Shoah : Comment les gendarmes ont traqué le négationniste Vincent Reynouard

TRAQUE Condamné à de multiples reprises pour des propos niant la Shoah, Vincent Reynouard a été interpellé en fin de semaine dernière en Écosse

Le négationniste Vincent Reynouard, aujourd'hui âgé de 53 ans, a été interpellé en Ecosse après des années de cavaleLe négationniste Vincent Reynouard, aujourd’hui âgé de 53 ans, a été interpellé en Ecosse après des années de cavale — FREDERICK FLORIN

Vincent Reynouard, un négationniste multirécidiviste, a été interpellé la semaine dernière en Ecosse, où il vivait sous une fausse identité
L’homme s’était fait connaître en publiant de multiples vidéos dans lesquelles il niait la Shoah.
Il est actuellement détenu à Edimbourg en attendant son éventuelle extradition.
Des années qu’il vivait caché au Royaume-Uni. Vincent Reynouard, négationniste multirécidiviste et figure de l’ultradroite, a été interpellé jeudi dernier dans un petit port de pêche écossais de la région d’Anstruther par les autorités britanniques, à la demande de leurs homologues français. « C’est bien la preuve qu’il n’y a pas d’impunité pour ceux qui distillent la haine », se réjouit auprès de 20 Minutes le général Jean-Philippe Reiland, à la tête de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH), qui pilotait sa traque.

Celle-ci démarre en août 2020 après la découverte de tags négationnistes sur le mémorial d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), village dans lequel 642 habitants ont été tués par les SS en juin 1944. Parmi les inscriptions retrouvées, une retient tout particulièrement l’attention des enquêteurs : « Reynouard a raison ». L’homme en question est loin d’être un inconnu de la justice : sa première condamnation pour contestation de crimes contre l’humanité remonte au début des années 1990. Depuis, elles se sont enchaînées avec à chaque fois la même marotte: nier l’existence de la Shoah en général, et du massacre d’Oradour-sur-Glane en particulier. « On espérait, en l’interrogeant, pouvoir remonter à l’auteur de ces tags », poursuit le général Reiland. Mais l’homme est exilé depuis 2015 outre-Manche, d’où il continue d’enregistrer des vidéos dans lesquelles il distille sa haine.

Pas de délit de négationnisme en Grande-Bretagne

La première difficulté de l’enquête est d’ordre juridique : il n’existe pas, en Grande-Bretagne, d’incrimination pour « négationnisme » qui pourrait justifier la coopération des services britanniques. Les gendarmes de l’OCLCH ne s’avouent pas vaincus pour autant et décident de s’appuyer sur une ancienne condamnation du professeur de mathématiques, révoqué de l’Éducation nationale pour les propos antisémites qu’il tenait lors de ses cours : une condamnation à un an de prison ferme par la cour d’appel de Caen pour négation de crimes contre l’Humanité. Une peine jamais exécutée car le prévenu s’est exilé juste avant. « Il faut une peine d’au moins un an pour que le Royaume-Uni accepte une procédure d’extradition », précise le chef de l’Office, qui salue l’implication de ses homologues britanniques dans ce dossier.

Reste désormais à le localiser. Si Vincent Reynouard ne cache pas se trouver en Grande-Bretagne, il prend soin de ne pas dévoiler où précisément. En octobre 2021, l’homme est localisé une première fois dans le Kent grâce à un renseignement. « Il ne vivait pas sous une fausse identité mais était discret ; il n’avait par exemple pas d’appartement à son nom », précise le général Jean-Philippe Reiland. Mais lorsque les policiers britanniques se présentent chez lui, l’homme parvient à s’enfuir in extremis. La traque reprend donc. Se sachant recherché, il s’établit cette fois sous une fausse identité… tout en poursuivant ses vidéos haineuses sur les réseaux sociaux.

Un « renseignement » à l’origine de son interpellation

Près d’un an plus tard, à l’automne 2022, un nouveau renseignement parvient aux oreilles des gendarmes : il serait en Ecosse. « Nous avons servi d’aiguillon dans cette recherche, mais ce sont les services britanniques qui ont ensuite été très mobilisés », précise Jean-Philippe Reiland. Une surveillance est organisée et l’homme finalement interpellé jeudi dernier. Lors de sa présentation devant un juge d’Édimbourg, Vincent Reynouard a refusé son extradition vers la France. « Compte tenu du risque qu’il disparaisse à nouveau, il a été placé en détention provisoire », poursuit le chef de l’Office. Une audience devrait être fixée rapidement par un juge écossais afin de vérifier la validité du dossier en vue de son éventuelle remise aux services français.

Caroline Politi

20 Minutes avec AFP

1 COMMENTAIRE

  1. Ces types révisionnistes oublient souvent que des français de toutes confessions ou en raison de leur politique ont été massacrés par des nazis , ce Raynard qui continue à diffuser sur internet des négations sur la Shoah mérite 10 ans ferme ça calmera tous ces neo nazis racistes, car ils auraient été fusillé en 45

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.