Onde de choc en Israël, prudence en Inde, alors que la Chine pousse la Russie à vendre ses S-400 à l’Iran

Publié

L’Iran et la Russie sont (presque) sur la même longueur d’onde depuis les sept dernières décennies, mais plus récemment en Syrie où les deux puissances sont intervenues et ont réussi à sauver le régime d’Assad. 

L’Iran a toujours fait partie du bloc soviétique; il n’a jamais condamné l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, et ainsi, s’est attiré la double colère des États arabes qui étaient paranoïaques, à cause de la possible contagion de la révolution iranienne (de 1979) et on a pensé, à u n moment, que, la révolution aurait pu engloutir toute la région du Golfe.

Pour contrecarrer la révolution, les Etats du Golfe ont dépensé des milliards de dollars et ont même lancé une guerre contre l’Irak via les Etats-Unis. Au cours des 40 dernières années, la région n’a connu que des morts, des ravages, des destructions et des malheurs sans précédent sur sa population.  

Mais la tournure des événements a permis à l’Afghanistan et aux talibans de s’allier avec la Russie et l’Iran. Les États-Unis sont sur le point de quitter l’Afghanistan après leur ultime humiliation, car ils ont dû signer un accord avec les mêmes talibans qu’ils combattaient depuis 19 ans, le président américain ayant annoncé que les soldats américains seraient de retour d’ici Noël.

La Russie a maintenant annoncé, même pendant la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, qu’elle vendrait son système antimissile S-400 à l’Iran après la fin de l’embargo de l’ONU sur l’Iran le 18 octobre 2020.

Cependant, cette nouvelle allait remuer le « nid de frelons » en Israël qui se considère comme la seule superpuissance de la région du Golfe. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a souhaité amèrement au  président russe Vladimir Poutine un «  joyeux anniversaire  » (de fin de sanctions) et bien qu’il n’y ait pas eu de déclaration officielle de son bureau, il va sans dire qu’Israël s’opposerait à la vente du S-400 à l’Iran comme il l’avait fait sans succès avec les S-300.

Israël pourrait potentiellement se sentir « dissuadé » par l’idée que les jours où il «  reste invisible  »  (« sous les radars ») semblent comptés,selon la façon dont, jusqu’à présent, sa cyberattaque sur le site nucléaire iranien à Natanz [NDLR: selon tous les indices, c’était un vrai dépôt physique d’une bombe, et non une « cyber-attaque »] et ses bombardiers furtifs F-35 ont frappé une base de missiles en Iran, comme le rapporte TimesofIsraël, le 3 juillet 2020. Si ces attaques sont demeurées non-identifiées, la présence de S-400 autour des sites iraniens pourrait dorénavant leur donner du fil à retordre, à l’avenir. Du moins c’est ce qu’escomptent les Iraniens épaulés par les Russes. 

Mais, voici ce qui laissera tous les experts politiques pantois, quant à savoir pourquoi la Russie cherche t-elle à sceller un accord aussi meurtrier avec l’Iran? La réponse est : la Chine!

Comme c’est la Chine qui a poussé la Russie à protéger l’Iran, de la même façon, maintenant, la Chine va investir 400 milliards de $ US dans l’armée et le commerce en Iran. L’attrait du S-400 est tel que la Turquie a préféré abandonner le F-35 américain et a plutôt adopté le S-400 de Russie, ce qui colle en grande partie des aigreurs d’estomac en Israël et aux États-Unis.  

Ce qui est également plus que surprenant, c’est que la Russie l’a annoncé alors même que l’économie iranienne est en terrain instable. Par conséquent, la Chine est clairement sur un mode prévisionnel dans un futur éloigné, car si le S-400 entrait dans l’arsenal de l’Iran, avec le système radar chinois, l’Iran se trouverait en bien meilleure posture pour faire face à toute attaque conjointe d’Israël ou des États-Unis, ce qui est une éventualité sur laquelle  tout le monde s’accorde.  

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, n’a-t-il pas fait l’allusion satirique du fait que «  Israël n’est pas nécessairement derrière tous les incidents sur les sites nucléaires iraniens  », selon Reuters le 5 juin 2020?

russie-chine-iran

Image de fichier: dirigeants de l’Iran, de la Russie et de la Chine

L’Iran a également été rongé par les incendies mystérieux suivants qui ont mis le feu à ses sept navires en construction et l’Iran accuse Israël d’être derrière ces incidents multiples, selon Vox.Com le 17 juillet 2020. L’expertise russe est telle que très bientôt elle devrait être prête à déployer des S-500 et l’Inde devrait également adhérer aux S-400 russes d’ici 2021, selon EurasianTimes du 8 juillet 2020, mais dans le même contexte, le député du BJP Subramanian Swamy a déclaré qu’ils étaient équipés de systèmes électroniques chinois, par conséquent, l’Inde ne devrait pas tout faire pour les obtenir.

Lockheed Martin des États-Unis, qui fabrique des avions furtifs F-35, en a pour son argent, et il est maintenant intéressant de noter qu’Israël a donné sa batterie Dôme de Fer aux États-Unis, a déclaré à Military.Com le 5 octobre 2020, pour renforcer ses défenses (notamment en Irak). Israël en est protégé en différents points cruciaux de son territoire, dont les principales villes et bases.  

Pourquoi la Russie et la Chine, deux superpuissances à part entière, sont-elles «gaga» (en train de s’neticher de) l’Iran? La réponse évidente est le défi incessant de l’Iran face aux États-Unis au cours des 70 dernières années, et aussi que très récemment, avant que l’accord Iran-Chine du 12 juillet 2020 ait été annoncé après que l’Inde ait été obligée de «  sortir  » du projet Iran-Chabahar, La Chine devait aussi subir le lâchage de contrats avec Israël!

Alors qu’Israël a annulé des contrats chinois dix jours après la visite du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, selon le Haaretz du 26 mai 2020, la Chine a été tout fait pour « panser ses blessures ».

Un avenir imprévu, mais certainement le conflit le plus chaotique semble attendre le monde, car la Russie et la Chine devraient bientôt reconnaître le gouvernement afghano-taliban une fois le retrait officiel des États-Unis exécuté, et par la suite, la possibilité ne peut être exclue que l’Afghanistan des Taliban puisse recevoir des armes russes et chinoises, ce qui ferait sonner l’alarme en Inde, car ils ne sont pas considérés comme «aussi amicaux» à New Delhi en Inde.  

Mais pour le moment, cependant, Israël ne néglige aucun effort pour stopper la fourniture de missiles russes S-400 à l’Iran et si Trump reprend le pouvoir, une action militaire conjointe contre Téhéran ne peut être exclue.

Écrit par Haider Abbas. L’auteur est un ancien commissaire à l’information de l’État. Il est analyste des médias et écrit sur la politique internationale.

Shockwaves In Israel, Caution In India, As China Pushes Russia To Sell Its S-400s To Iran

4 Commentaires

  1. ce n’es pas les chinois qui sont pas en train de faire une genocide musulman en ce moment ? Et en plus on fait du business Et personne ne s’indigne ? Ou sont les Omar , Tlaieb , Farrakhan ? Ou êtes vous ? Hypocrisie pour les palestiniens le monde entier se lève alors que Gaza et un paradis Avec ces villas Surtout les villas de ces dirigeants et leurs hommes d’affaires et Leurs malls leurs plages A comparer avec les campement de ouïgours Honte aux musulmans qui ne se lèvent pas contre la Chine Money talks and bullshit walks

  2. J’espère que les israéliens pourront mettre la main sur une batterie de missiles S400 en Iran ou Syrie et l’analyser comme ils avaient réussit à capturer des missiles Sam russes ainsi que divers matériels militaires russes radars etc…pendant la guerre des 6 jours et Kippour, et ainsi les russes étaient dépouillés de leurs technologies donc devaient réinventer , Israël est capable de tels exploits , les chinois devraient faire aussi attention ils ne sont pas infaillibles ….

  3. Pourquoi vous étonnez?

    La chine est etat prédateur
    La Chine n’a aucun état d’âme et n’agit
    Que dans son propre intérêt.
    Penser le contraire est faire preuve d’une grande naïveté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.