Photo famille

Le directeur de l’hôpital Shaarei Tzedek a annoncé avec tristesse le décès du bébé de Shira Ish-Ran, gravement blessée lors de l’attentat d’Ofra.

De crainte que la jeune maman ne survive pas, les médecins avaient décidé de faire naître le bébé prématurément et le mettre en couveuse.

Mais malgré les efforts pour le maintenir en vie durant quatre jours, le nourrisson n’a pas survécu.

Les réactions affluent dans la classe politique.

Le président de l’Etat Reouven Rivlin a rapidement réagi en citant un émouvant poème d’Elie Eliyahou. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a déclaré: “Notre coeur est auprès d’Avihaï et Shira après la perte de leur bébé âgé à peine de quatre jours, et qui n’a même pas eu le droit d’avoir un nom. Je veux que ces abominables assassins, les pires qui existent sur terre, sachent que nos forces de sécurité sont à leurs trousses et bientôt leur mettront la main dessus. Nous n’auront de tranquillité tant que nous ne les aurons pas trouvés et fait justice”.

Le ministre de la l’Education Naftali Benett a déclaré: “Un bébé qui n’a même pas encore eu de prénom a été assassiné. Des terroristes palestiniens ont tiré sur un bébé juif avant même qu’il ne soit né. Durant les quelques jours qu’il a vécus il a lutté pour survivre. Nos pensées et nos cœurs sont avec Amihaï et Shira. Notre cœur crie! Il s’agit d’un crime odieux de terroristes qui ont cessé d’avoir peur de nous. Il faut impérativement rétablir la dissuasion, sinon, la prochaine vague d’attentats viendra rapidement. Et il faut agir, pas seulement faire des déclarations!”

Le ministre de la Science, de la Technologie et de l’Espace Ofir Akounis a dit: “Quelle cruauté, bassesse et inhumanité peuvent exister chez un bête féroce sur deux pieds pour tirer ainsi sur une femme enceinte. Ce sont là nos ‘voisins palestiniens’ du milieu desquels sortent des bêtes immondes tels que ce terroriste qui a tiré en direction de l’arrêt de bus à Ofra (…) Il faut chasser toute la famille qui a fait grandir un tel terroriste, ‘sans Cour suprême et sans B’Tselem’”.

Les condamnations et messages de solidarité sont exprimés au fur et à mesure depuis le sommet de l’Etat jusqu’à la Knesset, dans toutes les formations sionistes.

Le nourrisson a été enterré dans la nuit au cimetière du mont des Oliviers.

Shraga Blum

Selon la tradition juive, le rituel de la brit-mila a été pratiqué sur le nourrisson hy”d, fils d’Avihaï et Shira Ish-Ran, avant qu’il ne soit inhumé. Ses parents lui ont donné le prénom de “Ami’ad-Israël”.

Plusieurs centaines de personnes se sont rendues dans la soirée au mont des Oliviers pour accompagner le bébé à sa dernière demeure.

Sa maman, Shira, l’avait vu mercredi matin pour la première fois sans savoir que ce serait aussi la dernière.

Les deux grands-pères, rav Rephael Ish-Ran et Haïm Silberstein ont tout deux, malgré leur douleur, prononcé des paroles de foi et de force, et ont lancé un message aux terroristes: “Vous ne nous briserez pas! Vous ne nous vaincrez pas! Nous sommes ici sur notre terre et nous ne partirons jamais!”.

Le président du conseil régional de Samarie, Yossi Dagan a lancé un appel urgent au Premier ministre et ministre de la Défense afin que toutes les mesures soient enfin prises pour assurer la sécurité des Juifs de Judée-Samarie.

Il a également demandé une réponse sioniste aux attentats: la création d’un nouveau village juif.

Shraga Blum

 

Le terroriste palestinien de l’attentat d’Ofra perpétré dimanche a été abattu au nord de Ramallah en Cisjordanie (Judée-Samarie) mercredi soir par l’armée israélienne.

Salah Omar Salah Barghouti, 29 ans, du village de Kober, à Binyamin, est le suspect qui a été éliminé par l’armée israélienne.

Plusieurs autres suspects ont été arrêtés et emmenés pour interrogatoire au cours de l’opération.

L’auteur de l’attaque qui a fait 7 blessés avait pris la fuite après la fusillade et était activement recherché.

Le bébé de la jeune maman israélienne victime d’une attaque terroriste palestinienne à Ofra n’a pas survécu, rapportent les médias israéliens.

Ce décès porte à 58 le nombre d’Israéliens assassinés depuis 2015 dans des attaques terroristes palestiniennes au couteau, à l’arme automatique ou à la voiture bélier.

Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, groupe terroriste affilié à la maison-mère terroriste du Fatah du “président” Mahmoud Abbas, ont publié un communiqué mardi, revendiquant l’attaque par balle perpétrée dimanche soir près de la localité israélienne d’Ofra.

Le groupe terroriste qualifie “d’héroïque” l’attaque qui a fait sept blessés et précise qu’il continuera “par tous les moyens de lutter contre l’occupation israélienne”.

Un commando terroriste, à bord d’un véhicule, a mitraillé dimanche un arrêt de bus. Sept personnes ont été blessées, parmi lesquelles un jeune couple, dont l’épouse était enceinte.

Le “président” palestinien n’a à ce jour toujours pas condamné l’attaque terroriste.

Yaakov Tanenbaum

 

L’ambassadrice de la France en Israël, Hélène Le Gal, qui n’avait jusque là pas condamné l’attaque terroriste palestinienne d’Ofra, perpétrée dimanche soir, s’est exprimée mercredi soir à l’annonce de la mort du bébé prématuré de la jeune maman israélienne grièvement blessée dans l’attentat.

“Alors que la France est en deuil après l’attaque de Strasbourg, j’apprends le décès du fils de Shira et d’Amishai, blessés il y a quelques jours par un terroriste à Ofra. En solidarité contre la terreur”, a-t-elle dit sur Twitter.

https://twitter.com/HeleneLeGal/status/1072899817217626112

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a dénoncé le financement du terrorisme palestinien par la communauté internationale.

“Les meurtriers du bébé de Shira et d’Amishai vont recevoir une récompense financière de l’Autorité palestinienne pour cet acte ignoble. En finançant l’AP, la communauté internationale contribue en fait à financer ces récompenses financières données aux assassins de bébés. C’est de la folie”, a-t-il dénoncé sur Twitter.

Début décembre, une ONG israélienne, Palestinian Media Watch (PMW), un observatoire des médias palestiniens, a accusé la France de financer le terrorisme palestinien.

Selon PMW, les 16 millions d’euros accordés en 2018 par la France à l’Autorité palestinienne ont été intégralement reversés au “Fonds des familles de martyrs [qui meurent en martyrs, en ayant tué ou perpétré des attentats et ont alors le nom de shahid]”.

“Palestinian Media Watch appelle le gouvernement français à cesser immédiatement de financer ce système de la terreur et à adopter une législation – comme d’autres pays donateurs l’ont fait – qui conditionnerait l’ensemble de l’aide de la France à l’Autorité palestinienne sur à l’arrêt du financement de ces incitations au terrorisme”, exhorte l’ONG dans un communiqué.

Selon le ministère israélien de la Défense, l’Autorité palestinienne a payé, en 2017, 687 millions de shekels (159 millions d’euros) au “, ;Fonds des familles de martyrs [qui meurent en martyrs, en ayant tué ou perpétré des attentats et ont alors le nom de shahid]” et 550 millions de shekels (128 millions d’euros) au Club des Prisonniers palestiniens – environ 7 % du budget total.

Les prisonniers palestiniens purgeant des peines de 20-30 ans pour avoir mené des attaques terroristes peuvent recevoir à vie 10 000 shekels (2 380 euros) de salaire mensuel.

Les prisonniers qui sont condamnés à une peine de 3 à 5 ans obtiennent un salaire mensuel de 2 000 shekels (476 euros).

Les prisonniers palestiniens qui sont mariés, ont des enfants, vivent à Jérusalem, ou détiennent la citoyenneté israélienne reçoivent des paiements supplémentaires.

Yaakov Tanenbaum 

2 Commentaires

  1. Rien ne m’étonne de la part des arabes.
    Ce sont des ânes qui ne méritent que coups de bâton sur le crâne.
    Déclenchons l’opération « Thé à la Menthe » : 10.000 camions qui transfèrent cette population moyenâgeuse de l’autre coté du Jourdain.
    PAS D’ARABES = PAS D’ATTENTATS.

  2. Je m’appelle Ami’ad Ysraël.
    Fils d’Avi’haï et de Shira, ma mère…
    Dans mon court passage sur terre, j’ai réjoui quelques instants mes parents, et quelques heures avant que je puisse aller plaider la cause de mon peuple auprès du Seigneur des Vindictes, j’ai été circoncis et nommé.
    Puis mis en terre.
    Comme ils étaient nombreux à me raccompagner !
    On dit que l’âme détachée du corps n’est plus sensible aux tourments de la peine.
    Pourtant j’ai bien tout ressenti.
    On dit aussi que le cri de l’âme, lorsque qu’elle quitte le corps, fait sursauter le Trône Divin.
    C’est vrai que mon cri était vraiment très fort.
    Il m’a même surpris.
    Ce petit être me plaisait bien à moi, même s’il ne pesait que quelques centaines de grammes.
    Dans cette incarnation, je ne connaitrai pas mes frères et soeurs à venir, ni les contines chantées au gan, et ne chanterai pas les versets de la parasha de ma naissance, à la barmitsvah, celle où les deux chefs, frères, fils de Ya’akov, aïeux des deux Messies se toisent.
    Et celle, très belle, qui m’a été promise sera épousée par un autre.
    Mais je porte vers Dieu mon témoignage et les larmes de mon peuple. IL saura quoi faire quant à ceux qui se glorifient d’attenter à la vie de femmes et d’enfants, parfois encore dans le ventre de leur mère.
    Et quoi faire aussi de ceux qui s’en réjouissent, qui encouragent, qui paient les assassins, ou qui ne dénoncent même pas.
    Mes chers parents, merci de m’avoir permis de vous honorer, même brièvement, et pour la milah, ordonnances qui dorénavant complètent ma liste pour que, revêtu de mon costume enfin complet, je puisse convaincre l’ Ancien des Jours d’abréger cet exil.
    Je suis sur que j’y arriverai. Avec vos prières…
    Am Ysraël ‘Haï

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.