Démocratie interne active au Likoud ; Gantz trébuche

3
735

La démocratie interne active du Likoud est une bénédiction électorale. Comment Gantz a trébuché

Le spectacle d’un grand parti politique pratiquant la démocratie sans chercher à la diluer, à la télévision en direct, a contribué à la popularité de longue date du Premier ministre Binyamin Netanyahu et de son Likoud. Le mardi 5 février, près de 70 000 membres inscrits de toutes les couches de la société et du pays ont choisi leur liste de candidats de choix pour se présenter à la 21 ème Knesset le 9 avril.

La plupart des autres partis israéliens, en particulier les nouveaux venus, proposent essentiellement des one-man shows, à l’exception de l’opposition travailliste, qui montre elle aussi des signes de renoncement au processus démocratique. Ils sont dirigés par des «stars», dont la plupart sont façonnées et manipulées par les armées d’experts en publicité, qui ont envahi la politique nationale au cours des dernières années. Ils semblaient correspondre à l’esprit d’un électorat avide de changement. Mais, les primaires du Likoud ont présenté une réalité différente. Ses rangs sont alignés dans les isoloirs, chacun avec des opinions bien arrêtées, pour la défense desquelles un homme politique méritait de figurer parmi les dix premiers de la liste des candidats à la Knesset. Leurs choix étaient très représentatifs – un mélange de choix, comparé à certains autres partis, dont les dirigeants sont choisis parmi les élites sociales, religieuses ou militaires.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, et le ministre des Transports, l’Israélien Katz, se sont disputés la première place sur la liste du Likoud à la Knesset pour l’élection du 9 avril, après un décompte des 75% des principaux résultats du parti. Gideon Saar, opposant de longue date au Premier ministre Binyamin Netanyahu, est troisième, suivi du ministre de la Sécurité publique, Gilead Erdan, de la ministre de la Culture, Miri Regev, du ministre du Tourisme, Yariv Levin, du nouveau membre du parti, Yoav Galant, du député Gila Gamliel et de l’ancien maire de Jérusalem, Nir Barkat, qui fait ses débuts sur la scène nationale et Avi Dichter, président de la commission des affaires étrangères et de la sécurité de la Knesset.

Certains anciens piliers du Likoud, dont les ministres Yuval Steinitz, Tzachi Hanegbi, Zeev Elkin, Tzipi Hotoveli et Ofir Akunis, sont passés à la 10e place.

Le haut rang attribué à Gideon Saar, ancien ministre de l’Education, qui s’est retiré de la politique, il y a quatre ans, après avoir été en désaccord public avec le Premier ministre Netanyahu, était un message salutaire adressé par la base du Likoud. On lui a fait comprendre que, bien qu’il soit un chef de parti incontesté, le Likoud n’a pas de culte de la personnalité et n’offre pas de suivi aveugle. La diversité des points de vue opposés au premier ministre est saine.

Les résultats des élections primaires montrent que le Premier ministre est renforcé par deux ou plusieurs années où il est agressé, par une politique incessante de déstabilisation fondée sur des enquêtes policières en cours sur des affaires de corruption. Il fait maintenant face à deux défis ardus : la bataille juridique contre les poursuites et l’élection générale du 9 avril contre des opposants encore amorphes.

Le plus remarquable est le plus récent, le parti naissant Hosen Le’Yisrael (Israël résilience). Son fondateur, l’ancien chef d’état-major de Tsahal, Benny Gantz, a été convaincu par son équipe de relations publiques admirative qu’il avait les atouts pour se faire le spectacle, de la même manière que le fait Netanyahu en tant que Premier ministre, en vue des élections d’avril. Sous la même direction, le politicien indépendant a été persuadé de diffusier des extraits de son premier entretien majeur, qui doit être publié par Yediot Aharonot, vendredi matin, afin d’éclipser l’impact des résultats finaux de la primaire du Likoud. Ce fut le premier faux pas de Benny Gantz

Il a loué les Accords d’Oslo et le désengagement unilatéral d’Israël de la bande de Gaza en 2005 sous l’égide d’Ariel Sharon au poste de Premier ministre, et a recommandé de l’utiliser comme modèle pour d’autres régions. Alors qu’il a insisté sur l’opposition de son partenaire Moshe Yaalon aux accords d’Oslo et au désengagement de Gaza, Gantz est apparu pour les défendre. “La question centrale est une question de sécurité”, a-t-il déclaré. «Le désengagement [de Gaza] a été mené sur la base des préoccupations politiques de l’État d’Israël. Toutes les parties impliquées ont obtenu des scores élevés grâce à leur capacité à ne pas créer de divisions dans le pays.

«C’était un engagement juridique, qui avait été adopté par le gouvernement israélien et exécuté par l’armée israélienne et les résidents du Goush Katif, qui l’ont vécu d’une manière douloureuse mais avec aplomb. Nous devons en tirer les leçons et les appliquer ailleurs.

La vérité est que le désengagement de Gaza a déchiré le pays comme jamais auparavant et que Tsahal et les résidents des implantations, loin de travailler ensemble, étaient entrés en conflit acharné. Les personnes évacuées étaient impitoyables et les officiers qui ont procédé à l’expulsion forcée de 8 000 Israéliens de Gaza portent encore les traces de cet événement traumatique. Gantz, en tant que chef de cabinet, aurait dû savoir tout cela.

Ses porte-parole se sont précipités pour limiter les dégâts. “Il ne soutient pas le retrait unilatéral de la Judée-Samarie”, ont-ils expliqué, ajoutant : “Le parti Hosen L’Yisrael n’appuie pas le retrait unilatéral de la Judée-Samarie. Le parti s’opposerait aux futures décisions unilatérales sur les évacuations d’implantations. “

Cette «réécriture» de la romance du “désengagement heureux” formulée par le politicien est arrivée trop tard pour annuler le cadeau de campagne que leur chef vient d’offrir au Likoud et à ses alliés de droite.

Les observateurs ont remarqué les insuffisances verbales de Gantz lorsqu’il s’exprimait spontanément au cours d’une interview, par rapport à ses phrases soignées lorsqu’il prononçait un discours.

  ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Likud’s active internal democracy is an election boon. How Gantz stumbled

3 COMMENTS

  1. La Torah affirme qu’il ne faut sous aucun prétexte céder un territoire qui vous appartient. …… Propos tenus par Vladimir Poutine

    https://lphinfo.com/vladimir-poutine-ce-nest-pas-un-hasard-si-la-torah-affirme-que-ceder-un-territoire-est-un-grand-peche/?fbclid=IwAR1Wy9C-tEj9ut9mFtNTU3AFkfGQnO4LoxF60QOVAyH0oNlar3FPJkEY7R8

    C’est pour cette raison que Ariel SHARON, après avoir décidé unilatéralement du désengagement de la Bande de Gaza entre le 15 août et le 11 septembre 2005. Est tombé dans un coma profond pendant 8 ans, avant de s’éteindre.

    C’est pour cette raison que Yitzhak RABIN est mort de mort violente le 4 novembre 1995 après avoir cédé des territoires en Judée Samarie suite aux accords d’Oslo, conclus en 1993 avec les Palestiniens.

    Est-ce que Benny GANTZ est candidat à être le troisième ?

  2. C’est vrai, Gantz est bel homme et fait des show à l’américaine, mais nous sommes en Israël Benny , et la vie est si précieuse ici, vous le savez mieux que nous, que nous ne pouvons pas jouer au chat et à la souris.
    Lorsque vous parlez de désengagement, il nous faut toutes les perspectives et pas de simples paroles en l’air, nous avons besoin de précisions en Israel,pas de “à peu près”.
    Alors, on connait ce qu’on a et pour changer il faut beaucoup mieux de Netanyahu.
    A qui le tour ?

  3. Pourquoi pas un désengagement sur la lune ? Après deux désengagements qui n’ont fait que rapprocher et encouragés les ennemis et augmenter les menaces, et dont les résultats étaient connus d’avance, les gens qui les ont soutenus, n’ont toujours pas compris et veulent remettre ça. Comment les ennemis pourraient les prendre au sérieux lors d’éventuelles négociations en admettant qu’elles aient lieu ? A ce niveau là de conneries, la seule solution est de les enfermer et de jeter la clé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.