Efficacité des vaccins contre Omicron – Ce que nous savons jusqu’à présent

Depuis que la variante du coronavirus Omicron a été révélée pour la première fois au monde jeudi, la question que tout le monde se pose est de savoir si les vaccins sont efficaces contre elle.

Omicron a été décrit par les experts comme la variante la plus mutée à ce jour avec plus de 30 mutations, dont un nombre pertinent dans la protéine de pointe, la partie que le virus utilise pour attaquer les cellules humaines ainsi que l’élément sur lequel se concentrent les vaccins actuels.

L’efficacité du vaccin peut être examinée de deux manières, en vérifiant en laboratoire si les anticorps trouvés dans le sang des vaccinés inhibent la variante ou en collectant des données sur le terrain sur le nombre de personnes vaccinées qui ont été infectées, ont développé des symptômes graves, etc.

Selon les premières estimations des experts médicaux et des sociétés pharmaceutiques, il faudrait environ deux semaines pour avoir des informations sur la capacité du vaccin à protéger contre Omicron.

Mardi cependant, certaines remarques du ministre de la Santé Nitzan Horowitz et des données préliminaires rapportées par une grande chaîne de télévision ont offert des premières réponses – et encourageantes – à la question.

 Santé Nitzan Horowitz assiste à une conférence de presse sur le Coronavirus, à Jérusalem le 29 août 2021. (Crédit : OLIVIER FITOUSSI/FLASH90)Nitzan Horowitz assiste à une conférence de presse sur le Coronavirus, à Jérusalem le 29 août 2021. (Crédit : OLIVIER FITOUSSI/FLASH90)
Voici ce que nous savons à ce jour.

Ce que les officiels en Israël ont dit

Mardi matin, la chef des services de santé publique, le Dr Sharon Alroy-Preis, a déclaré à la commission des lois et de la constitution de la Knesset que les premières données sur l’efficacité des vaccins corona contre Omicron devaient être partagées avec Israël par l’Afrique du Sud au cours de la journée.
Quelques heures plus tard, Horowitz a évoqué le sujet lors d’une visite au Soroka-University Medical Center de Beer Sheva.
« Dans les prochains jours, nous aurons des informations plus précises sur l’efficacité du vaccin contre Omicron, mais il y a déjà place à l’optimisme, et il y a des premières indications que ceux qui sont vaccinés avec un vaccin encore valable ou avec un rappel seront également protégé de cette variante », a noté Horowitz.
Mercredi matin, le commissaire aux coronavirus, le professeur Salman Zarka, a abordé le sujet dans une interview à la radio 103FM.
« Les informations que nous avons d’Afrique du Sud sont que parmi les personnes hospitalisées en raison de la nouvelle variante, il y a relativement plus de jeunes et moins de personnes âgées, nous ne connaissons donc pas le risque pour les personnes âgées », a-t-il déclaré. « Parmi les personnes hospitalisées, certaines sont vaccinées et d’autres non, et celles qui sont probablement vaccinées avec Johnson et Johnson dont l’efficacité est inférieure à celle de Pfizer. »
Israël a presque exclusivement vacciné sa population avec le vaccin Pfizer. « La question de savoir si Omicron contourne les vaccins nous inquiète », a également déclaré Zarka. « Il existe probablement des informations préliminaires qui indiquent qu’il pourrait être moins efficace contre la nouvelle souche que contre la variante Delta. Mais je veux espérer que cela signifie qu’il n’est efficace qu’à 80%, nous ne parlons pas d’une alternative entre 0 efficace ou 100% efficace.

Mercredi matin également, un porte-parole du ministère a déclaré qu’aucune information sur l’efficacité du vaccin n’avait encore été reçue d’Afrique du Sud, malgré les données rapportées par la Douzième chaîne israélienne la nuit précédente.

La responsable des services de santé publique au ministère de la Santé, Sharon Alroy-Preis, a affirmé mercredi qu’Israël ne se trouve pas actuellement dans une « situation d’urgence » concernant le nouveau variant du coronavirus, Omicron.

« Je ne pense pas que nous soyons dans une situation d’urgence. Nous sommes dans une situation préoccupante et nous prenons une série de mesures aussi rapidement que possible pour ne pas que l’on se retrouve dans une situation d’urgence », a-t-elle déclaré.

Sharon Alroy-Preis a également indiqué qu’elle n’était pas favorable à  la vaccination obligatoire pour tous les Israéliens, prenant le contre-pied du responsable de la lutte contre le coronavirus, Salman Zarka, qui s’est déclaré en faveur de cette mesure, envisagée par plusieurs pays européens.

« Au ministère de la Santé, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour rendre les vaccins accessibles, pour expliquer, pour rendre les statistiques publiques », a déclaré la responsable au site d’informations Ynet.

Ce que la télévision a rapporté

Mardi soir, Channel 12 – l’une des principales chaînes de télévision israéliennes – a ouvert ses nouvelles de 20 heures avec ce qu’ils ont décrit comme les premières données sur l’efficacité du vaccin contre Omicron partagées avec Israël et d’autres pays par l’Afrique du Sud.
Selon le rapport, pour les personnes vaccinées trois fois, le vaccin Pfizer est juste un peu moins efficace pour prévenir l’infection avec Omicron qu’avec Delta – 90 % contre 95 % – alors qu’il est aussi efficace pour prévenir les symptômes graves. Différentes études ont décrit le vaccin Pfizer comme étant efficace à 93-95% contre Delta.
Selon le rapport, la capacité du variant à infecter est en effet plus élevée que Delta – environ 1,3 fois plus élevée.
Dans le même temps, les personnes non vaccinées ont 2,4 fois plus de chances de développer des symptômes graves, un chiffre significatif.
Mercredi après-midi, aucun autre média international ne semblait avoir rapporté les données de manière indépendante.

Ce que les sociétés pharmaceutiques ont dit

Mardi, des représentants de Moderna et de Pfizer ont fait des remarques sur l’efficacité du vaccin contre Omicron. Les vaccins fabriqués par les sociétés sont tous deux basés sur la technologie de l’ARNm.
« Il n’y a pas de monde, je pense, où (l’efficacité) est du même niveau… que nous avons eu avec Delta », a déclaré le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, au Financial Times .
«Je pense que ça va être une baisse importante. Je ne sais pas combien parce que nous devons attendre les données. Mais tous les scientifiques à qui j’ai parlé… se disent : « ça ne va pas être bon ».
Un message plus rassurant est venu de Pfizer.
« Nous pensons qu’il est probable que les gens bénéficieront d’une protection substantielle contre les maladies graves causées par Omicron », a déclaré Ugur Sahin, PDG et co-fondateur de BioNTech. Il a précisé que la maladie grave nécessitait un hôpital ou des soins intensifs.
En outre, l’Université d’Oxford a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que les vaccins actuels n’empêcheraient pas la maladie grave d’Omicron, mais qu’elle était prête à mettre à jour rapidement son vaccin, développé avec AstraZeneca, si nécessaire.

Ce que montrent les premiers cas

Jusqu’à présent, une centaine de cas d’Omicron ont été confirmés dans plus de vingt pays en dehors de l’Afrique du Sud, dont quatre en Israël. Bien que de nombreuses personnes aient été complètement vaccinées, aucun rapport n’a émergé de symptômes graves.
Concernant l’Afrique du Sud, un analyste du Financial Times a examiné les données sur les hospitalisations dans la province de Guateng, considérée comme l’épicentre de l’épidémie.
« Jusqu’à présent, les admissions suivent le même chemin que les vagues précédentes », a écrit John Burn-Murdoch sur Twitter. « Notes rapides : le fait que les cas augmentent plus rapidement alors que les admissions sont au même rythme peut laisser présager une proportion plus faible de maladie grave, mais cela peut aussi simplement être le résultat d’une plus grande immunité acquise par infection et vax ou de cas jusqu’à présent principalement plus jeunes gens.
Il a également déclaré que la part de patients en soins intensifs est actuellement beaucoup plus faible qu’au même stade de la vague Delta, mais elle peut être influencée par l’âge du patient (étant plus jeune qu’avec Delta). Une autre explication, a-t-il ajouté, est que le système immunitaire s’active et empêche la maladie de se détériorer.

Ce que les responsables de la santé dans le monde ont dit

Certains responsables de la santé de différents pays et organisations ont également commencé à peser sur l’efficacité du vaccin.
Un représentant de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré mercredi qu’il n’y avait jusqu’à présent aucune preuve suggérant que l’efficacité des vaccins avait été réduite par Omicron.
Plus tôt dans la journée, le secrétaire britannique à la Santé, Sajid Javid, a noté qu’il était possible que les vaccins soient moins efficaces contre la nouvelle variante, mais qu’ils devraient toujours protéger contre les maladies graves.
« Notre meilleure forme de défense reste nos vaccins », a déclaré Javid à Sky News. « C’est possible bien sûr, il est possible qu’il soit moins efficace. Nous ne le savons pas encore avec certitude. Mais il est également très probable qu’il restera efficace contre les maladies graves. »
Jforum avec www.jpost.com et www.i24news.tv et Reuters
Un agent de santé prépare un vaccin contre le Covid-19 dans un centre de santé temporaire Clalit à Jérusalem, le 30 septembre 2021. (crédit photo : YONATAN SINDEL/FLASH90)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.