Bechala’h: lire la paracha pour recevoir la manne (vidéos)

0
684

 

La Ségoula de Parachate Hamanne
Mardi 15 janvier 2019

                                   La réussite financière

 

Il est rapporté dans le Talmud Yérouchalmi: Celui qui récite chaque jour le texte de la “Parachate Hamanne” est assuré que la nourriture ne lui fera pas défaut.

Le sujet est également rapporté dans le Tour, Orah’ H’aïm, chapitre 301, en ces termes: “Il est bon dire la Parachate Hamanne”.

Avec le commentaire du Bèt Yossef: “Afin que l’on comprenne que toutes nos ressources proviennent de D-ieu”.

C’est une ségoula (remède) ancestrale dans le peuple juif pour la parnassa (santé matérielle!) de lire le mardi de Parachat Bechallah, c’est à dire aujourd’ui, le texte dans la Torah qui parle de la « Manne ».

La coutume de lire ce texte ce fameux mardi s’est largement répandue et nombreux sont, ceux qui témoignent de la réussite singulière de cette Ségoula…

Le texte de la Torah qui parle de la “Manne” se trouve dans livre de Chémote, chapitre 16, du 4ème au 36ème verset (Paracha Béchala’h).

Il est fondamental de comprendre ce texte et en quoi sa lecture peut influer sur une réussite financière pendant les 12 mois de l’année. Ci-joint la traduction du texte en français.

Il faut ainsi lire le 16ème chapitre du livre de Chémot, du 4ème au 36ème verset : deux fois en hébreu + 1 fois en araméen.

2. Texte en phonétique : http://torahbox.com/HW9C

Le contexte

Il y a Trois mille cinq cents ans, les Bné-Israël, trois semaines après être sortis d’Égypte, se retrouvèrent, avec femmes et enfants, dans le milieu le plus inhospitalier qui soit, le désert aride du Sinaï, ayant épuisé les provisions emportées d’Égypte.

Ils levèrent les yeux vers leur Créateur, pour Le supplier de leur accorder leur subsistance.

La réponse de D-ieu se manifesta sous la forme de flocons blancs qui tombèrent du Ciel. C’était la Manne, nourriture céleste, symbole de la Parnassa (obtention de la subsistance).

Le texte relate donc dans quelles condition D-ieu a pourvu à tous les besoins de nos ancêtres dans le désert.

Ce n’est pas qu’une étape de la vie de nos ancêtres. C’est une expérience à méditer !

                          Comment fonctionne la Ségoula

En lisant ce passage de la Torah, nous devons donc intérioriser que de la même manière que Hachem a subvenu à tous les besoins des Bnei Israël dans le désert, il en sera de même pour nous si nous avons conscience de l’origine réelle de cette subsistance.

La lecture seule de ce texte n’est pas suffisante ! Il est important de réfléchir à sa signification et de prendre conscience des merveilles de Hachem.

Le but de cette lecture est d’arriver à comprendre avec la plus grande foi que la toutes nos ressources ne viennent que par la volonté de D-ieu et que multiplier à l’infini nos efforts pour augmenter nos revenus financiers ne servirai à rien [puisque la subsistance vient directement de D-ieu] (Michna Béroura Chapitre 1 Alinéa 13).

C’est pourquoi, à la question posée par ses disciples à Rabbi Simon Bar Yohaï : “pourquoi l’Éternel ne fit pas tomber la manne une fois par an”, celui ci répondit: “Cela ressemble à un roi qui fixait une fois par an ses subsides à son fils. Aussi, celui-ci ne venait-il le voir qu’une seule fois chaque année. Le roi résolut alors de lui donner sa part jour par jour, si bien qu’il se présenta quotidiennement à son père.”

Il en fut de même d’Israël. L’Éternel lui dispensa sa ration jour par jour, en sorte qu’il se tournait chaque jour vers lui (Guémara Yoma 75 b) dans la pensée et dans la prière, car il était fondamental de ne jamais perdre de vue que Tout vient de Hachem !

Que tous les juifs du monde, tels les Bné-Israël dans le desert, puissent fendre le ciel de leurs prières et proclamer leur certitude que la richesse ne vient que d’une seule source : D-ieu tout-puissant” !

© Univers Torah

Pourquoi, alors que D.ieu assure le combat à la place des enfants d’Israël lors du passage de la Mer Rouge, décide-t-Il que c’est à eux de combattre Amalek ?

La Paracha de Bechala’h, qui suit la sortie d’Egypte, est riche en contenu. Après être poursuivis par les Égyptiens qui voulaient les ramener en Egypte (Exode 14 :9), les Hébreux se tournent vers D.ieu.

L’Éternel leur promet de faire la guerre pour eux (Ibid 14 :14). C’est alors que le miracle de l’ouverture de la Mer Rouge a lieu, miracle extraordinaire, qui a délivré définitivement les Hébreux du joug égyptien.

Puis, les enfants d’Israël traversent le désert en direction du mont Sinaï, dans le but de recevoir la Torah.

C’est là que Amalek, petit-fils de Esaü, fait son apparition à Refidim (Exode 17 : 8 et suite). Il décide de combattre les Hébreux.

D.ieu ordonne à Moïse de sortir en guerre contre Amalek. C’est Josué qui mène le combat. Moïse est l’arbitre.

Quand Moïse lève les mains, les Hébreux mènent.

Quand il baisse les mains, c’est Amalek qui prend le dessus.

Ses mains se faisant trop lourd, Aharon et Hour les soutiennent de part et d’autre. Le dénouement de la guerre est en faveur des enfants d’Israël.

Mais, interrogeons-nous. D.ieu avait promis aux Hébreux de combattre pour eux les Egyptiens.

Pourquoi n’en fait-Il pas de même concernant Amalek ? Pourquoi D.ieu demande-t-Il aux Juifs de se battre eux-mêmes ? lire la suite

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.