Un photographe capture des images rares de la vie juive en Iran et s’enfuit craignant pour sa sécurité

Hassan Sarbakhshian a passé près de deux ans parmi les communautés juives d’Iran, mais lorsqu’il a soumis le livre au ministère iranien de la Culture pour publication, il s’est heurté à la culture antisioniste omniprésente du pays.

Lorsque l’ancien photographe d’Associated Press Hassan Sarbakhshian a passé près de deux ans entre 2006 et 2008 parmi les communautés juives d’Iran, voici quelques-unes des images qu’il a recueillies pour un projet de livre. Les photographies offrent un aperçu rare de l’intérieur des maisons juives, des synagogues et d’autres espaces, que la communauté juive garde normalement assez fermés aux étrangers.

La cuisine d’un restaurant casher à Ispahan
( Photo: Hassan Sarbakhsian )
En Iran, une nation dont le gouvernement post-révolutionnaire de 1979 appelle régulièrement à la destruction violente d’Israël, les Juifs sont autorisés à pratiquer leur religion librement et à ressentir un lien fort avec leur pays. Il y a un représentant juif permanent au parlement.

Mais lorsque Sarbakhshian a soumis le livre au ministère iranien de la Culture pour publication, il s’est heurté à la culture antisioniste omniprésente du pays.

Le ministère a fait valoir qu’il était un agent d’Israël promouvant des valeurs anti-islamiques. Ils l’ont forcé à ne plus travailler pour l’AP et il a fini par craindre pour sa sécurité et celle de sa femme. Lui et sa femme, Parvaneh Vahidmanesh, journaliste et militante des droits de l’homme impliquée dans le projet, ont déménagé en Virginie.

Près de 15 ans après avoir pris ses dernières photos pour le livre, qui sera finalement publié mardi par Penn State University Press, Sarbakhshian qualifie toujours le projet qui a conduit à l’épreuve de l’une des meilleures expériences de sa vie.

« Nous avons voyagé dans plus de 15 villes en bus avec [les Juifs iraniens]. Nous avons ri avec eux, nous avons mangé avec eux. Nous vivions avec eux, en fait », a-t-il déclaré.

Un magasin de tapis juif dans le Grand Bazar de Téhéran
( Photo: Hassan Sarbakhsian )
En 2020, il y avait 9 000 Juifs vivant en Iran. On est loin du pic de population juive d’avant la révolution d’environ 100 000 personnes, mais le pays abrite toujours la deuxième plus grande population juive du Moyen-Orient après Israël. Certaines des photos de Sarbakhshian semblent presque avoir été prises dans une banlieue américaine : des enfants jouant au football, des gens faisant un pique-nique dans le parc, des membres de la famille courant partout en se giflant avec des oignons verts.

Mais d’autres photos du livre montrent le statut précaire des juifs dans un pays qui les oblige continuellement à prêter allégeance à l’État théocratique musulman. L’une montre un dirigeant juif dans une mosquée assistant à une célébration de la Journée de Qods, une journée de rassemblements pro-palestiniens qui incluent souvent des incendies de drapeaux israéliens et une rhétorique anti-israélienne.

Certaines des images donnent également un contexte moderne pour des moments clés de l’histoire juive iranienne, y compris le moment où l’Iran a fourni un refuge aux Juifs polonais fuyant l’Holocauste, le moment en 1999 où 13 Juifs iraniens ont été faussement accusés d’espionnage pour Israël et l’histoire de la Dr. Sapir Hospital and Charity Center, un hôpital juif qui traitait les manifestants avant la révolution sans alerter la police secrète. L’hôpital fonctionne encore aujourd’hui.

Le texte du livre est co-écrit par Vahidmanesh avec le professeur d’études juives de Penn State, Lior Sternfeld.

« J’espère que nous pourrons faire plus d’un livre sur cette communauté », a déclaré Sarbakhshian.

Dans une interview, Sarbaskshian – qui travaille maintenant pour Voice of America – a parlé franchement de son projet, de la façon dont il a été publié et de ses espoirs de retourner un jour en Iran.

Haroun Yashayaei, l’ancien chef de la communauté juive d’Iran, illustré au centre, assiste à une prière musulmane du vendredi pour montrer sa solidarité avec les Palestiniens
( Photo: Hassan Sarbakhsian )

Comment est né ce livre ?

HS : Après l’élection du président [Mahmoud] Ahmadinejad en 2005, mon accès à la presse a été restreint. J’ai donc décidé de simplement changer mon domaine d’actualité en reportage, et de couvrir toutes les minorités, non seulement les Juifs mais aussi les Assyriens, les Arméniens et les Chrétiens.

Mais quand Ahmadinejad a nié l’Holocauste, c’était le meilleur moment pour moi de me concentrer sur ce sujet. L’avenir était si flou. Je ne savais pas s’il serait possible de publier en Iran ou non. Mais certainement l’objectif, d’abord, était de publier un livre en Iran. Moi et ma femme, Parvaneh [Vahidmanesh, journaliste et militante des droits de l’homme], avons décidé de donner ce livre au ministère iranien de la Culture, ce que vous devez faire si vous voulez publier quoi que ce soit en Iran. Alors nous l’avons fait, et après un an, nous avons commencé à recevoir des accusations d’être parrainés par Israël et de faire de la propagande contre les valeurs islamiques. J’ai été interdit de travailler pour l’Associated Press. Ils ont révoqué ma carte de presse.

Ainsi, le livre n’a jamais été publié en Iran, et nous avons été forcés de quitter l’Iran et de venir aux États-Unis. Certaines organisations culturelles ici étaient intéressées par la publication du livre, mais cela ne s’est pas produit avant que je rencontre Lior [Sternfeld, un professeur d’études juives à Penn State University]. Il était le moteur principal qui a amené ce projet à Penn State.

Le jour de la Pâque à Téhéran, personne n’est épargné par l’action dayenu
( Photo: Hassan Sarbakhsian )

L’autre partie du défi était la partie officielle. Le gouvernement dirige les médias et la télévision. Il n’y a pas de médias privés. Et tout ce qui concernait la communauté juive se rapportait facilement à Israël. Israël est une ligne rouge complète ; vous ne pouvez rien faire à ce sujet. Tout ce qui concerne le peuple juif en Iran est complètement politique. Ils nient toute relation avec Israël, mais tout ce que font les Juifs va droit au but à cause de la propagande du régime.

En tant que personne ayant travaillé pour des médias étrangers en Iran, j’ai eu une bonne chance d’accéder à cette communauté. Partout où nous allions, nous devions recevoir une lettre du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique. Ils l’ont envoyé à l’association juive, qui pouvait accepter ou refuser l’accès. Heureusement, ils ont accepté le mien. Mais comme je vous l’ai dit, en tant que photographe local en Iran, il est difficile de briser ce mur. C’est une société vraiment fermée, et je comprends tout à fait leurs préoccupations. Mais je suis vraiment content que nous l’ayons fait.

Beaucoup de photos que vous avez prises se déroulent dans des lieux privés comme des synagogues et des maisons. Comment avez-vous gagné leur confiance et quelle a été cette expérience ?

Aller derrière les murs de la vie des Juifs en Iran, c’est impossible pour les Iraniens non juifs. Il n’y a aucun moyen d’y aller. Mais j’avais travaillé comme photographe pour l’Associated Press, donc j’avais déjà pris des photos de cette communauté, et mes photos ont été vues par des Juifs aux États-Unis, en Europe, en Israël et plus encore. La communauté m’a donc fait confiance lorsque des commentaires sont venus d’amis et de membres de ma famille qui avaient vu mes photos. Cela en faisait partie.

La deuxième partie était que nous avons formé une amitié avec eux. Pas moi, surtout ma femme. Nous sommes allés ensemble dans leurs maisons. Ils nous ont invités à leurs fêtes privées, comme des mariages ou des rassemblements. Quoi que vous voyiez dans ce livre, il est basé sur la confiance de chaque côté. Ce n’était pas facile. Mais nous n’y sommes pas allés une seule fois puis nous nous sommes dit au revoir. C’était un projet de 2 ans. Nous avons voyagé dans plus de 15 villes en bus avec eux. Nous avons ri avec eux, nous avons mangé avec eux. Nous vivions avec eux, en fait. Ce n’était pas comme venir prendre une photo et repartir. Ce fut l’une des meilleures expériences de ma vie.

En route pour visiter la tombe d’Esther et Mordechai à Hamedan, les Juifs s’arrêtent pour prier dans une salle de prière musulmane
( Photo: Hassan Sarbakhsian )
Quelle est votre photo préférée que vous avez prise et pourquoi ?

Je ne peux pas retourner en Iran à moins qu’il y ait un changement de régime. Donc toutes les photos sont mes préférées. Chacun d’eux.

Mais la photo la plus complexe que j’ai prise était celle d’une salle de prière appartenant à des musulmans. Mais parce qu’il y a tellement de restrictions en Iran pour les Juifs qui voyagent – il n’y a pas beaucoup de restaurants casher ou de synagogues – ils ont loué une salle de prière musulmane. Sur les murs, il y avait des signes musulmans et une photo d’un imam. Sur la photo que j’ai prise, des Juifs se préparent à prier. Quand j’ai pris cette photo, j’ai dit : « C’est vraiment une photo spéciale.

Aussi, j’ai pris une photo de deux ou trois personnes de l’association juive assistant à la prière du vendredi avec les musulmans et écoutant un imam musulman chiite parler. C’est un peu étrange. Parfois, vous ne pouvez pas croire ce que vous voyez. Mais c’est la réalité de la société iranienne.

Qu’avez-vous appris sur la communauté juive d’Iran en travaillant sur ce projet ?

Je n’avais pas réalisé combien de restrictions étaient imposées à la communauté juive en Iran. Quand on est minoritaire dans une société, ce n’est pas facile de vivre une vie normale. Je vis aux États-Unis et en Europe depuis plus d’une décennie maintenant. Je suis content d’avoir cette expérience, mais je ne suis pas content d’avoir dû quitter l’Iran, parce que je voulais aussi continuer ce projet dans d’autres communautés, pas seulement dans la communauté juive.

La zone dans laquelle je travaillais était le centre de Téhéran, et de nombreux Juifs y avaient des entreprises. Je regrette tellement de ne pas avoir pris toutes ces photos. Je regrette de ne pas leur avoir parlé. Donc si j’ai la chance d’y retourner, peut-être que je peux faire plus. Si je ne peux pas, peut-être que les jeunes savent quelles sont les choses précieuses qu’ils ont maintenant et iront les couvrir.

Un médecin juif tient un nouveau-né musulman à l’hôpital et centre caritatif Dr. Sapir, propriété d’un Juif
( Photo: Hassan Sarbakhsian )

Et vous avez pris des photos du Dr Sapir Hospital and Charity Center à Téhéran, qui est financé et géré par la communauté juive. Pouvez-vous parler de la signification derrière cela?

Cet hôpital est quelque chose d’unique. Il a été créé il y a des décennies, et ils ne demandent pas votre religion ; vous allez juste là-bas et vous pouvez obtenir un traitement. J’ai pris une photo très complexe d’un médecin juif de cet hôpital tenant dans sa main un bébé musulman, né quelques heures plus tôt. Cela signifie beaucoup d’aider les gens de votre pays quand vous ne savez pas ce qui se passera dans le futur.

Parfois, des jeunes juifs à qui j’ai parlé disaient qu’ils voulaient quitter le pays. Je comprends parfaitement pourquoi : parce que vous ne pouvez pas obtenir d’opportunités d’emploi élevées dans l’administration gouvernementale — pas question. Mais pour en revenir à votre question, l’hôpital est incroyable. Ils font confiance aux gens, et les gens leur font aussi confiance. Les juifs travaillent avec les musulmans, non seulement à l’hôpital mais aussi dans d’autres lieux, comme le bazar de Téhéran. Mais, bien sûr, ils ne vont jamais chez l’autre, bien que peut-être qu’ils le fassent et que je ne le sache pas.

Qu’espérez-vous que les lecteurs retireront de ce livre ?

J’espère qu’ils voient ce livre comme un exemple de la société iranienne, pas seulement du peuple juif. Je me retrouve dans ce livre. Je vois tous les Iraniens dans ce livre. Ces personnes sont confrontées à des restrictions, mais elles disent toujours : « Nous sommes iraniens ». Bien sûr, ce livre parle de la communauté juive iranienne. Mais pour moi, c’est un peu plus. C’est lire sur l’histoire iranienne et sur la complexité de la société. Je vois, sur chacune de ces photos, chaque Iranien qui est contraint de vivre hors d’Iran, même si ces personnes sont à l’intérieur de l’Iran. J’ai vécu pendant plus d’une décennie en exil en tant que minorité dans une société complètement différente en Europe et aux États-Unis. J’ai aussi voyagé en Israël. J’ai vu de nombreuses similitudes entre l’Iran et Israël, et de nombreuses différences.

Des filles juives manifestent pour la paix à Téhéran
( Photo: Hassan Sarbakhsian )

J’espère que nous pourrons faire plus d’un livre sur cette communauté. Je n’ai malheureusement pas vu ce genre de livre sur le peuple juif iranien. Je ne sais pas pourquoi cela ne s’est pas produit avant – peut-être à cause de toutes les restrictions. Les gens ne peuvent pas se déplacer facilement pour couvrir ces communautés. Les étrangers ne partent que cinq jours, une semaine, deux semaines maximum, puis ils quittent le pays. C’est pourquoi nous devons enregistrer tous les documents pour l’histoire. Il s’agit d’histoire. Il s’agit de toutes les personnes qui souffrent.

Source : jta.org

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.