La Chine souhaite accroître son implication économique et sécuritaire en Syrie. Si elle le fait, cela aura des conséquences complexes pour les intérêts russes et des implications directes pour Israël.

La Chine signale qu’elle a intérêt à s’impliquer en Syrie au-delà du soutien diplomatique au régime d’Assad, en mettant l’accent sur la question de la réhabilitation économique et des infrastructures. La présence actuelle de la Chine en Syrie est faible, mais c’est le seul vecteur international qui peut effectivement aider à la reconstruction (on doute que l’Occident voudra y être impliqué tant qu’Assad sera au pouvoir ; l’Iran est sous le coup des sanctions et de l’épidémie de Corona et la Russie n’a pas de ressources suffisantes de la taille requise). Si tel est le cas, des tensions entre la Chine et la Russie risquent d’émerger, laquelle considère la Syrie comme un atout stratégique important. La politique d’Israël devrait se concentrer sur la transmission d’un message à Pékin clarifiant que ses investissements en Syrie seront perdus si elle (avec Poutine) ne freine pas les intentions de l’Iran d’utiliser le territoire syrien à ses propres fins.

L’ambassadeur de Chine en Syrie a publié un article dans le quotidien syrien Al Watan au début du mois d’août 2018 dans lequel il loue le régime de Bachar al-Assad pour ses réalisations et note l’importance des relations avec la Chine. Il annonce que la Chine a l’intention d’approfondir son implication au Moyen-Orient, en partie par intérêt pour un rôle plus important dans la promotion de la paix et de la stabilité dans la région. Concernant la Syrie en particulier, l’Ambassadeur a noté que la Chine souhaitait promouvoir la coopération militaire, économique et politique et être impliquée dans la reconstruction de la Syrie.

Jusqu’à présent, l’arrivée de la Chine en Syrie a été largement diplomatique, et s’est faite de concert et en coopération avec la Russie. À partir de 2011, la Chine a soutenu la Russie en opposant son veto à la décision du Conseil de sécurité des Nations Unies (RCSNU) de condamner le régime d’Assad pour avoir utilisé des armes chimiques contre les civils syriens. La Chine et la Russie ont également, ensemble, refusé les propositions d’autres pays pour résoudre le conflit. En 2016-2017, la Chine et la Russie ont soumis à deux reprises une proposition aux Émirats arabes unis sur la lutte contre les armes chimiques en Syrie (et en Irak) et le contrôle du transfert de l’aide humanitaire. En septembre 2019, la Chine et la Russie ont opposé leur veto à un cessez-le-feu dans la région d’Idlib soumis aux Émirats arabes unis et soumis une proposition alternative (rejetée). Elle aussi fait une demande de levée des sanctions, au motif que l’État aura du mal à faire face à la menace du Coronavirus sous sanctions, étant donné sa situation d’après-guerre et ses infrastructures en ruine. D’un point de vue diplomatique, il s’agit d’une augmentation de sa présence diplomatique de la part de la Chine, qui a jusqu’à présent été largement préoccupée par le veto des décisions contre la Syrie, à cause des Emirats Arabes Unis.

Au-delà de cette activité diplomatique au sein des Nations Unies, la Chine a indiqué ces dernières années qu’elle était prête à une implication significative en Syrie, qui dépasserait un soutien diplomatique à la Russie. En octobre 2012, la Chine a accueilli l’envoyé de la Ligue arabe et a annoncé une proposition visant à établir un gouvernement de transition en Syrie sur la base du maintien d’Assad et de négociations avec l’opposition. La proposition était largement déclarative, mais illustrait l’implication active de la Chine dans la crise en Syrie.En 2015, la Chine a exprimé son intérêt à inviter les parties au conflit en Syrie à discuter de la fin de la guerre, au cours de laquelle la Chine a nommé des envoyés en Syrie, qui ont visité le pays et rencontré des représentants du gouvernement Assad et des membres de l’opposition.

En termes d’aide économique humanitaire, en 2018, le président de la Chine a déclaré des prêts à des conditions favorables aux pays du Moyen-Orient, avec 91 millions de dollars d’allocation offerte à la distribution (tableau d’ensemble restant inconnu) entre la Syrie, la Jordanie, le Liban et le Yémen. On a également signalé que pendant la guerre civile, la Chine a fait don de bus, de générateurs et d’ambulances à la Syrie.

Au-delà de l’aide humanitaire, ces dernières années, la Chine a manifesté un intérêt pour la participation de ses entreprises en Syrie, qui est principalement liée à des projets d’infrastructure conformes aux objectifs du plan d’expansion chinois, désignée comme “l’Initiative de la ceinture et la route” ou “Nouvelle Route de la Soie”. Par ailleurs, dans le cadre de la recherche constante d’énergie et de matières premières, les Chinois s’intéressent aux concessions pétrolières et aux droits miniers pour les gisements de phosphate dans le pays. La Syrie n’est pas membre du programme “Nouvelle Route de la Soie” et n’a pas perçu d’offres de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), dans le contexte de la guerre. Lorsque la Chine a adopté le programme d’Initiative de la Ceinture et de la Route (Belt and Road) en 2013, la Syrie était déjà en guerre et l’incertitude qui en a résulté n’a pas permis la faisabilité de futurs arrangements économiques et d’infrastructure. Cependant, en 2019, alors qu’il est devenu clair que l’Etat islamique avait perdu sa campagne et la majeure partie du territoire syrien revenant sous le contrôle de l’administration Assad, Assad a déclaré qu’il était en pourparlers avec la Chine pour rejoindre le programme “ceinture et route” afin de sécuriser les investissements dans le pays. Dans ses commentaires (cités dans les médias chinois), Assad a déclaré que six projets pertinents ont été proposés à la Chine.

Cette année, la Syrie a été invitée pour la première fois à une conférence en Chine qui développait l’ambitieux programme chinois. Des dizaines de sociétés chinoises ont également participé à la foire de Damas en septembre 2019, visant à attirer des investisseurs dans les opérations en Syrie. Cependant, ces manifestations d’intérêt de la Chine ne sont pas encore arrivées à une implication économique importante en raison de nombreux obstacles à l’activité économique à but non lucratif. Parmi les principales difficultés auxquelles sont confrontés les investisseurs chinois (et d’autres investisseurs étrangers), l’approche américaine qui promeut des sanctions économiques contre le régime Assad et ceux qui s’intéressent aux relations économiques avec eux. La Chine devra choisir entre respecter les exigences des sanctions américaines et son désir d’approfondir son implication en Syrie, comme ses opérations dans d’autres pays comme l’Iran.

Jusqu’à présent, en ce qui concerne les aspects sécuritaires et militaires, la Chine se concentre principalement sur le soutien à la guerre par le biais de conseils et d’équipements. En 2016, un officier supérieur chinois sous les ordres du Ministère de l’armée et de celui des affaires étrangères s’est rendu en Syrie. Il a rencontré le ministre syrien de la Défense, a soutenu le régime d’Assad et a fait part de la préoccupation de la Chine concernant la propagation du radicalisme religieux (à cause de l’agitation de la minorité Ouïghour dans la région du Xinjiang). Selon des citations des médias, il a exprimé sa volonté d’aider à la formation et à l’aide humanitaire par le biais de l’armée chinoise. Selon les médias en Chine, les conseillers militaires chinois ont aidé à former des soldats en Syrie, principalement dans le domaine des armes de fabrication chinoise. En 2018, l’ambassadeur de Chine a déclaré que la Chine était prête à une implication militaire en tant qu’aide au régime d’Assad, avant le conflit alors attendu dans la région d’Idlib, mais ces propos ont été ultérieurement démentis par l’ambassade de Chine comme une citation inexacte.

Bien que l’implication chinoise en Syrie soit actuellement très limitée, les signaux chinois d’un intérêt croissant pour l’implication du pays conduisent à se demander si les intérêts chinois et russes peuvent être compatibles et si la Chine aidera les efforts de la Russie pour sortir la Syrie de son impasse économique. Alternativement, il est possible que la déclaration de la Chine de vouloir accroître son implication en Syrie soit en conflit avec les intérêts russes en Syrie.

L’approche commune et contradictoire de la Chine et de la Russie sur la scène syrienne

La Russie est désormais le principal exportateur et importateur international du pays, d’autant plus qu’elle a commencé à soutenir activement les combats aux côtés des forces d’Assad en septembre 2015. L’Iran est également profondément impliqué dans le maintien en place du régime d’Assad, mais le régime syrien souhaite intensifier le rôle de la Russie tout en limitant le pouvoir de l’Iran. Cela déclenche des attaques israéliennes contre des cibles iraniennes dans le pays qui entravent les tentatives du régime de créer une atmosphère sûre pour les affaires. Alors que l’Iran promeut l’influence Chiite (processus de “Shiizah”) en Syrie, l’implication russe n’a pas pour conséquence l’intensification des tensions religieuses et sectaires dans le pays. À cet égard, il existe une base pour la coopération russo-chinoise, car l’implication chinoise sera également inévitablement dépourvue de tout aspect religieux et idéologique de ses activités, car elle offre des avantages économiques et de sécurité au Moyen-Orient.

Il y a beaucoup de points communs dans les approches stratégiques mondiales de la Russie et de la Chine. Les deux pays s’opposent à un ordre mondial unilatéral dirigé par les États-Unis; aussi, les deux pays craignent une implication extérieure destinée à changer le comportement de leurs gouvernements et, dans le cas russe, même la peur de son remplacement. Cette approche s’est démarquée dans d’autres cas, comme la réponse conjointe de la Russie et de la Chine (et d’autres, tels que la Turquie et l’Iran) contre tout soutien international à la direction américaine dans ses tentatives de révolution aux côtés de l’opposition vénézuélienne. La Russie a ensuite souligné l’importance du principe de souveraineté et de limitation de la participation extérieure en tant que principe suprême, dans sa version, l’emportant sur tout autre idéal ou objectif, tels que les droits de l’homme, et la Chine a soutenu cette position. Au Moyen-Orient en particulier, les événements du “printemps arabe” ont rappelé aux régimes chinois et russe la possibilité de troubles internes parmi leurs populations musulmanes et leurs conséquences.

La Chine et la Russie craignent le retour des civils musulmans qui ont combattu aux côtés des extrémistes musulmans en Syrie et pourraient propager une idéologie radicale dans leur pays d’origine. La Chine, par exemple, craint que les civils chinois d’origine ouïghoure (musulmans) venus en Syrie pour combattre aux côtés de groupes islamiques radicaux en Syrie contre les forces d’Assad ne reviennent en Chine. La Chine les considère comme un facteur déstabilisateur en Chine depuis des années et a pris des mesures pour réprimer cette population. La Russie craint également le retour des combattants des républiques musulmanes du pays qui ont pris l’avion par milliers vers la Syrie pour combattre aux côtés des groupes islamiques. Ils sont perçus à Moscou comme un facteur dangereux et une agitation visant à propager des idées radicales parmi la population musulmane russe. À cet égard également, la Chine et la Russie ont un intérêt commun à soutenir le régime Assad, à vaincre l’opposition à son régime et à veiller à ce que ses citoyens belligérants ne reviennent pas dans leur pays d’origine.

La position commune de la Russie et de la Chine en Syrie est également pratique pour réduire l’influence des États-Unis, qui les définissent comme des rivalités stratégiques. La vision russe du “jeu à somme nulle” vis-à-vis des États-Unis au-delà des régions du Moyen-Orient et aussi partagée en Chine. De plus, la Russie n’a pas de capacité économique pour reconstruire la Syrie dirigée par Assad ; La Chine, en revanche, dispose de leviers économiques pour réaliser les objectifs russes en Syrie, sans avoir besoin de passer des compromis en échange de la promotion de cet objectif vis-à-vis de l’Occident et des États-Unis en particulier.

Cependant, les avantages d’une éventuelle implication chinoise dans la reconstruction de la Syrie sous Assad ont également des implications problématiques pour la Russie. La vision américaine de l’axe sino-russe, qui s’étend à des cercles plus étendus aux États-Unis, renforcera la perception de la menace par le gouvernement américain et pourrait conduire à des mesures américaines supplémentaires contre la Russie.

En outre, la Chine fait valoir que l’atténuation des conflits contribue à promouvoir le principal objectif de croissance économique au monde, conformément au programme de la  Nouvelle Route de la Soie (Ceinture et de la Route- Belt and Road). La Russie, quant à elle, considère les conflits régionaux comme un moyen de pénétrer et de démontrer une implication internationale qui renforcera sa position sur la scène mondiale, grâce à son rôle de médiateur. D’un point de vue économique également, l’aggravation des conflits peut s’accompagner d’avantages économiques pour la Russie, en particulier ceux qui provoquent une augmentation de la demande pour ses armes fabriquées.

Aux yeux de la Russie, une autre importance problématique de l’implication croissante des Chinois en Syrie est la concurrence possible entre les industries de la sécurité. Ce secteur est d’une importance cruciale pour la Russie car il est le pilier du gouvernement du président russe Poutine et parce qu’il est la deuxième source de revenus de l’État (après les industries énergétiques). Une augmentation de l’achat d’armes chinoises créera également une dépendance à long terme à l’égard des conseils et des avis des experts chinois, et renforcera également la pénétration de la Chine dans l’establishment sécuritaire syrien, nécessairement aux dépens de la Russie (quoique aux dépens, également, de l’Iran -ce qui peut temporairement arranger la Russie). La dépendance croissante de l’administration Assad à l’égard de la Chine signifierait que la Russie devra faire face non seulement à la concurrence de l’Iran en Syrie, mais aussi à la concurrence de la Chine. Contrairement à l’Iran, qui est érodé sous le poids des sanctions internationales, la Chine, par ses capacités économiques, posera un défi beaucoup plus important à la Russie.

La domination chinoise en Syrie pourrait entraîner des demandes de concessions de la part de la Russie, comme le contrôle des ports syriens ou des franchises souhaitées par la Russie, en échange d’un comportement constructif de sa part en Syrie, ce qui est très important pour la domination russe. Cette possibilité se présente parce que la vision russe est globale et voit le monde comme une arène de négociation pour l’avancement des intérêts nationaux. Elle craindra donc les mesures chinoises qui seront basées sur une vision similaire. La Chine peut pousser la Russie dans des domaines qu’elle considère comme relevant de son arrière-cour et qui restent sensibles à toute implication internationale dans ces pays, comme le Kazakhstan, pour soutenir les intérêts chinois dans les zones où le programme “la ceinture et la route” est en cours.

Signification pour Israël

Si la Russie, “le maître des horloges et le leader” en Syrie, encourage une implication importante de la Chine dans les zones sous le contrôle d’Assad, une nouvelle réalité sera créée dans l’arène, à laquelle Israël doit se préparer. D’une part, une présence chinoise croissante en Syrie fournira à Assad une source de soutien économique qui lui permettra d’équilibrer, dans une certaine mesure, ses besoins économiques vis-à-vis de Iran, et peut-être lui retirer une bonne partie de son engagement à cet égard. D’un autre côté, la présence de la Chine en Syrie près d’Israël créera une contrainte nouvelle et complexe. La Chine et la Russie entretiennent des relations fructueuses avec des pays hostiles à Israël, comme l’Iran et la Corée du Nord, mais  la Russie engage un dialogue intensif avec Israël à tous les niveaux et dans les dimensions civile et sécuritaire. Même s’il existe un intérêt pour un tel dialogue, il rencontrera de nombreuses difficultés, qu’elles soient culturelles ou liées à la nécessité de se coordonner avec le contenu et les implications du dialogue américain, notamment en ce qui concerne les aspects sécuritaires et militaires, concernant l’influence Iranienne en Syrie, plus particulièrement la nécessité d’éviter de nuire aux actifs et à la main-d’œuvre russes. La présence de personnel et d’actifs chinois en Syrie ajoutera des difficultés importantes aux opérations israéliennes. Si la Chine signale effectivement qu’elle a l’intention d’accroître sa présence en Syrie dans le cadre des infrastructures syriennes et des activités de restauration économique, Israël devrait se concentrer sur la transmission d’un message à Pékin précisant que son investissement en Syrie sera en danger si elle n’agit pas aux côtés de la Russie pour limiter les intentions de l’Iran d’utiliser son territoire pour la Syrie.

Résumé

L’ensemble de la discussion sur les conséquences de l’implication chinoise est en grande partie théorique à ce stade, et est basé sur un scénario dans lequel la Chine réalise ses déclarations sur l’implication en Syrie et est préparée, avec un investissement économique significatif, à aider le gouvernement d’Assad dans les aspects militaires et de sécurité. Une condition préalable concerne, bien entendu, les bénéfices économiques, stratégiques et autres à tirer de cette implication. L’hypothèse selon laquelle la Chine se porterait volontaire pour reconstruire la Syrie sans gains nets n’est pas pertinente, comme c’est le cas pour d’autres pays. Cependant, les signaux chinois indiquant qu’ils sont intéressés à entrer en Syrie et le manque d’alternative au financement chinois provenant d’autres sources nécessitent une discussion préliminaire sur cette implication possible. Malgré l’étroite coopération et le rapprochement entre la Russie et la Chine, la crainte de la Russie à l’égard du géant économique avec lequel elle partage une longue frontière est susceptible d’être constante, en relation avec l’activité chinoise en Syrie. La Russie a payé un prix important par sa décision de s’impliquer militairement en Syrie et y a investi des capitaux stratégiques et des coûts économiques, en supportant le fardeau de sévères sanctions et critiques internationales. Il est donc peu probable qu’elle cède de si tôt au chant des sirènes venu de Chine?, sans poser des conditions préalables.

Une présence chinoise croissante en Syrie s’intégrera bien dans l’ambitieux programme économique chinois de la Nouvelle Route de la Soie (“La ceinture et la route”), et le schéma d’action agressif chinois reconnu dans d’autres régions, telles que l’Afrique, qui repose sur des capacités économiques inégalées, devrait soulever de sérieuses préoccupations en Russie. Malgré l’intérêt partagé pour la Syrie, des intérêts conflictuels peuvent créer des frictions entre les pays, bien que la question syrienne ne constitue aujourd’hui qu’une très petite partie du tissu des relations entre les pays. Cependant, la vitalité de la Chine pour faire avancer la réhabilitation de la Syrie en l’absence de toute autre alternative internationale à cet effet est susceptible de provoquer une volonté, voire une pression russe, pour l’entrée économique de la Chine en Syrie. Ceci, tant que la Chine adhère au principe de croissance sans implication militaire et agit en reconnaissance de la domination russe en Syrie. En ce qui concerne Israël, il doit se préparer au scénario dans lequel il doit opérer lorsque le drapeau rouge de la Chine est déployé dans toute la Syrie, ce qui nécessite d’ouvrir d’importantes voies de dialogue avec Pékin.


La série de publications de l’Institut “Position Papers” est publiée grâce à la générosité de la famille Greg Rosshandler.

Mme Micky Aharonson

Experte en relations internationales.

jiss.org.il/he/ahronson

Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

4 Commentaires

  1. Beaucoup de longues et fastidieuses “hypothèses ” pour ne rien apprendre que l’on ne sache déjà. Le drapeau rouge chinois dans toute la Syrie sans réaction de Poutine….c’est une plaisanterie ? où prendre ses désirs pour des réalités…. la syrie n’est pas la suisse du moyen orient… la chine aime l’ordre, la discipline et la sécurité pour investir, tout le contraire de la syrie !

  2. quelle belle femme cette fille d’ Aaron !!

    quand a l’ article lui même…….comme en Algérie, les chinois en syrie sont prets même a arriver a pied de la Chine pour satisfaire leurs immenses et pressants besoins

  3. La Chine dans les temps à venir luttera contre Israël en aidant les régimes qui lui sont hostiles, et peut être même activement ? La Chine est Magog.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.