Le Hezbollah en procès pour  diffamation contre des Libanais qui l’ont accusé d’une explosion à Beyrouth

4 mois après l’explosion du port, l’organisation terroriste poursuit les Libanais qui lui ont reproché la catastrophe. L’un d’eux est un ancien député qui a affirmé que ce sont des armes du Hezbollah qui ont explosé dans un entrepôt à Beyrouth. Les conclusions de l’enquête n’ont pas encore été publiées, les familles des victimes réclament une intervention internationale: « L’immunité ne doit être accordée à personne ».

L’organisation Hezbollah a annoncé hier (vendredi 04 décembre) qu’il avait décidé de porter plainte en diffamation contre un ancien député libanais et contre un parti affilié aux chrétiens libanais, qui l’a accusé de l’énorme explosion en août, dans le port de Beyrouth de l’organisation terroriste chiite.

Ruines Blast Beyrouth Port Liban

Port de Beyrouth après l’explosion. Aucune constatation pour enquête
( Photo: AFP )

Ruines Blast Beyrouth Port Liban

( Photo: AFP )

Ruines Blast Beyrouth Port Liban

( Photo: AFP )
Ibrahim Mousavi, un député libanais du Hezbollah, a déclaré que les allégations portées contre l’organisation par l’ancien député Fares Said et sur le site Web des forces chrétiennes libanaises étaient mensongères. Moussavi a affirmé lors d’une conférence de presse tenue devant un tribunal libanais, que les allégations contre l’organisation pourraient conduire à une scission sociopolitique au Liban, tandis que les États-Unis exercent une forte pression sur le Hezbollah et ses alliés.
« Lorsque la principale préoccupation de l’administration américaine, est de persécuter le Hezbollah et d’essayer de faire pression sur les gouvernements en ajoutant le groupe chiite à la liste des partisans du terrorisme, il est compréhensible qu’il existe des moyens de pression pour le faire à l’intérieur et à l’extérieur », a accusé Musawi. Il a ajouté qu’il prévoyait également de poursuivre Baha’i al-Hariri, l’un des fils de feu le Premier ministre libanais Rafik al-Hariri, assassiné en 2005. Ce fils d’Hariri vit en dehors du Liban ces temps-ci. Al-Hariri Jr. a déclaré quelques jours après l’explosion que « tout le monde à Beyrouth sait que le Hezbollah contrôle le port et l’aéroport. Il est inconcevable que les autorités ignorent que le nitrate d’ammonium y était stocké dans un entrepôt du Hezbollah. »

Ibrahim Mousavi, député du Hezbollah Liban, explosion au parquet du port de Beyrouth)

Le fils de Rafik al-Hariri est également visé. Moussavi
( Photo: AP )
Le Hezbollah s’est basé dans son procès contre Saïd sur son tweet de septembre dernier, qui déclarait que les armes du Hezbollah stockées dans le port étaient la cause de l’explosion. Saïd lui-même a déclaré qu’il n’avait pas encore reçu les détails de la plainte que le Hezbollah avait décidé de porter contre lui, notant que ses avocats de la défense l’examineraient plus tard.
L’explosion du port de Beyrouth, survenue le 4 août de cette année, a été causée par près de 3 000 tonnes de nitrate d’ammonium, une substance explosive couramment utilisée pour la fertilisation. Le matériel était stocké de manière non sécurisée dans un entrepôt du port de Beyrouth pendant six ans. Plus de 200 personnes ont été tuées dans l’explosion, qui a également fait plus de 6 000 blessés et des destructions généralisées dans les quartiers de la capitale libanaise.

Explosion du Liban au port de Beyrouth Un procès du Hezbollah proteste contre les familles des victimes

Des manifestants au Liban. Les familles veulent la justice et une enquête internationale
( Photo: EPA )
Le Hezbollah a été accusé par ses opposants politiques et par des civils, qui ont revendiqué qu’il porte la responsabilité d’avoir stocké le produit chimique dans le port. On estime que l’organisation a des munitions et missiles en quantité, de divers types dans diverses régions du Liban. Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a rejeté les affirmations selon lesquelles son organisation était responsable des matériaux stockés dans le port. À ce jour, aucune preuve n’a été présentée liant le Hezbollah à des explosifs.

Explosion du Liban au port de Beyrouth Un procès du Hezbollah proteste contre les familles des victimes

( Photo: EPA )

Explosion du Liban au port de Beyrouth Un procès du Hezbollah proteste contre les familles des victimes

( Photo: EPA )
Dans le même temps, quatre mois après l’explosion, l’enquête ouverte sur le sujet n’a pas encore présenté de conclusions ou d’explications sur ce qui s’est passé à Beyrouth en août dernier. La responsabilité n’a été imposée à aucun haut fonctionnaire du gouvernement libanais ou ancien haut fonctionnaire, et les familles des victimes ont appelé à une enquête internationale, car les meurtres et les incidents violents ne finissent généralement pas par la traduction en justice les personnes impliquées au Liban. Selon des documents officiels publiés après l’explosion, l’Autorité portuaire libanaise, les autorités de sécurité libanaises et également les dirigeants politiques étaient au courant des stocks explosifs chimiques dans le port, où, selon des informations au Liban, des scandales de corruption y sont liés.
Hier, les familles des victimes se sont rassemblées au port dans le cadre d’une manifestation pour marquer les quatre mois depuis l’explosion. Les familles ont emporté des photos de leurs proches sur place et ont appelé à la justice, pour que les hauts responsables du pays soient interrogés et plus tard pour les traduire en justice. Un manifestant au port a qualifié l’explosion de « crime contre l’humanité » et a déclaré qu’aucune personne libanaise ne devrait être à l’abri de poursuites dans cette affaire.
Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.