Des postes de veille américains contre l’armée turque en Syrie

0
651

Mattis ordonne aux troupes américaines d’établir des postes d’observation dans le nord de la Syrie

Le secrétaire américain à la Défense, James N. Mattis, s'exprimant devant des journalistes au Pentagone à Washington, DC, le 21 novembre 2018. (photo du DoD / Amber I. Smith)
Le secrétaire américain à la Défense, James N. Mattis, s’exprimant devant desjournalistes au Pentagone à Washington, DC, le 21 novembre 2018. (photo du DoD / Amber I. Smith)

Le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a ordonné aux troupes américaines de créer des postes d’observation dans le nord de la Syrie, avec un double objectif : avertir la Turquie de menaces et empêcher l’armée turque d’attaquer les forces de l’opposition soutenues par les États-Unis.

Lors d’une session informelle avec les journalistes du Pentagone mercredi dernier, Mattis a déclaré que le personnel des postes d’observation proviendrait des quelque 2 000 soldats américains déjà déployés en Syrie en train d’entraîner, conseiller et assister des missions et qu’il ne serait pas nécessaire d’engager des forces supplémentaires.

“Nous installons des postes d’observation à plusieurs endroits le long de la frontière syrienne septentrionale parce que nous voulons être ceux qui appellent les Turcs et les avertissent si nous voyons quelque chose se produire à partir d’une zone dans laquelle nous opérons”, a déclaré Mattis, se référant aux troupes américaines travaillant avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) pour éliminer les derniers vestiges de l’État islamique en Syrie, autour de la ville d’Al-Tanf et de la Vallée de l’Euphrate, près de la frontière irakienne.

“Nous allons traquer toute menace que nous pouvons détecter en Turquie”, a-t-il déclaré. “Cela signifie que nous parlerons à l’armée turque de l’autre côté de la frontière.”

Mais il a également reconnu que les postes d’observation donneraient une certaine protection au FDS. “L’objectif est de veiller à ce que les personnes que nous combattons dans le MERV [vallée de l’Euphrate moyen] ne soient pas entraînées en dehors de cette lutte et que nous puissions écraser ce qui reste du califat islamique”, a déclaré Mattis.

L’armée turque a parfois bombardé le FDS. Le mois dernier, le FDS a mis fin aux offensives à partir dAl-Tanf et dans la province de Deir Ez Zor, craignant que la Turquie n’attaque contre des éléments du groupe à Manbij, à la frontière turque. Les États-Unis ont commencé des patrouilles conjointes à Manbij avec les Turcs pour apaiser les tensions.

La Turquie a affirmé que les YPG (unités de protection du peuple) kurdes, considérées comme la force de combat la plus efficace au sein du FDS, sont liées au PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), qualifié d’organisation terroriste par la Turquie et les États-Unis.

Mattis a déclaré que les Turcs “n’aiment pas notre relation” avec les YPG. “Je comprends d’où cela vient. Mais, pour notre part, nous ne disons pas que les YPG sont identiques au PKK.”

Les préoccupations de la Turquie concernant les YPG détournent également l’attention du FDS de la dernière offensive contre Daesh, a déclaré Mattis.

Il a ajouté que les FDS avaient perdu des milliers de soldats dans le but de chasser l’Etat islamique de la région, mais qu’ils “ont été distraits par l’instabilité autour d’Afrin et de Manbij, et qu’ils ne sont donc pas restés totalement concentrés”.

– Richard Sisk peut être contacté à Richard.Sisk@Military.com 

military.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.