FILE - In this Sunday, Nov. 22, 2020, file photo, Saudi Arabia's Crown Prince Mohammed bin Salman attends a virtual G-20 summit held over video conferencing, in Riyadh, Saudi Arabia. Saudi Arabia's royal court says Crown Prince Mohammed bin Salman underwent a “successful surgery” for appendicitis on Wednesday, Feb. 24, 2021, and left the hospital soon after the operation. The 35-year-old Prince Mohammed had laparoscopic surgery at the King Faisal Specialist Hospital in the Saudi capital of Riyadh in the morning. (Bandar Aljaloud/Saudi Royal Palace via AP, File)

MBS prévoit d’énormes investissements pour Charm el-Cheikh

Il semble que l’héritier du trône saoudien, Mohammed ben Salmane (MBS), obsédé par les jeux et les projets légendaires, se réjouisse d’un nouveau rêve d’établir une zone touristique entre l’Égypte et l’Arabie saoudite au sein de   la ville  fictive  de NEOM  .
Des années après que le président égyptien, Abdel-Fattah al-Sissi, a annoncé le retour des îles de « Tiran et Zanafir » à l’Arabie saoudite, malgré l’opposition populaire et les changements politiques, économiques et sécuritaires majeurs dans la région.
Le prince héritier s’apprête à entrer à Charm el-Cheikh (sud du Sinaï) avec ses régions, de l’autre côté de Tiran et de Zanafir, et à faire d’énormes investissements dans l’espoir d’investir dans les villes côtières stratégiques les plus importantes d’Égypte.
Profitant de l’important déficit de financement du régime égyptien, estimé à 40 milliards de dollars au cours de l’exercice en cours, Sissi tente de résoudre la crise en ouvrant les portes à ses sponsors du Golfe, espérant qu’ils lui fourniront une poignée de nouveaux prêts et aides.
Ces développements surviennent après que le processus de développement du Sinaï et de ses villes touristiques s’est arrêté pendant les années du règne de Sisi, qui a détruit bon nombre de ses villes et déplacé des milliers de ses habitants.

Un projet touristique gigantesque

Le 4 août 2022, le site américain « Al-Monitor » rapporte que Mohammed ben Salmane a l’intention d’investir dans la ville égyptienne de Charm el-Cheikh dans le cadre du projet fictif Neom, dont le coût est estimé à 500 milliards de dollars.
Le site a révélé le projet de Bin Salman de déverser d’énormes investissements en Égypte dans le cadre du projet saoudien NEOM, qui se concentrera sur la zone touristique de Charm el-Cheikh, située sur la côte de la mer Rouge.
Le 26 juillet 2022, Ibn Salman a déclaré que le royaume prévoyait d’investir en Égypte pour achever le projet NEOM, y compris la zone touristique de Charm el-Cheikh.
Il a ajouté lors d’une conférence de presse consacrée à l’annonce de la future ville dans le cadre de NEOM : « Nous allons créer d’énormes investissements en Egypte », sans plus de détails, selon Al Arabiya.
Pendant ce temps, Al-Monitor a cité un responsable saoudien anonyme disant que le projet Naum transformera 50 îles de la mer Rouge en complexes de luxe.
Selon lui, « il comprendra également 7 villes et projets touristiques, et se concentrera en Egypte sur le développement des villes existantes de Charm el-Cheikh et Hardaka ».
Il a déclaré que le Fonds d’investissement public saoudien est le principal investisseur dans NEOM et que la première phase du projet devrait être achevée en 2025.
Il a ajouté qu' »il existe une coordination égypto-saoudienne au plus haut niveau concernant la mise en œuvre du projet NEOM, qui vise à développer des terres dans une zone de 1 000 kilomètres carrés dans le sud du Sinaï ».
Il convient de noter qu’en août 2018, Sissi a effectué sa première visite en tant que chef de l’État dans la ville de NEOM, où il a rencontré le roi saoudien Salman bin Abdulaziz Al Saud.

Charm el-Cheikh

Charm el-Cheikh, où Ibn Salman cherche à acheter des zones avec d’énormes investissements, est la plus grande ville du gouvernorat du Sinaï Sud, avec une superficie de 480 kilomètres carrés.
Il a un emplacement unique car il est situé à la jonction du golfe d’Aqaba et de Suez sur la côte de la mer Rouge, ce qui a conduit à l’existence d’un environnement naturel distinct qui est le principal facteur d’attraction touristique de la ville.
Elle compte 35 000 habitants, dont la plupart sont engagés dans le tourisme et le commerce.
La ville a été construite en 1968, et fait partie des 4 plus belles villes du monde selon le classement de la BBC de 2005.
Alors que le régime de l’ancien président Hosni Moubarak voulait en faire une destination pour les politiciens et les dirigeants mondiaux, la ville a bénéficié d’une infrastructure moderne d’équipements et de services.
En 1996, Charm el-Cheikh a été témoin du sommet de la paix, auquel ont participé les dirigeants d’environ 70 pays et organisations internationales, dont les présidents de l’Égypte, des États-Unis, de la Russie, de la France et de l’Autorité palestinienne.
En 1998, le sommet du Groupe des 15 s’est tenu pour la première fois en Égypte, et ce sommet se tient alternativement dans chacun des pays du groupe.
Parmi les événements les plus marquants de la ville figurait l’accord de Wye River entre les Palestiniens, représentés par le dirigeant Yasser Arafat, et l’entité israélienne représentée par son Premier ministre de l’époque, Ehud Barak, en septembre 1999.
Le roi Abdallah de Jordanie, le président (alors) Moubarak et la secrétaire d’État américaine (alors) Madeleine Albright ont participé à la signature de l’accord.
La ville comprend le port de Charm el-Cheikh, qui a été ouvert en 2006, ainsi qu’un aéroport international vers lequel arrivent des vols en provenance de divers pays du monde.
Par conséquent, l’accent mis par le prince héritier saoudien sur une ville d’une telle taille et d’une telle importance est intéressant mais aussi discutable.
L’expert urbain égyptien – professeur d’urbanisme à l’Université Al-Azhar, le Dr Seyed Nader a noté que « l’idée la plus dangereuse de l’invasion de Charm el-Cheikh par Mohammed ben Salmane est la présence israélienne par le biais de sociétés multinationales.
Nader a déclaré que l’Arabie saoudite pousse pour l’axe de la normalisation arabe, et que l’abandon de Tiran et de Zanafir était dans l’intérêt d’Israël, et qu’il ne peut être exclu que des entreprises israéliennes entrent dans la ville égyptienne, d’autant plus qu’elle a de grandes ambitions dans le Sinaï, notamment à Charm el-Cheikh, Taba et Ardaka, et dans les zones parallèles au port d’Eilat ».
« Nous devons nous demander pourquoi l’Arabie saoudite verse ces fonds et ces investissements à Charm el-Cheikh ? Pourquoi ne sont-ils pas allés quelque part à proximité comme ils l’ont fait à NEOM ? Pourquoi ont-ils choisi cette ville centrale ? »
« Compte tenu de la présence de nombreuses villes saoudiennes nécessitant une réforme et des investissements importants, en particulier dans les régions orientales et dans les districts de Katif et d’Al Ahsa, même Riyad a besoin d’un développement majeur, et c’est la capitale entourée d’antiquités et de lieux délabrés. « , explique le professeur égyptien d’urbanisme.
Nader a conclu en disant : « La réforme saoudienne se fait en profitant de la situation intérieure et de la crise économique actuelle en Égypte.

בן סלמאן מתכנן השקעות ענק בשארם א-שייח’

1 crédit

Sur cette photo du 22 novembre 2020, le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane assiste à un sommet virtuel du G-20 organisé par vidéoconférence, à Riyad, en Arabie saoudite. (Crédit : Bandar Aljaloud/Palais royal saoudien via AP, Fichier)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.