Christine Angot: un combat sans merci contre les antisémites

18
9131
©PHOTOPQR/LE PARISIEN ; 04/09/2015 Paris Ier France Christine Angot écrivain photo : Olivier Corsan / Le Parisien (MaxPPP TagID: maxpeopleworld902736.jpg) [Photo via MaxPPP]

A plusieurs reprises cette année Christine Angot, chroniqueuse de l’émission ONPC, a montré sa détermination à lutter contre l’antisémitisme dans les médias.

La chroniqueuse de l’émission de France 2 “On n’est pas couché”, Christine Angot, a mis dans l’embarras un des invités de la soirée en lui rappelant ses propos honteux sur la Shoah publiés dans une tribune en 2016 dans laquelle il prenait la défense de l’antisémite Houria Bouteldja du Parti des indigènes de la République (PIR).

En 2016 vous avez écrit une tribune dans Libération en défense d’Houria Bouteldja qui avait écrit un livre Les Blancs, les Juifs et nous, et je cite juste une phrase dans cette tribune, vous disiez : Elle interroge sur l’extermination des Juifs d’Europe et son instrumentalisation par le projet sioniste depuis le monde colonisé”, a-t-elle rappelé à l’acteur transgenre Océane venu faire la promotion de la pièce de théâtre “Justice” sur le plateau de l’émission.

“On va vraiment parler d’Israël là ?”, a alors répondu l’acteur avec un sourire bien embarrassé.

“Ce n’est pas drôle. Votre phrase est dégueulasse et indéfendable”, a souligné le journaliste et romancier Franz-Olivier Giesbert, présent sur le plateau.

Cette tribune m’a été reprochée avec beaucoup de violence à l’époque”, s’est justifié le comédien. Ce à quoi lui a retoqué la chroniqueuse d’un “la violence est de votre côté, pas de vos détracteurs”.

“On peut tous dire des conneries et j’en dis aussi parfois. Ça c’est une énorme une connerie, la seule façon de sortir de là c’est de présenter ses excuses”, a conseillé Franz-Olivier Giesbert.

Après plusieurs secondes de silences et des questions de Christine Angot, Océan a fini par présenter des excuses… Trop tard pour les six millions de victimes juives.

Regardez à partir de 2h40 secondes :

Éric Hazan

lemondejuif

 

Angot clashe le chanteur du groupe Trust Bernie Bonvoisin

La chroniqueuse de l’émission de France 2 On n’est pas couché, Christine Angot, a fustigé samedi soir l’hypocrisie chanteur du groupe Trust Bernie Bonvoisin sur la question du conflit israélo-palestinien.

“J’ai eu un sentiment de malaise en lisant certaines allusions dans votre livre La danse du chagrin. Quand vous parlez des pays de la région que vous aimez, vous citez la Palestine, le Liban, la Jordanie, le Bahreïn, le Yémen, l’Égypte, le Koweït, l’Irak… Il y en a un qui manque et on voit à peu près lequel”, a déploré la chroniqueuse.

“Ce n’est jamais cité. Et après vous critiquez l’armée “la plus morale du monde”, l’armée israélienne. Vous dîtes également que les problèmes des réfugiés syriens ont commencé dès 1948…comme par hasard l’année de l’indépendance d’Israël”, a-t-elle poursuivi.

“Il faut dire les choses : Israël n’a pas été reconnu par ses voisins arabes”, a conclu la chroniqueuse. Regardez à partir de 41″07s :

Dans son livre “La danse du chagrin” (Éditions Don Quichotte), Bernie Bonvoisin, qui est l’un des parrains du Festival Ciné-Palestine, accuse l’armée israélienne de “tuer des enfants à Gaza”, une accusation particulièrement assassine contre les Juifs de France. Les terroristes Merah et Coulibaly ont justifié leurs massacres antijuifs afin de “venger les enfants palestiniens”.

Éric Hazan 

Virginie Efira dans l’adaptation d’une oeuvre de Christine Angot

Connue depuis longtemps pour ses coups de gueule et son franc-parler, la romancière Christine Angot est un visage familier du petit écran, surtout depuis l’an passé en acceptant le poste de chroniqueuse dans le talk show “On n’est pas couché” présenté par Laurent Ruquier. Cette semaine, c’est l’adaptation de son roman autobiographique “Un Amour impossible” qui fait l’actualité avec Virginie Efira dans le rôle de sa mère.

L’avocat Eric Dupond-Moretti, le chanteur Gauvain Sers ou encore l’économiste et femme politique française Sandrine Rousseau sont quelques-uns des invités qui ont eu des échanges mouvementés avec Christine Angot sur le plateau de l’émission-phare du samedi soir sur France 2. On l’adore ou on la déteste en tant que chroniqueuse télé mais on ne peut pas nier son talent d’écrivain, certains de ses livres ont été de grands succès !

Son roman Un amour impossible (2015) est aujourd’hui adapté au cinéma par Catherine Corsini avec Virginie Efira et Niels Schneider. On le sait depuis ses révélations dans un autre livre intitulé L’Inceste (1999), Christine Angot a été violée par son père. Elle a beaucoup écrit là-dessus.

Dans un Amour impossible, elle revient récit sur cette terrible histoire en se concentrant sur le personnage de sa maman : une femme amoureuse d’un homme qui n’a jamais voulu l’épouser et qui l’a laissée seule avec son enfant.

Alors comment est-il possible qu’une mère n’ai jamais compris ce qui se passait dans son dos ? Voilà l’un des thèmes de ce film fleuve avec un rôle magnifique pour Virginie Efira.

Source

 

18 COMMENTS

  1. Christine Angot est juive, …

    Christine Angot, née Christine Schwartz le 7 février 1959 à Châteauroux (Indre), est romancière et dramaturge française. Elle pratique fréquemment la lecture publique de ses textes, notamment sur scène.

    Née Christine Pierrette Marie-Clotilde Schwartz, Christine Angot passe son enfance à Châteauroux, avec sa mère, Rachel Schwartz, d’origine juive et avec sa grand-mère.

  2. Angot ne joue-t-elle pas un double jeu ? Elle écrit dans son livre “L’usage de la vie” qu’Hitler est son frère et qu’elle crache sur les juifs ! Propos degeulasses qu’elle a également tenu de vive voix sur le plateau du Cercle de minuit (extrait visionnable sur le site de l’INA) : “on peut dire que les juifs sont des salauds si ça fait plaisir” ! Dans son premier roman la narratrice qualifie de plus sa propre mère de “sale juive”.
    Il n’y a pas un problème, là ?

  3. Elle pourrait converser avec l’ignoble Lise Lucet, de l’Immonde France 2. Cette “personne” invite à beaucoup de défiance et de méfiance.

    • Des excuses qui en disent long sur son courage car ses convictions affichaient complet sur son visage.
      Les dernières images ont levé tout doute sur sa pathologie.

  4. Christine Angot est d’origine Juive .Elle est née Schwartz .

    ” Née Christine Pierrette Marie-Clotilde Schwartz, Christine Angot passe son enfance à Châteauroux, avec sa mère, Rachel Schwartz, d’origine juive pauvre1, et sa grand-mère. Son père, Pierre Angot, traducteur auprès des institutions européennes, a quitté le foyer familial avant sa naissance.

    Il ne la reconnaîtra officiellement que lorsqu’elle aura 14 ans. Elle prend le nom d’Angot. Elle quitte Châteauroux et s’installe à Reims avec sa mère. Après le baccalauréat, elle entame des études d’anglais et de droit. Elle obtient un DEA de droit international public, puis se spécialise en droit européen au Collège d’Europe à Bruges qu’elle quitte en milieu d’année et dont elle n’est pas diplômée .”

    Wikiki .

  5. Il s’est excusé pourquoi dire que c’est trop tard ? Ce n’est jamais trop tard!
    L’important est qu’ il prenne conscience de sa bêtise !

  6. La honte est plutôt d’avoir été interrogé ( interpellé )par un « cerveau » au format déjà lobotomisé à propos de leurs sombres actes que sont le sionisme et la shoah (qu’ils ) le reproduisent auprès des malheureux palestiniens chrétiens et musulmans. Minable et pitoyable de choisir une phrase sur plus de 70 ans de colonialisme… Oui , facile la théorie du simplet simpliste… mais d’autres sont là pour rehausser le niveau de sa ( à angot) galerie ✌⚖️

  7. Christine Angot: je l’aime de plus en plus .
    Ce n’est pas la première fois qu’elle me surprend agréablement.
    Pourtant au début …

  8. Ce petit con ou cette petite conne c fait defoncer devant tout le monde
    Quel bonheur en espérant que ses rôles merdiques de pseudo intello a 3 sous deviennent rares voir inexistant

  9. Des excuses sous la contrainte ne sont bien sûr pas des excuses, mais un calcul mental.
    Reconnaître son erreur sans tergiverser démontre immédiatement que la réflexion a eu lieu “avant” et qu’on attendait l’occasion et/ou le courage de rendre publique le repentir. Ce qui n’a pas été le cas.
    Un satisfecit pour Angot, couillue sur FR2…
    Pour Fog, c’est son état naturel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.