Antisémitisme :

Le poids de la photo, le choc des mots

Dans les années 70, un magazine construisait son identité sur un slogan fort : « Le poids des mots, le choc des photos ».

Il y avait une idée, une analyse, un commentaire par des mots. Il convient, ici, de rappeler que communiquer signifie mettre en commun. Ces mots reposaient sur une réalité concrète, celle de la photo. Le slogan de Paris Match visait juste, il représentait l’authenticité de la presse à l’époque du Prix Pulitzer pour l’enquête sur l’affaire du Watergate.

Paris Match a, depuis, changé de slogan. Aujourd’hui, c’est : « la vie est une histoire vraie ».

La sémantique est devenue une science des plus importantes. Les mots n’ont plus de poids. Ils perdent leur sens par des utilisations qui visent à émouvoir. Un conseiller de l’Elysée est renvoyé, il parle de génocide. Le fake est devenu une arme de communication, toujours avec le sens de mettre en commun. Une photo et même un film ne peuvent plus être considérés comme authentiques.

Lorsque la réalité est strictement subjective, de nouveaux groupes se forment sur des valeurs communes. Il se créée un nouvel ordre pour les fédérer, un ordre moral.

La communication se réalise par les réseaux sociaux. Nous sommes « amis » (virtuels). Au sein des groupes, les membres partagent le plus petit dénominateur commun. L’affinité est plus que sélective. Elle repose sur un centre d’intérêt généralement unique et le réseau social est un algorithme amplificateur. Il devient de plus en plus facile d’agir sur les membres dont l’horizon se limite à ce centre d’intérêt unique.

La vie est une histoire vraie. Serait-il tellement besoin de le préciser qu’on puisse en faire un slogan ? Les populations qui suivent le Judaïsme ont alors le bénéfice ou le mérite d’avoir l’enseignement de la makhloket. Parmi l’infini qu’offre l’intelligence de l’interprétation, il y a la recherche de la vérité au milieu de l’erreur, au milieu de la ruse. L’ordre moral que propose la société est alors ce koa’h hamédamé dans lequel on se perd. C’est l’histoire de Yaakov et Lavan et si le nom du père de Rachel signifie « blanc », c’est parce qu’il parait pur dans ses intentions, la somme de toutes les mitsvot !

Dans notre société où semble dominer le mensonge drapé de morale, la capacité de réflexion ou simplement le bon sens deviennent un vaccin indispensable contre les médias de propagande.

« J’arrive déterminé comme Adolf dans les années 30 (…) J’ai les techniques de propagande de Goebbels (…) Tous les jours R.A.F (rien à foutre) de la Shoah »

Le texte du rappeur Freeze Corleone, apologie du nazisme et de l’antisémitisme, est heureusement rapporté par la LICRA. Sinon, qui le ferait ? Et il y a, bien sûr et comme toujours, des milliers de personnes pour défendre la liberté d’expression due à cette création artistique, pour défendre une soi-disant métaphore de la société, de la même manière que les quenelles de m’bala aime ’blabla ne seraient pas des saluts nazis mais « la mettre profond au système ». Mais de quel système est-il question ?

Le ministre de l’Intérieur annonce poursuivre le rappeur en justice et demande l’interdiction de la diffusion des chansons. (au passage : « R.A.F de la Shoah », il semble qu’au contraire, ce soit une obsession… le poids des mots en question).

C’est encore là qu’il convient de faire preuve de bon sens. Il y a une fâcheuse tendance à vouloir associer systématiquement l’Extrême Droite à l’Antisémitisme. L’Extrême Droite est antisémite comme le sont la plupart des partis politiques car la plupart des populations sont antisémites.

Associer systématiquement et de manière prioritaire l’Antisémitisme à l’Extrême Droite occulte la réalité de l’Antisémitisme et de l’Antisionisme.

Qui est ce Freeze Corleone ? Son véritable nom est Issa Lorenzo Diakhaté.

Le media Atlantico, pourtant largement animé de quête de vérité, rapporte les faits sans jamais nommer Freeze Corleone par son nom. Le sens profond à en déduire est que l’intérêt se porte sur « l’artiste » et non pas sur la personne. Or, c’est la personne qui est antisémite. Le texte n’est que son arme, un objet.

La réalité est simple. Elle se révèle par la photo du « jeune de banlieue », par son regard, et ses paroles n’en sont que le reflet.

Ne pas considérer l’identité de cette personne permet d’oser le titre de l’article : « Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas ».

Comment ? Un petit arabe du 9.3. serait plus antisémite que les débiles (comprendre déséquilibrés) du RN au point que même la fachosphère s’en émeuve? Au fait, le site Atlantico n’est-il pas considéré, par la bien-pensance, faire partie de cette fachosphère ?

Rosh haShana est l’année nouvelle pour l’ensemble de la création et de l’humanité adamique et il appartient à chacun d’entre nous d’œuvrer pour l’améliorer. Shana Tova !

Par ©Gilles Falavigna

11 Commentaires

  1. Ce genre d’ordure doit être attaqué au « portefeuille  » et physiquement .

    Le seuls langage qu’ils  » entendent  » .

    Regardez les gangs dans les prisons américaines , ils s’enfoutent des années de prison. Ils ne respectent que la force .

    Et c’est autre chose que ces tapettes antisémites .

    Tout le reste c’est du bla bla bla .

  2. Pour moins que ça Mr Zemmour est condamné à payer des sommes d argent dans des procés quand il ne dit que des vérités sur cette montée d anti France , d anti juifs , d anti cathos , d anti blancs , d anti noirs ,etc …..Pire que le bruit des bottes , le silence des babouches , cette phrase devrait résonnée dans le crane de nos gouvernants…..

  3. J’ai la Haine… Nique ta mere…sale feuj…baisse les yeux… etc., Ce sont les mots et phrases qui ont intégré la langue française depuis trois décennies. A partir de ce constat, ne rêvez plus, la société franco-française est en agonie et la France s’ecroulera.

  4. Une minute de détente dans ce monde impitoyable :

    La Goulette les années 50 au restaurant  » chez Bichi  » le roi du  » complet poissons  » .

    Nous déjeunions en famille aprés avoir pris un bain à Goulette Casino .
    Attablés prés de nous une famille d’italiens :le pére ; la mére et le fils .
    Les 3 étaient obéses et mangeaient des spaghettis .
    Et au milieu de leur discussion le fils qui demande à haute voix à son pére :  » Papa tu as acheté le billet de loterie comme tous les Jeudis  » ?
    –  » oui mon fils , pourquoi cette question  » .
    –  » Papa si on gagne tu achéterais une 4 cv  » ?
    –  » Bien sûr ; si on gagne assez  » .
    –  » Ah qu’est ce que je suis content , je pourrai monter devant et ouvrir la glasse pour mieux repirer ?
    –  » Bien sûr fiston  »
    Et c’est à ce moment que la mére intervient :
    –  » et maman monte à l’arriére , tu n’as pas honte  » ?
    –  » Oui c’est toujours pareil je n’ai jamais le droit de monter devant . J’aimerai papa qu’on invite mon ami Ben Soussan quand on ira nous promener à Sidi Bou Saïd  » .
    Et c’est à ce moment que le fils et la mére se disputent bruyamment en plein restaurant , la sauce tomate à la bouche quand le pére intervient brusquement en donnant une paire de giffles à son fils et lui dit  » maintenant ça suffit , tu as manqué de respect à ta mére , je te demande de descendre de la voiture  » .

    Ils n’avaient qu’un billet de loterie . ah ah

  5. La France a du mal à se défaire de cette image qui lui colle à la peau depuis Vichy :

    L’antisémitisme et la collaboration .

    De Gaulle le petit que les français ont admiré et admirent toujours a été nourri au lait de Maurras .

    Ce n’est pas un hasard :  » ils se sont compris  » les antisémites aux deux langages .

    Maurassienne et Jésuite sont la marque de la politique intérieure et extérieure de la France .

  6. La réussite de « l’intégration «  de ces merdes en France.
    Merci à qui la faute? La. Gauche, la droite, le quai d’Orsay . Nos dirigeants tous aussi traîtres les uns que les autres récoltent ce qu’ils ont semé. D’ailleurs aucun d’ Eux présents pour les accords de paix Israël EAU….cela ne font pas leurs affaires on dirai

    • Parce qu’on ne peut pas passer sa vie la tête dans le sable. Regarder l’adversaire en face est le premier réflexe de défense. La fuite permanente n’est pas de mise. La vie n’est pas un champ de Rose. Ou alors avec beaucoup d’épines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.