Daesh fait des expériences chimiques sur ses prisonniers, alors qu’il déménage ses laboratoires dans des quartiers résidentiels. 

Isil carrying out chemical experiments on its prisoners as it moves labs into residential neighbourhoods
On mentionne que Daesh a installé des laboratoires dans des quartiers habités de Mossoul CREDIT: AP

L’Etat Islamique a déménagé ses manipulations d’armes chimiques vers des zones résidentielles densément peuplées et il teste du chlore fabriqué sur place et du gaz moutarde sur ses prisonniers, selon ce qu’affirment des résidents de la ville irakienne de Mossoul.

L’Etat Islamique d’Irak et du Levant (Daesh) est censé avoir installé des laboratoires dans des quartiers bâtis et habitués au cœur de son soi-disant Califat, afin d’éviter qu’ils soient pris pour cibles par les frappes de la coalition.

Le groupe terroriste est connu pour nourrir des ambitions chimiques et nucléaires, et il essaie de fabriquer des armes, non seulement pour des attaques à l’intérieur des frontières d’Irak et de la Syrie, mais aussi en Occident. 

Daesh a mis sur pied une unité de recherche en armes chimiques, constituée de scientifiques irakiens qui ont travaillé au sein des programmes d’armement de Saddam Hussein, ainsi que d’experts étrangers.

Le chef de l’unité, Sleiman Daoud al-Afari, a été capturé au cours d’un raid par les forces spéciales américaines, hors de Mossoul et il partage, actuellement, les renseignements dont il dispose sur les opérations chimiques de Daesh.

Une enquête menée par des journalistes syriens et irakiens, qui publient leurs reportages sous le nom de Sound and Picture, révèle qu’il a à présent été remplacé par Abu Shaïma, un médecin irakien, qui a travaillé à l’Université de Bagdad au cours du règne de Saddam Hussein. 

Au-delà de ses liens avec l’ancien dictateur irakien, on en sait peu concernant Shaima, qui est un fidèle des principaux dirigeants de Daesh.

On dit que c’est lui qui, le mois dernier, a déplacé les opérations du groupe loin de ses principaux laboratoires des universités de Mossoul et de Tel Afar, qui ont fait l’objet de frappes ces derniers mois, vers des zones résidentielles, afin de les protéger contre les attaques aériennes.

Les résidents d’al-Mohandseen – qui était un quartier chrétien prospère jusqu’à ce que Daesh s’empare de la ville – disent que plusieurs maisons ont été réquisitionnées par des responsables de Daesh au cours de ces dernières semaines.  Un certain nombre de camions sans plaques d’immatriculation ont été parqués à l’extérieur et plus récemment, ils ont mentionné avoir vu des dizaines de chiens et de lapins morts dans des conteneurs de déblaiement.

Un interne à Daesh a confirmé aux journalistes, qui ont partagé cette information avec The Telegraph, qu’ils avaient été jeté à cet endroit,après avoir fait l’objet d’expériences chimiques.

Le reportage affirme également que Daesh mène des expériences sur des prisonniers que le groupe terroriste détient dans une prison secrète d’al-Andalus, dans le gouvernorat de Mossoul en Ninive, en les exposant au Gaz de chlore et au Gaza Moutarde afin de tester leur toxicité.

Les résidents près de la prison parlent de leurs difficultés respiratoires et d’enfants qui développent de graves éruptions cutanées – certains des effets de bord de ce genre d’exposition à de telles substances.

A member of the Iraqi Kurdish and Turkmen Shiite forces in the northern Iraqi town of Bashir after recapturing the town from Islamic State
Un membre des forces Kurdes  et des chiites Turkmènes dans la ville du Nord irakien, Bashir après l’avoir repris des mains de Daesh CREDIT: AFP/GETTY

 

Les islamistes se sont emparés de vastes quantités de chlore industriel et on pense qu’ils disposent de l’expertise pour fabriquer du Gaz moutarde. On craint aussi qu’ils aient saisi des stocks d’armes chimiques provenant de ceux du régime de Bachar al Assad en traversant la frontière de Syrie.

Le groupe terroriste a  déjo utilisé des armes chimiques contre les forces des Peshmergas Kurdes dans le nord de l’Irak et de la Syrie.

Iraqi security forces fire at Islamic State positions south of Mosul
Forces irakiennes au Sud de Mossoul CREDIT: AP

Et en mars, une attaque de Daesh, suspecte d’être chimique contre la ville de Taza, au sud de Kirkouk, a tué 3 enfants et blessé quelques 1.500 personnes, avec des blessures se situant entre les brûlures aux éruptions cutanées, jusqu’aux problèmes respiratoires.

Le Général de Brigade Roger Noble, Commandant-adjoint des troupes internationales qui entraînent et soutiennent l’armée irakienne, a déclaré au Telegraph qu’on s’attend à ce que les djihadistes de Daesh emploient des armes chimiques contre les troupes qui tenteront de reprendre Mossoul, la deuxième ville par ordre d’importance en Irak.

Hamish de Bretton-Gordon, l’officier qui commandait le Régiment Chimique, Biologique, Radiologique et Nucléaire britannique (CBRN) et conseiller en armes chimiques pour les ONG en Syrie et en Irak, a déclaré au Telegraph que ces révélations démontrent que le groupe terroriste s’est parfaitement adapté aux frappes aériennes punitives de la coalition. 

« L’opération de développement d’armes chimiques de Daesh a été largement été prise pour cible – comme c’est détaillé dans ce rapport – et on peut très justement s’attendre, maintenant, à ce qu’ils le déménagent dans des zones résidentielles

Il a déclaré que les services de sécurité occidentaux devraient s’inquiéter du fait que ces opérations sur armes chimiques soient effectivement devenues souterraines, leur permettant ainsi de continuer leur travail  hors de portée de frappes.

 » A présent que nous connaissons l’étendue des aspirations de Daesh à obtenir des bombes sales et des armes chimiques, nous devons doublement nous assurer que notre sécurité au Royaume-Uni est totalement étanche contre cette menace ».

telegraph.co.uk

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.