre temps.

Mais, en réalité, il y a bien plus. Avant de quitter pour toujours ce peuple qu’il avait mené dans de si dures conditions, Moïse veut lui donner, en passant, une dernière leçon.

Il tient à lui faire comprendre que la parole de Dieu est si vaste qu’on ne la possède jamais suffisamment, qu’il faut toujours et encore l’étudier à nouveau pour mieux la saisir et l’approfondir. Jamais on ne peut dire qu’on la connaît complètement.

Voyez Moïse; il avait appris la Torah de Dieu lui-même sur le Mont Sinaï, il l’avait enseignée tant et tant de fois au peuple pendant son séjour dans le désert.

Qui donc mieux que lui pouvait se vanter de connaître véritablement le message divin ?

Et pourtant, à la veille de sa mort, il a tenu à répéter la parole de Dieu comme pour mieux s’en pénétrer encore et en dégager l’essence.

Combien plus, devons-nous, de notre côté, étudier et répéter continuellement le message de Dieu pour être à même d’en faire véritablement le guide de toute notre existence.

LE RABBIN JEAN SCHWARZ

 

1 COMMENT

  1. Devarim ou Michné Torah: la répétition de la Torah
    Si, il est vrai que ce Roueau de la Torah est un long discours que Moïse adresse aux Hébreux qui vont traverser le Jourdain, sans lui ; Moïse nous adresse une mise en garde dans la section Ki-tavo, chapitre 28, versets 15 à 69 où il interdit sous peine de malédictions de modifier son Enseignement, c’est-à-dire la Torah un seul Yod, sous peine de subir la cascade de malédictions annoncées.
    Or, la Torah subie 5 modifications effectuées en l’an 398 avant notre ère par le scribe Ezra conformément aux A !ordres reçus de son Maître le roi Perse. Depuis ce moment les souffrances, persécutions en cascade pleuvent sur le peuple Juif. De plus cette réforme coupe le judaïsme de son histoire Patriarcale et des prières de l’Amida.

    SI LE RABBIN JEAN SCHWARZ EST SINCERE, IL DEVRAIT LUTTER POUR SUPPRIMER LA REFORME SCELERATE DU SCRIBE EZRA !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.