Dans les rues de Paris, des collages en mémoire de Sarah Halimi

2
396

Dans les rues de Paris, des collages en mémoire de Sarah Halimi

L’instigatrice de ces collages dénonçant un «déni de justice» et un «féminicide antisémite», témoigne pour Le Figaro.

Collage en mémoire de Sarah Halimi dans le 9e arrondissement de Paris.
Collage en mémoire de Sarah Halimi dans le 9e arrondissement de Paris. Bénédicte LUTAUD/Le Figaro

Depuis la mi-janvier, des collages en mémoire de Sarah Halimi, femme juive âgée de 65 ans tuée à son domicile en avril 2017, fleurissent dans les rues de Paris. Sur le modèle des collages anti-féminicides qui inondent les rues de la capitale depuis septembre 2019, ces messages chocs, en lettres capitales, dénoncent le traitement judiciaire de cette affaire. Sur le réseau social Twitter, un compte intitulé «collages pour Sarah Halimi» – tenu par l’instigatrice de ces messages – répertorie les rues où ils ont été affichés.

Voir les autres Tweets de Collages pour Sarah Halimi
Voir les autres Tweets de Collages pour Sarah Halimi

Irresponabilité pénale

Le 19 décembre 2019, la cour d’appel de Paris avait déclaré pénalement irresponsable Kobili Traoré, mis en examen pour le meurtre de cette sexagénaire juive en avril 2017, en estimant que ce consommateur de cannabis était alors en proie à une «bouffée délirante». Cette décision, mettant fin à l’éventualité d’un procès aux assises, avait provoqué la colère des parties civiles et de représentants de la communauté juive.

La chambre de l’instruction avait alors tranché entre les expertises psychiatriques contradictoires du dossier – certaines concluant au caractère «antisémite» du meurtre, d’autres non – et conclu à l’abolition du discernement de Kobili Traoré au moment des faits. Les avocats de la famille de la victime annonçaient alors former un pourvoi en cassation.

Sophie, 57 ans, «anti-féminicides»

Le Figaro a retrouvé l’auteure de ces collages. Il s’agit de Sophie, 57 ans, une habituée des collages «anti-féminicides» : «Je suis tombée dans ces collages dès début septembre, et j’ai été formée par l’une des pionnières, Marguerite Stern. J’ai beaucoup collé contre les féminicides», nous confie-t-elle.

Pour Sophie, le meurtre de Sarah Halimi «est aussi un féminicide»«Je pense qu’elle a été tuée parce qu’elle était une femme, une femme relativement âgée qui n’avait pas de moyens de se défendre et qui avait déjà été harcelée précédemment.» Pour elle, il existe des similitudes dans le traitement judiciaire de cette affaire et celui d’autres cas de violences faites aux femmes. À commencer, selon elle, par le sentiment d’impunité des agresseurs : «Il y a un sentiment d’impunité et de pouvoir facile vis-à-vis d’une femme sans défense», estime-t-elle.

Sentiment d’impunité

«Le cas de Sarah Halimi m’a fait penser à toutes ces agressions qui restent impunies. Les victimes de féminicides portent souvent plaintes plusieurs fois mais ne sont jamais prises au sérieux.» D’ailleurs, dans ses collages, Sophie n’évoque pas seulement le cas des «féminicides» (les meurtres visant les femmes) mais aussi le cas des agressions sexuelles ou de viols visant le «deuxième sexe». «Selon les statistiques gouvernementales, il y a 65.000 viols de femmes par an et seulement près de 1000 condamnations par an, soit aucune réponse des institutions aux agressions.» Pour Sophie, on est «dans le même cas de figure» face à l’affaire Sarah Halimi où elle dénonce un «déni de justice». «La police était là mais n’a rien fait, la justice a refusé de faire une reconstitution», accuse-t-elle.

En outre, pour elles, les meurtres visant les femmes et les meurtres à caractère antisémite – c’est sa conviction pour le cas de Sarah Halimi – font l’object d’un seul et même combat. C’est ainsi que l’un de ses collages martèle : «tuer des femmes: ça suffit, tuer des juifs : ça suffit aussi».

Collages pour Sarah Halimi@PourHalimi


République, nuit du 21 au 22 janvier
Nous sommes repassées vers 4 h du matin, le premier collage avait été arraché, probablement nettoyé par la voirie.
Nous avons recollé.

Voir l'image sur Twitter
Voir les autres Tweets de Collages pour Sarah Halimi

Un autre évoque même un «féminicide antisémite»:

Collages pour Sarah Halimi@PourHalimi


1er février, rue Notre Dame de Lorette

Voir l'image sur Twitter
Voir les autres Tweets de Collages pour Sarah Halimi

«Il est incompréhensible qu’en 2020, on continue de tuer des juifs en Europe occidentale», s’indigne-t-elle. Sophie est aidée de plusieurs autres femmes pour l’affichage nocturne de ces collages illégaux. «Nous ne sommes pas des féministes, nous sommes juste des femmes qui veulent exprimer leur désaccord», confie-t-elle au Figaro.

» À voir aussi – Sarah Halimi, Villejuif, Metz: est-on dans le déni?

Sarah Halimi, Villejuif, Metz: est-on dans le déni?
Débat sur le plateau de Points de Vue autour des attaques à Villejuif et Metz où des individus ont menacé ou tué au nom de l’islam et sont présentés comme des déséquilibrés.

Silence médiatique

L’objectif est aussi de contrer le manque d’intérêt des médias que beaucoup ont dénoncé lors de l’affaire Sarah Halimi : «nous voulons inscrire son nom partout, car il y a eu un grand silence médiatique : son meurtre est survenu entre les deux tours de l’élection présidentielle.» «C’est une façon de mettre son nom devant le visage des passant qui s’en fichent et regardent ailleurs, comme lorsque nous écrivions le nom des victimes de féminicides, ajoute-t-elle. Enfin, c’est aussi une manière de rendre hommage à Sarah Halimi, de la pleurer et de pleurer le résultat de ce système.»

Lors de son déplacement en Israël, Emmanuel Macron avait souhaité jeudi 23 janvier un procès pour le meurtre de Sarah Halimi, après la déclaration de l’irresponsabilité pénale du suspect. Trois jour plus tard, dans un geste rare, la Cour de cassation répondait au chef de l’État que «l’indépendance de la justice est une condition du fonctionnement de la démocratie.»

lefigaro.fr

2 COMMENTS

  1. Et si le deni de justice envers Sarah Halimi etait avant tout destiné à preserver à tout prix la police et l’institution policière Avez vous remarqué comment les medias orientent le debat uniquement sur la responsabilité où non de de ce drogué musulman au moment du massacre et de la defenestration de la pauvre mme Halimi? Rien où si peu sur la passivité de la police pourtant presente sur place! Il est averé qu’ils auraient pu la sauver d’une mort horrible Quelle est le role exact de la hierarchie policiere? Pourquoi la reconstitution des faits n’a jamais eu lieu? malgré l’insistance des parties civiles Impartialité de la justce?Les gens de la communauté Juive connaissant les arcanes judiciaires devraient surveiller attentivement le tableau d’avancement des magistrats instructeurs. joseph

  2. Respect et soutien à cette initiative qui doit être reprise de façon intensive.
    Il n’y a pas que les Juifs qui sont concernés, d’où l’importance qu’il y ait un maximum de Français lucides et volontaires, à se joindre à ce mouvement salvateur.
    L’islamisme radical s’installe en France dans l’indifférence générale des dirigeants qui ne sont que des pantins sans âme, à commencer par Micron le plus minable d’entre eux, pendant que les lèche-culs de service se la ferment tout en convoitant les votes arabo-musulmans pour les prochaines élections, Mélanchon et les communistes en tête, sans lesquels ils n’existeraient plus depuis longtemps.
    Cette France moisie nous dégoûte, elle a perdu son âme, son honneur et sa dignité …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.