Home International Brésil : le milliardaire Joseph Safra accusé de ports-de-vin ©

Brésil : le milliardaire Joseph Safra accusé de ports-de-vin ©

Le Groupe Safra, la société d'investissement et de holding de Safra, déclare dans un communiqué que ces accusations déposées par les procureurs sont "infondées" et qu'aucune incitation financière sous aucune forme n'a été offerte aux auditeurs,

0
716

Le milliardaire juif brésilien Joseph Safra accusé d’avoir touché ou favorisé des pratiques de ports-de-vin. 

Joseph Safra, considéré comme le banquier le plus riche du monde, aurait eu connaissance d’un plan conçu par certains directeurs exécutifs de verser 4, 5 millions de $ en pots-de-vin. 

Joseph Safra in 2002 (AP Photo/Lionel Cironneau)

Joseph Safra en 2002 (AP Photo/Lionel Cironneau)

Les procureurs brésilien ont accusé le banquier le plus riche du monde, Joseph Safra, d’avoir éventuellement donné son accord au versement de plus de 4 millions de $ de dessous de table à des auditeurs des impôts afin de réduire ou d’annuler des amendes pour impôts non versés.

Le Bureau du Procureur Fédéral a déclaré dans un communiqué, jeudi, que Safra a eu connaissance d’une combine datant de 2014, réalisée par des directeurs exécutifs de la Banco Safra, consistant à verser 15, 3 millions de Reals brésiliens (4, 25 millions de $) de pots-de-vin. A également été mis en accusation, l’ancien directeur exécutif de la banque, Joao Inaco Puga qui aurait, dit-on, négocié les conditions de ce versement de dessous de table.

Les procureurs affirment que Safra lui-même n’est pas directement impliqué dans ces négociations occultes, mais qu’ils disposent d’enregistrements de certaines conversations qui montreraient que Puga a rapporté à Safra le contenu de ces discussions sur le montant des dessous de table.

Le Groupe Safra, la société d’investissement et de holding de Safra, déclare dans un communiqué que ces accusations déposées par les procureurs sont “infondées” et qu’aucune incitation financière sous aucune forme n’a été offerte aux auditeurs, pas plus que le groupe Safra n’a bénéficié d’aucune indulgence particulière.

La fortune de Safra est estimée à environ 17 milliards de $ par le Magazine forbes, faisant de lui la 42ème personnalité la plus riche du monde et le 9ème Juif le plus riche sur cette planète.

Son frère était le banquier et philanthrope disparu Edmond J. Safra.

 Associated Press  1er Avril 2016, 5:33 am 

et lesechos.fr

—————————-

Joseph Safra, héritier d’une dynastie faite d’or et de mystères

 Elu par le magazine Forbes banquier le plus riche du monde, Joseph Safra est l’héritier d’une dynastie financière entourée de mystères.

Si Joseph Safra est aujourd’hui considéré par le magazine Forbes comme le banquier le plus riche du monde, les richesses amoncelées par sa famille remontent bien plus loin dans le temps et le mystère qui entoure cette dynastie financière font du clan Safra une véritable légende obscure et fascinante.

La réussite de Joseph Safra, né en 1939 à Alep et aujourd’hui devenu la figure de proue d’un empire financier, est due tout d’abord au travail acharné de ses parents. Cette véritable dynastie commença il y a plus d’un siècle avec l’arrière arrière-grand-père de Joseph à l’époque de l’Empire ottoman. A l’époque, la famille étaient au cœur du marché de l’or, facilitant les échanges à travers le Moyen-Orient. Cette famille de Juifs libanais devint rapidement reconnue pour sa capacité à faciliter les échanges commerciaux entre Alexandrie, Alep et Istanbul.

A la conquête du monde

Lorsque l’Empire ottoman commença à s’effriter, Jacob Safra, père de Joseph quitta l’affaire familiale et se dirigea vers Beyrouth avant d’être rejoint par un de ses fils, Edmond, le frère de Joseph et créer la banque Jacob E. Safra. Peu de temps après la seconde guerre mondiale Jacob implanta ses affaires à São Paulo où il ouvrit ses premières opérations brésiliennes en 1955, Safra SA.

Ecrits dans un langage arabe ancestral qui ne pouvait être déchiffré que par les communautés sépharades élitistes du moyen orient, leurs registres ont toujours constitué un élément central du mystère entourant la famille. Et plus d’un ont vu dans ce mystère la clé du succès de la famille.

C’est une année plus tard seulement que l’ainé de la fratrie Safra, Edmond, partit pour Genève où il fonda la Banque du commerce et du développement qui devint bientôt la principale source de richesse de l’empire Safra. Elle possédait déjà 5 milliards de dollars en actifs au milieu des années 1980.

Quelques années seulement après le tour de force qu’il venait de réaliser en Suisse, Edmond Safra se dirigea vers les Etats-Unis où il créa une autre institution toute aussi réussie, la Republic National Bank de New York qu’il vendra en 1999 à HSBC.

Mystères et scandales

C’est finalement dans les années 1980 que les Safra goutèrent à leur premier scandale. C’est à cette époque qu’Edmond Safra dû vendre, à cause de la crise de la dette latino-américaine, la Banque du commerce et du développement à American Express.

Mais l’acquisition ne se passa pas comme prévu pour American Express qui empêcha tout de même Edmond Safra de racheter sa banque. Ce dernier créa donc une nouvelle entité qui entrait en compétition directe avec cette dernière. American Express débuta une campagne de diffamation à l’encontre du banquier qui obligera finalement la société à s’excuser publiquement et donner huit millions de dollars à une organisation du choix de Safra quelques années plus tard.

D’or et de sang

De plus la vie privée d’Edmond Safra devint compliquée. Célibataire endurci, trop effrayé de s’engager avec une personne uniquement intéressée par son argent, le banquier rencontra finalement Lily Monteverde une riche veuve qui venait de perdre son second mari après qu’il se soit suicidé. Certains soupçons laissaient penser à l’époque que Lily avait tué son mari.

Malgré les avertissements de ses jeunes frères, Edmond Safra se marie avec Lily en 1976. Les époux vivent alors dans le plus grand luxe, achetant des demeures somptueuses tout autour du monde. Mais en 1999, Edmond Safra est retrouvé mort dans son appartement de Monaco. La cause : empoisonnement à l’arsénique. Si son infirmière fut jugée coupable, les soupçons se dirigent toujours en direction de sa femme.

Après ce drame, Joseph Safra sortit peu à peu de l’ombre pour finalement reprendre en main l’entièreté de l’empire Safra. Plus discret et moins sulfureux que son frère ainé, Joseph Jafra fit entrer avec succès la Banco Safra dans le XXIe siècle.

Tourné vers l’avenir

Et il semble bien qu’à 73 ans Joseph Safra ait encore de grandes ambitions pour son groupe. Ainsi en 2014, il a racheté la Swedish Bank Sarasin pour 1,1 milliard de dollars et pour 285 millions de dollars de bureaux sur la Madison Avenue à New York. Rien ne semble pouvoir arrêter cette dynastie qui jusqu’aujourd’hui aura enveloppé ses activités dans un épais voile de mystère. Une loi du secret qui a étouffé certains de ses enfants mais qui lui a aussi permis d’être l’indétrônable clan qu’elle est devenue.

le-blog-finance.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.