Booking.com va ajouter des mises en garde pour les séjours en Judée Samarie.

Après l’Europe qui est au service de l’apartheid entre les juifs habitant Israël, en excluant ceux qui vivent en Judée Samarie, voilà que Booking lui aussi sans vergogne au nom soi-disant « des droits de l’homme » pratique la même politique. Les deux cherchent à instaurer la division d’Israël, de Jérusalem, et du peuple juif. Il y a pour eux les bons et les mauvais, et cette discrimination ne les gênent pas.

Mais il est vrai qu’après avoir vu que le ministère de la Culture israélienne apporte son soutien à cette vision des choses ( voir notre article : Scandale en Israël, un ministère soutient BDS) on a peut-être un peu plus de mal à s’offusquer de la situation, vu que l’on s’est tiré une balle dans le pied grâce au gouvernement d’Israël.

Dans les tout prochains jours, le site de réservation en ligne Booking.com prévoit d’apposer des avertissements pour les logements se trouvant en Judée Samarie qu’elle prétend être des colonies en territoires occupés. Une décision critiquée par le gouvernement israélien.

Le célèbre site de réservation en ligne Booking.com a annoncé, lundi 19 septembre, qu’il allait intégrer des avertissements à destination de ses clients pour les hébergements situés dans des zones de conflit à travers le monde, dont les implantations israéliennes situées en Judée Samarie, territoire libéré par Israël depuis 1967.

Ces avertissements, qui devraient apparaître sur le site dès le 22 septembre, sont susceptibles de “nuire à l’industrie du tourisme dans cette région”, écrit Ynetnews.

Certaines de ces implantations ou villes comme Ma’ale Adumim, situées près de Jérusalem, ou Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, sont prisées par les touristes, développe la version anglophone du site du quotidien israélien Yediot Aharonot.

La société néerlandaise a expliqué sa décision :

“Certaines zones touchées par un conflit peuvent présenter un plus grand risque pour les voyageurs. Nous fournissons donc à nos clients des informations qui les aident à prendre des décisions et les encourageons à vérifier les directives officielles de voyage de leur gouvernement.”

Ainsi, Booking.com devrait faire apparaître le texte suivant sur la page des hébergements situés en zone à risque : “Une visite dans cette zone peut s’accompagner d’un risque accru pour la sécurité, les droits de l’homme et d’autres risques pour les clients et la communauté locale.”

Par ailleurs, les médias israéliens indiquent que l’avertissement, dont la formulation n’a pas encore été finalisée, pourrait inclure le mot “occupé”. De plus, une émission de télévision israélienne a précisé que ces avertissements pourraient également être appliqués à Jérusalem-Est.

La décision du site de réservation concernant les implantations israéliennes n’a pas plu au ministre du Tourisme israélien, Yoel Razvozov, qui s’est fendu d’un communiqué :

“Une entreprise ne nous dictera pas quelle zone est Israël et quelle zone ne l’est pas.”

En 2018, le site de location de vacances Airbnb avait annoncé qu’il retirait ses offres de logements situés dans les « Territoires occupés de Cisjordanie », avant de faire machine arrière l’année suivante.

JForum.fr

1 COMMENTAIRE

  1. Un acte antisioniste , mais chez booking comme chez d’autres, l’agenda commercial est dicté par des considérations politiques, celles des clients peut-être. La liste des salauds lâches et opportunistes s’allongent chaque jour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.