U.S : un «canon stratégique» portant à 1.852 kilomètres?

8
3012

L’armée américaine travaille sur un «canon stratégique» d’une portée de 1.852 kilomètres

korii.
Slate.fr
L'armée américaine travaille sur un «canon stratégique» d'une portée de 1.852 kilomètres
Ce gros engin ne sera qu’un nain si les États-Unis réussissent à produire leur nouveau «canon stratégique». | Sam Yeh / AFP

C’est trente fois plus que les meilleurs d’aujourd’hui, et ça change tout.

Un «canon stratégique» d’une portée théorique de 1.000 miles nautiques, soit environ 1.852 kilomètres: l’arme aurait légitimement de quoi effrayer les défenses du monde entier. Elle est, rapporte Ars Technica, ce sur quoi planche un groupe d’ingénieurs américains, pour des forces armées souhaitant réaliser un premier test dès 2023.

La haute technologie militaire ne passe donc pas forcément par les airs, les vecteurs aéroportés, drones et missiles, et un tel canon pourrait avoir de profondes répercussions sur l’art de la guerre.

Patron de l’US Army Futures Command, chargé d’imaginer l’avenir technique des armées, le général John Murray expliquait en septembre 2018 devant un panel d’élus américains que l’allongement de la portée de l’artillerie était l’une des priorités de ses troupes. Le Howitzer de 155 mm a déjà doublé la distance que peuvent parcourir ses obus, la faisant passer à 70 kilomètres, rapportait alors le haut gradé.

Qui, en plus de missiles supersoniques également en développement, mentionnait par la même occasion un «Strategic Long Range Cannon» dont la portée serait équivalente à la distance séparant Paris de Malte.

Mortelle concurrence

Rien n’est encore fait sur le plan technique: les bureaux d’études de l’armée américaine examinent la faisabilité du concept, ainsi que le coût d’une telle arme ou de chacune de ses munitions -facteur risquant de rendre une technologie inutilisable en pratique.

Un an après les déclarations liminaires du général John Murray, l’homme responsable de ce programme spécifique a affirmé que de premiers obstacles technologiques seraient sans doute dépassés lors de tests prévus dans ces prochaines semaines.

Ars Technica ajoute que la pression est forte pour que le projet aboutisse. Ce canon serait capable de pénétrer au coeur des défenses d’un pays ennemi disposant de défenses antiaériennes très développées. Au hasard la Chine, dont les installations dans la très disputée mer de Chine méridionale semblent, pour l’instant, difficiles à briser sans de lourdes pertes humaines et matérielles.

Dans cette course aux nouveaux armements, les rivaux géopolitiques des États-Unis ne restent pas les bras ballants. Russes ou Chinois, pour ne citer qu’eux, possèdent notamment des programmes de missiles hypersoniques et de canons électromagnétiques, en avance sur ceux des Américains.

——-

En 2017, l’armée américaine a mis en place un ensemble d’équipes multidisciplinaires visant à faire progresser rapidement les technologies indispensables, afin de faire évoluer les capacités de la prochaine génération des services pour les canons. L’une de ces équipes était l’équipage-“pilote” pour le tir longue portée de précision, qui  visait à développer la prochaine génération d’artillerie de l’armée, y compris les “tirs en profondeur”, une capacité d’artillerie pouvant frapper des cibles stratégiques bien au-delà des défenses de l’adversaire.

Cet effort a engendré ce que le général John Murray, chef du Commandement pour l’avenir de l’armée, a décrit l’année dernière, au Congrès, comme “le canon stratégique à longue portée, qui aurait une portée pouvant aller jusqu’à 1 000 milles marins” (1 150 milles ou environ 1.852 kilomètres).

Le programme Strategic Long Range Cannon (Canon à longue portée stratégique) progresse actuellement malgré sa première série d’obstacles techniques. Le colonel John Rafferty, responsable du CFT Long Range Precision Fires, a déclaré à Defense News, avant la réunion annuelle de l’Association de l’armée américaine (AUSA), cette semaine, que l’armée souhaitait faire la démonstration d’un prototype du système d’armes à feu d’ici 2023. L’Armée collabore avec le Centre d’analyse de l’armée et le Centre de recherche et d’analyse du champ de bataille de missiles White Sands pour confirmer la faisabilité technique du canon. L’Armée de terre se prépare à effectuer des tests préliminaires au centre de soutien naval Dahlgren, le site de la base de test de la marine pour l’artillerie navale.

Rafferty a déclaré à Defence News que le chemin vers le test du prototype complet devra passer par “de grandes portes technologiques” en cours de route. Il a ajouté : “Nous sommes sur le point de franchir l’une de ces portes avec un test à Dahlgren.” Dalhgren a été le site de nombreux tests d’armes à feu de pointe, y compris le projet avorté par la marine, de canons sur rails.

Le premier test est une évaluation balistique précoce. Mais il y a bien d’autres problèmes techniques plus importants encore, notamment la question de savoir si la portée recherchée par l’Armée peut être atteinte sans que les projectiles soient trop coûteux à tirer, comme cela est arrivé avec le système de canon perfectionné de la Marine.

Toutefois, l’armée est fortement incitée à réussir, car une arme de portée extrêmement longue pourrait aider à résoudre les problèmes posés par les adversaires dotés de systèmes avancés de radar à l’horizon, de défenses côtières et de systèmes de défense antiaériens, tels que ceux qui sont installés sur place par la Chine dans la mer de Chine méridionale.

“L’un des moyens de résoudre ce problème consiste à déclencher des tirs sol-sol pouvant pénétrer dans ce complexe, désintégrer son réseau et créer des fenêtres d’opportunité que la force commune pourra exploiter”, a déclaré Rafferty.

8 COMMENTS

  1. Bien sûr bien sûr! Très joli tout ça! mais en Pratique! la bombe à neutron elle, est au point et a peu d’inconvénients mais c’est un sujet Taboo….politiquement et psychiatriquement….:
    les gens semblent plus rassurés de Monter à l’Assaut baïonnette au canon!….comme d’hab…
    De toutes façons, Personne ne peut fair la guerre classique à Un contre 10, voire 100 voire davantage!
    Point- Barre. Donc: cqfd bombe à neutron
    Si les USA alignent dix millions de fantassins la Chine en mettra ss pb 100 millions!
    Tous les “petits pays” sans BH ne peuevnt que s’agenouiller devant le pantalon baissé des grands et “petre très gentil”…..vous voyez la Tchéquie ou Israël résister à 140 millions de Russes ou 80 millions d’Allemands ou de Musulmans? Classiquement… On a déjà vu.!

    • C’est pourquoi les bombes atomiques israëliennes ont un effet dissuasif.
      Le prix à payer pour un pays, même très peuplé, serait trop élevé.

  2. Commentaire inspiré par un autre lecteur, “Hervé” :
    Excellent ça, “L’axe de la résistance”, qu’est-ce-que je me marre!
    Les perses s’obstinent à vouloir transférer de l’armement, et ne savent plus comment faire tellement il reçoivent de raclées.
    Voilà qu’à présent, ils s’éloignent le plus possible, afin de faire passer leurs engins de mort, à tel point qu’ils se retrouvent en Irak.
    Mais aucun changement : ils reçoivent toujours raclées sur raclées, destruction des armes, et liquidation des barbus par centaines, qu’ils soient perses ou libanais.
    “L’axe de la résistance”!…. Excellent!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.