Dahlan pousse Abbas à accepter l’aide des Etats du Golfe

0
1733

Les fans de Dahlan appellent Abbas à accepter l’aide des Etats du Golfe

 REUTERS / Mohammed Salem
Mohammed Dahlan, ancien chef du Fatah à Gaza, tient des affiches représentant Dahlan (à droite) lors d’une manifestation contre le président palestinien Mahmoud Abbas dans la ville de Gaza, à Gaza, le 18 décembre 2014.
RÉSUMÉ DE L’ARTICLE
L’ancien haut responsable du Fatah, Mohammed Dahlan, n’était pas présent à la conférence de Bahreïn, mais ses empreintes digitales étaient visibles dans le résultat de tous ses efforts pour rassembler une aide financière en faveur de l’Autorité palestinienne.

Deux jours avant le sommet à Bahreïn dirigé par les États-Unis, les ministres des Finances de la Ligue arabe se sont réunis au Caire à la demande du président palestinien Mahmoud Abbas afin de sauver l’AP de l’effondrement. Les discussions du 23 juin ont abouti à la décision de fournir à l’Autorité palestinienne une aide économique mensuelle de 100 millions de dollars, dont certaines sous forme de subventions et d’autres sous forme de prêts.

L’ appel d’Abbas à la Ligue arabe avait probablement pour but de détourner une partie des critiques qui lui étaient adressées au sein de l’Autorité palestinienne pour s’être empressé de boycotter le plan économique américain présenté à Bahreïn, alors même que de riches émirats du golfe Persique offraient la plus grande partie de l’argent et de la richesse. L’aide est ou aurait pu être fournie par l’intermédiaire d’un fonds d’investissement international.

En une semaine, les Palestiniens ont été submergés par une incroyable bonus : des dizaines de milliards de dollars promis à Bahreïn et des centaines de millions au Caire. Les deux groupes ont également promis des améliorations des infrastructures en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, de nouvelles industries et échanges commerciaux, des projets d’emploi et même un  corridor de transport reliant Gaza à la Cisjordanie.

Abbas a longtemps été la cible de nombreuses critiques de la part de l’Autorité palestinienne. Des sondages effectués par le Centre palestinien pour la recherche et enquêtes politiques ont révélé que la plupart des résidents de l’Autorité palestinienne espéraient que le dirigeant âgé de 83 ans se retire bientôt. De tels sentiments ne sont pas exprimés publiquement, certainement pas dans les médias palestiniens. Les critiques à l’encontre du président sont taboues en Cisjordanie et ceux qui osent exprimer leurs désirs pourraient se retrouver enduits de goudron et de plumes, comme “ennemis du peuple” et risquer l’emprisonnement. Les indices de mécontentement coincernant Abbas se retrouvent principalement sur les réseaux sociaux.

Les seuls à oser exprimer des critiques publiques sont ceux surnommés «Jama’at Dahlan» ou «le groupe Dahlan», associés du dirigeant palestinien exilé Mohammed Dahlan, qui vit à Dubaï depuis qu’Abbas l’a expulsé de l’organisation du Fatah en juin 2011. En exil, Dahlan a mis en place des fonds d’aide pour les Palestiniens, recueillant la majeure partie des fonds dans les États du Golfe. Ses associés disent que les liens qu’il a tissés ont aidé Dahlan à collecter des centaines de millions de dollars utilisés pour la réhabilitation des camps de réfugiés à Gaza et en Cisjordanie, renforçant ainsi sa position parmi de larges couches de la population, au grand dam d’Abbas. De hauts responsables de l’AP prétendent que l’argent de Dahlan est «corrompu» et conçu pour mettre en place une infrastructure organisationnelle sur laquelle s’appuyer pour devenir président.

La détérioration de l’économie a accru la persécution des associés de Dahlan, et plus les forces de sécurité d’Abbas sont soumises à des pressions, plus elles sont enclines à s’exprimer. Ces hommes sentent qu’ils n’ont rien à perdre et doivent se battre pour leur place future et légitime. Ils ont tellement de rancœur envers lui que dans leurs conversations, ils ne font jamais référence à Abbas par son nom, mais utilisent plutôt des surnoms diffamatoires.

“Sa politique du “non” nous mènera vers le bas”, a déclaré un membre du groupe de Dahlan qui travaillait autrefois pour les forces de sécurité palestiniennes à Gaza, mais qui s’est enfui lorsque le Hamas a renversé le Fatah et pris le contrôle de l’enclave en 2007. ” Nous ne sommes pas non plus d’accord avec le plan de paix suggéré par ce président américain instable, mais tourner le dos aux États du Golfe prêts à investir des milliards de dollars pour atténuer la crise palestinienne est un acte de stupidité qui pourrait se révéler une erreur historique. Abbas ne se soucie que de lui-même et de son siège, pas de l’avenir », a-t-il déclaré à Al-Monitor sous couvert d’anonymat.

Un autre collaborateur de Dahlan qui est retourné à Gaza après avoir été passé à tabac par les forces de sécurité de l’AP, a déclaré à Al-Monitor que quiconque prend la peine d’observer peut retrouver les empreintes digitales de Dahlan sur l’ensemble de la conférence de Bahreïn. La source a déclaré sous couvert d’anonymat que peu de personnes connaissent ce qu’il a fait de ses années d’activités en coulisses dans les riches États du Golfe, les liens qu’il a tissés, les projets qu’il a menés à Gaza et en Cisjordanie. L’implication de Dahlan dans la réconciliation entre le Hamas et l’Egypte et les fonds collectés pour la Cisjordanie et Gaza dans le Golfe “ont ouvert la voie à la mobilisation de la participation active de ces pays à la conférence économique de Bahreïn”, a-t-il déclaré. Comme son collègue, ce membre du cercle restreint de Dahlan a déclaré : «On peut discuter et critiquer le plan diplomatique de la Maison Blanche, mais on ne peut jamais dire non à de grosses sommes d’argent, d’autant plus que cela provient d’Etats arabes riches qui croient que quelque chose de bon peut être fait avec cela pour l’avenir des Palestiniens avant qu’il ne soit trop tard. “

Abbas, a-t-il ajouté, “a décidé de plaider et de collecter des fonds auprès de membres de la Ligue arabe afin de détourner les critiques de son peuple, mais l’expérience montre que les membres de la Ligue arabe font des promesses qu’ils ne peuvent pas tenir. Qui lui donnera de l’argent – l’Egypte? La Jordanie? Ou peut-être le Yémen? «Ont-ils même de l’argent pour eux-mêmes? Comment vont-ils en donner à Abbas? Après tout, une promesse a été faite à Bahreïn de créer un fonds d’aide, grâce à ces mêmes pays auprès desquels il a plaidé en faveur d’une aide financière pour sauver l’Autorité palestinienne. Alors peut-on compter sur eux pour sauver l’AP de l’effondrement? “

Les tensions entre les plus hauts responsables de l’Autorité palestinienne et les collaborateurs de Dahlan, jugés subversifs comme une menace pour la sécurité de l’Autorité palestinienne, ne sont pas nouvelles, mais elles ont augmenté à la lumière du grave ralentissement économique de l’Autorité palestinienne. Les loyalistes d’Abbas pensent que Dahlan et son groupe tirent parti de la situation et créent des problèmes parce qu’ils sentent le chaos imminent gagner l’Autorité palestinienne et qu’ils préparent le terrain pour le retour de leur chef. Alors que la crise s’aggrave et que le personnel de l’Autorité palestinienne n’est pas intégralement rémunéré, Dahlan leur offre davantage d’aide d’urgence. Ainsi, ses partisans gagnent du pouvoir et les nécessiteux cherchent leur aide. Un mot gentil à leur sujet murmuré à l’oreille de Dahlan pourrait peut-être aider et peut-être garantir la survie en ces temps difficiles.

Le déclin économique de l’Autorité palestinienne inquiète également beaucoup les échelons politique et de sécurité israéliens. Israël aurait proposé aux représentants de l’Autorité palestinienne diverses ” solutions créatives ” pour sortir de l’impasse créée par le refus résolu d’Abbas d’accepter des fonds qu’Israël doit à l’Autorité palestinienne, tant qu’Israël leur déduit l’équivalent des allocations versées aux familles d’auteurs des attaques terroristes et aux Palestiniens emprisonnés pour ces mêmes raisons. Les Israéliens et les Palestiniens sont bien conscients des conséquences d’un effondrement de l’Autorité palestinienne. Outre l’augmentation prévue des attaques terroristes et les répercussions sur la sécurité, Israël devra fournir une aide humanitaire massive aux résidents de la Cisjordanie pendant la durée de la guerre de succession.

Ce n’est un secret pour personne que parmi ceux qui se disputent le siège d’Abbas, Israël favorise Dahlan. Il ne faciliterait pas la vie des Israéliens, mais Israël connaît bien ses avantages et ses inconvénients. Pour Israël, quelqu’un qui dirigeait les forces antiterroristes à Gaza, qui s’est battu contre le Hamas et a rencontré les responsables des agences de sécurité israéliennes sera mieux placé que d’autres pour reconstruire l’Autorité palestinienne laissée exsangue par le président âgé et amer.

SUCCESSION, AIDE PALESTINIENNE, AUTORITÉ PALESTINIENNE, PLAN DE PAIX AMÉRICAIN, MAHMOUD ABBAS, MOHAMMED DAHLAN

Shlomi Eldar est chroniqueur pour Israel Pulse d’Al-Monitor. Au cours des deux dernières décennies, il a couvert l’Autorité palestinienne et plus particulièrement la bande de Gaza pour les chaînes 1 et 10 d’Israël, en rendant compte de l’émergence du Hamas. En 2007, il a reçu le prix Sokolov, le plus important prix médiatique d’Israël, pour ce travail.

Eldar a publié deux livres: “Eyeless in Gaza” (2005), qui prévoyait la victoire du Hamas aux élections palestiniennes suivantes, et “Se familiariser avec le Hamas” (2012), lauréat du prix Yitzhak Sadeh de littérature militaire. Il a reçu deux fois le Prix Ophir (Oscar israélien) pour ses films documentaires: “Precious Life” (2010) et “Foreign Land” (2018). “Precious Life” a également été sélectionné pour un Oscar et a été diffusé sur HBO. Il est titulaire d’une maîtrise en études du Moyen-Orient de l’Université hébraïque. Sur Twitter: @shlomieldar

Read more: https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/06/israel-west-bank-gaza-strip-mahmoud-abbas-mohammed-dahlan.html#ixzz5sBE41qsC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.