14 novembre 2020  Sujet: Sécurité  Région: Eurasie  Mots clés: ArménieGuerre Azerbaïdjan Haut-karabakh

Comment l’Arménie a-t-elle si mal calculé sa guerre avec l’Azerbaïdjan?

Les dommages à long terme résultant des erreurs de calcul de l’Arménie sont évidents. Si une partie des dommages est physique, les dommages psychologiques et mentaux sont encore plus importants : le sentiment de supériorité militaire de l’Arménie est maintenant brisé et son sentiment d’isolement palpable.

Depuis que la guerre Arménie-Azerbaïdjan a éclaté à nouveau le 27 septembre, l’Arménie a subi d’importants revers militaires face aux forces azerbaïdjanaises. Non seulement il a perdu la plupart des territoires initialement habités par l’Azerbaïdjan qu’il occupait en 1993: mais les forces azerbaïdjanaises ont fait des incursions dans le Haut-Karabakh, capturant la ville stratégique et symbolique de Choucha le 8 novembre.

L’Arménie semble avoir été prise par surprise, ce qui est particulièrement déroutant, étant donné sa rhétorique de plus en plus affirmée et belliqueuse contre l’Azerbaïdjan ces dernières années. Pourquoi le conflit ne s’est-il pas déroulé comme l’imaginaient les dirigeants arméniens? La raison réside dans une série de graves erreurs de calcul, selon lesquelles les dirigeants arméniens ont mal interprété presque tout ce qui concerne ce conflit: l’environnement international plus large, la réponse russe, le rôle de la Turquie dans le conflit, ainsi que la dynamique intérieure de leur adversaire, l’Azerbaïdjan.

Un paradoxe profond a toujours été au fondement du conflit Arménie-Azerbaïdjan. L’Arménie compte pour un tiers de la population azerbaïdjanaise, ne dispose pas de ses ressources naturelles et de sa situation géopolitique centrale. Mais elle a gagné la guerre au début des années 1990, en grande partie grâce à deux facteurs: les troubles internes de l’Azerbaïdjan et le soutien russe à Erevan. Ces facteurs ont aidé l’Arménie à prendre le contrôle du Haut-Karabakh, ainsi que de territoires beaucoup plus vastes entourant cette enclave, où vivent près de 750 000 Azerbaïdjanais qui ont été contraints de fuir (forme de « nettoyage ethnique » qu’on observe aujourd’hui dans l’autre sens, avec les maisons volontairement brûlées).

En Arménie, cette victoire a jeté les bases d’un sentiment de supériorité militaire qui a duré jusqu’au mois dernier. Mais sur le plan diplomatique, il est vite devenu clair que l’Arménie avait mordu plus qu’elle ne pouvait mâcher. En grande partie à cause de l’histoire tragique de la nation, l’Arménie a bénéficié d’une bonne volonté internationale substantielle. Mais les avancées territoriales d’Erevan et le nettoyage ethnique des Azerbaïdjanais en 1993–94 ont changé cette perception. En 1996, des résolutions d’organisations internationales comme l’ONU et l’OSCE avaient clairement indiqué que tous les autres pays du monde approuvaient le retour de tous les territoires occupés à l’Azerbaïdjan et une solution au conflit qui donnerait aux Arméniens du Haut-Karabakh l’autonomie, mais leur refuserait toute indépendance.

Pendant ce temps, l’ampleur même des territoires occupés par l’Arménie garantissait que ni les dirigeants de l’Azerbaïdjan ni sa société ne se résoudraient à cette situation. Au lieu de cela, un puissant sentiment de revanchisme s’est construit en Azerbaïdjan, et Bakou a investi une partie importante des revenus pétroliers exceptionnels du pays dans l’armée du pays. La disparité croissante entre les deux pays devenait de plus en plus intenable: c’était comme une ficelle qui ne peut être tirée aussi loin sans se casser. L’Arménie a répondu en renforçant sa dépendance militaire à l’égard de la Russie, qu’elle considérait comme la garante de ses avancées militaires.

Pendant un certain temps, l’Arménie s’est convaincue que le temps était, en fait, de son côté. Après le double choc de 2008 – la guerre en Géorgie et la crise financière mondiale – son pari sur Moscou est même apparu assez fûté. L’Occident s’est avéré incapable d’empêcher la défaite militaire de sa chérie dans le Caucase, en Géorgie, et la crise financière a conduit à un désengagement progressif de la région de la part des nations occidentales. L’indépendance du Kosovo a créé la même année un deuxième État albanais dans les Balkans, ce que les Arméniens considéraient comme un précédent pour leurs revendications sur le Haut-Karabakh. Leurs espoirs ont été renforcés par l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, qui partageait des similitudes avec l’incorporation par l’Arménie du Haut-Karabakh, deux décennies plus tôt. Par conséquent, l’Arménie en est venue à percevoir essentiellement les négociations menées par l’OSCE sur le conflit comme une tactique dilatoire et elle n’est pas apparue comprendre la nécessité de concessions sérieuses en échange de la paix.

En avril 2016, une escalade des tensions a conduit à une guerre de «quatre jours» dans laquelle l’Azerbaïdjan, pour la première fois depuis 1994, a repris le contrôle de certains territoires occupés. Surtout, alors que Moscou a négocié un cessez-le-feu après quelques jours, la Russie n’est pas intervenue pour arrêter ou faire reculer les avancées de l’Azerbaïdjan. Cela aurait dû faire sonner très fort l’alarme à Erevan. Mais, étrangement, la position de l’Arménie s’est plutôt durcie.

Le premier changement était sémantique. De nombreux Arméniens ont progressivement commencé à qualifier les territoires occupés autour du Haut-Karabakh de «territoires libérés» – un changement majeur, puisqu’ils étaient auparavant détenus comme tampon de sécurité et monnaie d’échange pour obtenir des concessions azerbaïdjanaises sur le statut du Haut-Karabakh. Plus maintenant : l’Arménie a maintenant indiqué qu’elle ne serait peut-être pas du tout disposée à rendre ces territoires, ignorant les quatre résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui appelaient à leur retour «immédiat et inconditionnel» à l’Azerbaïdjan.

Lorsque Nikol Pashinyan a accédé au pouvoir au printemps 2018 à la suite d’une «révolution de velours», il a d’abord semblé disposé à relancer le processus de paix. Fait révélateur, l’élite azerbaïdjanaise s’est félicitée de son arrivée : Bakou a raté l’occasion de lancer des opérations militaires pendant les troubles internes en Arménie. Espérant gagner un partenaire pour la paix, Bakou semblait disposé à donner à Pashinyan le temps de consolider son pouvoir. Lorsque Aliyev et Pashinyan se sont rencontrés à Douchanbé en octobre 2018, ils ont convenu de désamorcer les tensions. Les perspectives de paix étaient meilleures qu’elles ne l’avaient été depuis longtemps.

Mais c’est alors que quelque chose a changé. En mai 2019, Pashinyan a répudié les «Principes de Madrid» de l’OSCE, qui avaient servi de base aux négociations depuis 2007. Il a également cherché à changer le format même des négociations, exigeant la participation des dirigeants locaux du Haut-Karabakh aux pourparlers. Mais s’exprimant en août 2019 dans la capitale du Karabakh, il a ensuite déclaré que «le Karabakh, c’est l’Arménie, point final», et a ravivé le thème de l’unification de l’Arménie et du Karabakh qui avait déclenché le conflit à la fin des années 80. Ces deux déclarations n’étaient pas seulement contradictoires – si le Karabakh est l’Arménie, pourquoi devrait-elle avoir un siège séparé à la table des négociations?- mais ont également semblé supprimer tout espace de négociation sur le statut du territoire. Il y avait d’autres signes de changement. L’épouse de Pashinyan, Anna Hakobyan, qui avait lancé le mouvement «femmes pour la paix» en 2018, est habillée cet été en treillis militaire tenant une mitraillette dans le but de promouvoir la formation militaire des femmes. Leur fils s’est également porté volontaire pour servir dans les territoires occupés.

La stratégie militaire de l’Arménie a également changé: la même année, le ministre de la Défense David Tonoyan – dont le pouvoir et l’influence se sont rapidement accrus au sein du gouvernement – a déclaré que l’Arménie rejetait désormais la logique terre-contre-paix qui avait servi de base aux négociations, et adoptait à la place une stratégie poursuivant «de nouvelles guerres pour de nouveaux territoires». Cela s’est accompagné de mesures affirmées qui ont changé la situation sur le terrain: l’Arménie a commencé relativement ouvertement à réinstaller les Arméniens de souche de Syrie et du Liban dans les territoires occupés, créant de nouveaux faits sur le terrain et renforçant le sentiment d’urgence à Bakou. La position d’Erevan a été mieux résumée dans l’interview BBC Hard Talk de Pashinyan d’août 2020,ce qui a conduit l’animateur exaspéré Stephen Sackur à conclure que «vous n’êtes clairement pas un artisan de la paix».

Mais les dirigeants arméniens sont alors allés encore plus loin: ils ont pris des mesures qui, peut-être par inadvertance, ont entraîné la Turquie plus directement dans le différend. Lorsque les combats ont éclaté en juillet sur la frontière incontestée entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au nord de la zone de conflit, ils ont fait craindre en Turquie que l’Arménie ne menace l’infrastructure énergétique, durant la flambée des combats, à proximité  des réserves de pétrole et de gaz azerbaïdjanais. Puis, début août, le président et le premier ministre arméniens ont tous deux tenu à commémorer le centième anniversaire du traité de Sèvres, qui aurait séparé un État arménien de l’est de la Turquie – traité qui a servi pendant un siècle un cri de ralliement pour les nationalistes turcs.

Ces développements suggèrent au moins quatre graves erreurs de calcul de la part des dirigeants arméniens.

Premièrement, la rhétorique des «territoires libérés» reflète une tentative délibérée de profiter de l’affaiblissement du droit international et des institutions. Pendant deux décennies, l’Azerbaïdjan a concentré ses efforts sur l’utilisation de la diplomatie et de la pression internationale pour annuler la tentative de l’Arménie de modifier le tracé des frontières internationales par la force militaire. Un ordre international affaibli semblait laisser à l’Arménie les mains libres pour maintenir indéfiniment son contrôle sur ces terres. Ce que les dirigeants arméniens ont négligé de voir, c’est que ce même ordre international a également dissuadé l’Azerbaïdjan d’abandonner la diplomatie et de rechercher une solution militaire. En 2019, le président Ilham Aliyev a noté qu’un monde émergeait où «la puissance a raison», laissant entendre que l’Azerbaïdjan agirait en conséquence s’il ne pouvait atteindre ses objectifs par la diplomatie. De même, l’Arménie n’a pas réalisé les implications de son échec à obtenir la reconnaissance internationale de son occupation du territoire azerbaïdjanais. Comme les événements récents l’ont clairement montré, tant que les combats resteront centrés sur le territoire azerbaïdjanais internationalement reconnu, les puissances occidentales ou autres ne feront pas grand-chose si ce n’est de lancer des appels habituels à la retenue et aux négociations.

Deuxièmement, et peut-être plus important encore, l’Arménie n’a pas intégré le fait qu’elle ne pouvait pas tenir le soutien russe pour acquis. L’influence russe sur l’Arménie était devenue si forte que Vladimir Poutine ne voyait guère de risque à courtiser également Ilham Aliyev et à travailler pour attirer l’Azerbaïdjan dans l’orbite russe. Les étudiants en stratégie russe avaient depuis longtemps compris que le Kremlin considérait son influence sur l’Arménie comme un levier pour exercer une influence sur la Géorgie et l’Azerbaïdjan, qui ont tous deux une signification géopolitique beaucoup plus grande. Il y a plusieurs années, Moscou a commencé à vendre de grandes quantités d’armes en Azerbaïdjan. Bakou a certainement payé des prix plus élevés qu’Erevan, mais cette décision aurait dû amener les dirigeants arméniens à remettre fondamentalement en question leur stratégie de dépendance à l’égard de la Russie, car la Russie a également travaillé dur pour inciter Bakou à rejoindre des organisations dirigées par la Russie, comme l’Union économique eurasienne. Mais une telle refonte n’a pas eu lieu à Erevan, même après que la Russie ne soit pas intervenue lors de la flambée de 2016.

Comme un joueur de poker avec une mauvaise main, Erevan a plutôt augmenté les enjeux dans un bluff plutôt transparent que Bakou a finalement décidé de suivre. S’il restait possible que Moscou intervienne et sauve l’Arménie, c’était hautement improbable. Poutine se méfie profondément de Pashinyan et de la manière dont il est arrivé au pouvoir, et semble content de le voir prendre une râclée – peut-être dans l’espoir que l’ancien régime reviendra au pouvoir à Erevan. Il est à noter qu’Ilham Aliyev en août dernier a décidé de purger les forces pro-russes restantes au sein de son gouvernement et de se plaindre ouvertement à Poutine des fournitures militaires russes envoyées à l’Arménie. L’approche prudente de Poutine peut refléter la nécessité de jouer en douceur avec l’Azerbaïdjan afin de conserver certains leviers d’influence sur le pays le plus stratégiquement important du Caucase. Les dirigeants arméniens ont peut-être  été fondamentalement incapables de détecter que la Russie, malgré toutes ses fanfaronnades, est une puissance en déclin tant au niveau mondial que régional. Bien que les choses puissent changer, la Russie semble jusqu’à présent ne voir que peu d’avantages à intervenir de manière décisive dans cette guerre, et semble même chercher à utiliser cette flambée de violence pour insérer les soldats de la paix russes dans la zone de conflit. Dans l’ensemble, l’Arménie est beaucoup plus isolée que sa rhétorique ne l’aurait laissé entendre.

Troisièmement, les dirigeants arméniens n’ont pas correctement analysé les liens croissants entre le Caucase du Sud et le Moyen-Orient, et en particulier le rôle de la Turquie dans la région. Depuis 2015, une puissante force nationaliste est montée au sein de l’État turc et définit de plus en plus les paramètres de la politique étrangère turque. Le président Recep Tayyip Erdogan – lui-même islamiste plutôt que nationaliste – a été poussé dans une direction plus nationaliste, ce qui a conduit Ankara à défier Moscou à la fois en Syrie et en Libye. Pour l’Arménie, le fait que les drones turcs aient déjoué les défenses aériennes russes, du moins dans le cas libyen, aurait dû susciter une inquiétude considérable et signaler la nécessité d’une grande prudence. Malgré des signes avant-coureurs clairs, comme la déclaration d’Erdogan de février 2020 selon laquelle le Karabakh compte autant pour la Turquie que pour l’Azerbaïdjan, les dirigeants arméniens n’ont absolument pas anticipé le changement de position de la Turquie sur le conflit. En fait, à travers des étapes comme leur proclamation historique d’adhésion au Traité de Sèvres cet été, ils ont accéléré ce changement.

Enfin, les dirigeants arméniens n’ont pas compris la récente transformation interne de l’Azerbaïdjan. Pendant de nombreuses années, Ilham Aliyev a été paralysé par la présence de divers oligarques autour de lui. Mais au cours des dernières années, le dirigeant azerbaïdjanais s’est engagé dans une purge de grande envergure, visant à rendre l’État plus efficace. Aliyev se libérait des chaînes du régime, en place depuis qu’il avait succédé à son père il y a dix-sept ans. Les dirigeants arméniens ne semblent pas avoir compris que l’approche plus affirmée d’Aliyev affecterait le problème le plus pressant de l’Azerbaïdjan, le conflit non résolu et l’occupation des territoires azerbaïdjanais, bien qu’Aliyev ait à plusieurs reprises signalé sa grande frustration face à cette situation.

Pourquoi, alors, les dirigeants arméniens ont-ils commis ces graves erreurs de calcul? Plusieurs raisons me viennent à l’esprit. Le monde a changé rapidement ces dernières années, exigeant une flexibilité et une capacité d’analyse considérables pour traiter les implications de l’interaction entre les processus mondiaux et régionaux. Les dirigeants arméniens semblent au contraire être devenus complaisants et avoir intériorisé leur propre propagande. Pourtant, cela ne rend pas compte de l’ampleur de leur échec, qui ne peut s’expliquer que par une analyse plus approfondie de la politique intérieure arménienne.

Explication du Conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan

Il est désormais clair que le Premier ministre Nikol Pashinyan – qui manquait d’expérience politique avant d’être placé au pouvoir en tant que leader des manifestations de rue en 2018 – n’a pas compris la géopolitique de son pays et de sa région. Mais il a également été constamment miné par les précédents dirigeants arméniens, qui à leur tour s’étaient alignés sur les dirigeants du Karabakh et entretenaient des relations privilégiées avec Moscou. Cela a créé une situation hautement instable, dans laquelle Pashinyan a cherché à surenchérir sur ses rivaux en adoptant une position nationaliste de plus en plus dure pour consolider son pouvoir. En effet, son appel à l’unification visait peut-être principalement les dirigeants du Karabakh et visait également à renforcer sa popularité parmi les Arméniens. Si tel est le cas, alors il a largement sous-estimé l’impact que ses paroles auraient à Bakou.

Au moment d’écrire ces lignes, les parties ont signé un accord de cessez-le-feu qui cimente la victoire militaire de l’Azerbaïdjan tout en maintenant un certain niveau de contrôle arménien sur certaines parties du Haut-Karabakh. Les dommages à long terme résultant des erreurs de calcul de l’Arménie décrites ici sont évidents. Si une partie des dommages est physique, les dommages psychiques et mentaux sont encore plus importants: le sentiment de supériorité militaire de l’Arménie est maintenant brisé et son sentiment d’isolement palpable. Il doit maintenant être clair que l’Arménie ne peut être en sécurité que si elle parvient à une paix durable. Affaibli comme Pashinyan l’était déjà, il est difficile de voir comment il sort indemne de cet épisode, et les appels à sa démission se multiplient. Plus profondément, que Pashinyan reste ou s’en aille, il reste à voir si l’Arménie tirera partie des leçons de sa mésaventure et se lancera dans une tentative sérieuse pour rechercher la paix.

Svante E. Cornell est le directeur de l’Institut pour l’Asie centrale et le Caucase de l’ American Foreign Policy Council , cofondateur de l’ Institut pour la politique de sécurité et de développement et conseiller politique au Gemunder Center for Strategy de la JINSA.

nationalinterest.org

1 COMMENTAIRE

  1. L’ ARMENIE est 1 soutient indefectible a L’Iran qui jure de detruire Israel, l’Armenie vote absolument toutes les resolutions contre Israel a l’ONU alors elle doit assumer de payer son amitie avec l iran/nazi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.