Trump contre Biden : « Il a planté un couteau dans le dos d’Israël et il l’a trahi »

L’ancien président américain a été interviewé par la « Republican Jewish Coalition » qui se réunit à Las Vegas

  • Sur l’accord nucléaire : « Je m’en suis retiré unilatéralement et j’ai imposé les sanctions les plus sévères qui soient »

  • Sur la relation avec Israël : « Pour le moment, l’alliance avec les États-Unis n’est plus aussi forte que par le passé »

L’ancien président américain Donald Trump, qui a annoncé la semaine dernière qu’il se présenterait à nouveau à la présidence, a déclaré hier soir (samedi) que « je ne permettrai jamais que l’État d’Israël soit menacé d’anéantissement nucléaire, comme c’est le cas actuellement. Nous ne pouvons pas laisser l’accord sur le nucléaire arriver – cet accord est un désastre, c’est un certificat de mort pour Israël. »

Trump a prononcé ces mots lors d’une apparition sur Zoom devant la « Republican Jewish Coalition » (RJC), qui se réunit à Las Vegas. De plus, l’ancien président a attaqué son successeur au pouvoir, Joe Biden, avec des mots très durs, et a affirmé qu’il « avait planté un couteau dans le dos d’Israël, l’avait trahie et vendu sa sécurité ».

« Je me suis retiré unilatéralement de l’accord nucléaire avec l’Iran et j’ai imposé les sanctions les plus sévères jamais imposées au régime iranien », a déclaré Trump dans son discours à la conférence. Il a également déclaré que « j’ai retiré les États-Unis du Conseil des droits de l’homme corrompu de l’ONU, qui est utilisé par les plus horribles violations des droits de l’homme au monde comme plate-forme pour attaquer les États-Unis et Israël.

Selon Trump, « l’alliance de l’Amérique avec Israël n’est pas forte maintenant, pas forte du tout, et nous la revirerons ». Il a ajouté et affirmé que « tragiquement, le président Biden a trahi Israël et la communauté juive et a gaspillé notre incroyable succès. Dès le premier instant, il a vendu la sécurité d’Israël et a commencé à supplier pour réintégrer l’accord nucléaire avec l’Iran dans des conditions encore pires que celles d’origine. . C’était un désastre avant et ce sera encore pire maintenant. »

Trump a par ailleurs accusé Biden de  » lever unilatéralement les sanctions contre l’Iran et de nommer d’innombrables responsables anti-israéliens, et de discréditer Israël pour s’être défendu même lorsqu’il était sous une attaque violente qui comprenait des barrages de missiles dans tout le pays. Quand nous gagnerons en 2024, l’ère de la trahison et la destruction. Les coups de poignards dans le dos prendront fin », a promis Trump dans une rhétorique typique.

« Les États-Unis se tiendront une fois de plus aux côtés d’Israël, comme ils l’ont fait sous mon administration. Sous mon administration, nous nous sommes battus pour Israël et la communauté juive comme aucun président dans l’histoire ne l’a fait, et j’étais fier d’être le meilleur ami qu’Israël ait jamais eu à la Maison Blanche », a déclaré l’ancien président sous les applaudissements du public.

Trump a également mentionné que « j’ai tenu ma promesse, j’ai reconnu Jérusalem comme la capitale éternelle d’Israël et j’y ai déplacé l’ambassade américaine, et j’ai également reconnu la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan – quelque chose que beaucoup de gens ne m’ont même pas demandé de faire, parce qu’ils pensaient que c’était impossible. Ils ont travaillé là-dessus pendant 52 ans et je l’ai fait en une journée », s’est flatté Trump. En outre, il a noté que « j’ai arrêté l’aide d’un montant de 750 millions de dollars par an à l’Autorité palestinienne ».

Enfin – mais certainement pas la dernière chose en ligne – nous avons créé la paix au Moyen-Orient grâce aux accords historiques d’Abraham, quelque chose que presque personne ne croyait possible », a-t-il déclaré. Trump a de plus déclaré que dans le cadre de sa lutte contre l’antisémitisme, il avait nommé un envoyé spécial de l’administration pour une lutte mondiale contre le phénomène, et avait déclaré la guerre aux manifestations d’antisémitisme sur les campus américains.

JForum.Fr

3 Commentaires

  1. MÊME SI L HOMME EST CONTESTE L ÉNUMÉRATION DE SES RÉALISATIONS A L ÉGARD D ISRAËL EST INCONTESTABLE AUCUN CHEF D ÉTAT N EN A FAIT AUTANT.
    PEUT IL REVENIR ? SEUL 2024 NOUSLE DIRA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.