Angers. Une plaque en hommage à la jeune Hélène-Georgette Lévi, déportée à Auschwitz en 1942

La congrégation du Bon Pasteur à Angers (Maine-et-Loire) n’a pas oublié l’une de ses anciennes pensionnaires : Hélène-Georgette Lévi. Arrivée à l’âge de 12 ans, elle a été forcé de le quitter à 17, victime de la Rafle. Jeudi 28 avril, une plaque en son hommage a été dévoilée.

Jeudi, la prière des morts et le kaddish, prière de deuil juive, ont été récités par le président de la communauté juive, Jonathan Berdugo et Pierre Lazarus, l’ex président, devant la plaque dévoilée sur les murs de la congrégation du Bon Pasteur. Elle commémore la déportation d’Hélène- Georgette Lévi qui a passé cinq ans au Bon Pasteur.

Bientôt un mur hommage aux Juifs déportés

Elle y est arrivée à 12 ans, accompagnée par son père. Baptisée par les sœurs pour la protéger des Nazis, elle sera néanmoins déportée à 17 ans, et gazée à Auschwitz le 14 ou 15 février 1944. L’adjointe à la citoyenneté et aux anciens combattants annonçait, lors de l’hommage, la création prochaine d’un mur de plusieurs mètres, le long de la voie ferrée, place Giffard-Langevin avec les 871 noms des Juifs partis d’Angers le 20 juillet 1942 pour Auschwitz dans le convoi n° 8.

Angers. Une plaque en hommage à la jeune Hélène-Georgette Lévi, déportée à Auschwitz en 1942

Ouest-France
Devant la plaque hommage à Georgette-Hélène Lévi, Jonathan Berdugo, actuel président de la communauté juive lit le kaddish, la prière des endeuillés | OUEST-FRANCE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.