Dr Milana Frenkel-Morgenstern, chercheur à l'Université Bar-Ilan de Tel Aviv

L’aspirine peut protéger contre le COVID-19, selon une recherche israélienne

L’aspirine, l’un des médicaments les plus anciens et les plus largement utilisés, pourrait prévenir les infections au COVID-19, selon des scientifiques israéliens.

La recherche a révélé que les patients qui prenaient de petites doses d’aspirine étaient 29% moins susceptibles d’être testés positifs, sur la base de 10 477 résultats provenant de dossiers médicaux couvrant les médicaments préventifs que les patients prennent.

«Nous sommes très heureux de voir une réduction importante de la proportion de personnes dont le test est positif, et cela donne une indication prometteuse que l’aspirine, un médicament si connu et peu coûteux, peut être utile dans la lutte contre la pandémie», a déclaré Milana Frenkel-Morgenstern, Université Bar-Ilan, au Times of Israel.

En plus de conclure que les personnes qui prennent de l’aspirine, qui a été développée il y a plus de 120 ans, sont moins susceptibles d’être diagnostiquées avec le virus, Frenkel-Morgenstern a proposé une autre découverte «importante»: les utilisateurs d’aspirine qui reçoivent un diagnostic de COVID-19 avaient une maladie plus courte et étaient moins susceptibles de souffrir des séquelles du coronavirus.

La vitamine D donne aux gens un énorme coup de pouce 

«Cette constatation concernant le ‘COVID prolongé’, un phénomène qui est une réelle préoccupation, est très importante», a déclaré Frenkel-Morgenstern. Son étude de juin, dans laquelle elle a conclu que la vitamine D donnait aux gens un énorme coup de pouce dans la lutte contre le COVID-19, a été suivie d’affirmations similaires de la part de nombreux autres chercheurs.

La recherche a été menée par l’Université Bar-Ilan, le service médical Leumit et le centre médical Barzilai, et ses résultats ont été publiés dans la revue FEBS au comité de lecture. Le professeur Eli Magen de Barzilai, auteur principal, a déclaré:

«Cette observation de l’effet bénéfique possible de l’aspirine à faible dose sur l’infection au COVID-19 est préliminaire mais semble très prometteuse».

Frenkel-Morgenstern a déclaré que le mécanisme par lequel l’aspirine réduit apparemment le risque d’infection est inconnu, mais elle pense qu’il raccourcit la durée de la maladie en raison de ses qualités anti-inflammatoires. Par ailleurs, elle indique qu’il s’agissait d’une recherche préliminaire qui, espère-t-elle, conduira à une étude plus approfondie, et a souligné qu’elle ne recommande pas que les gens se prescrivent eux-mêmes de l’aspirine.

JForum ‒ RakBeIsrael

3 Commentaires

  1. On va bien trouver le moyen d’interdire l’aspirine après l’HCQ et l’Ivermectine ; c’est trop vieux et cela ne rapporte rien. Tant dit que le vaxxxin , çà c’est le pactole avec en plus les effets secondaires qui permettront aussi des soins coûteux .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.