Abu Muhsin al-Masri, un haut dirigeant d’Al-Qaïda tué en Afghanistan

Abu Muhsin al-Masri, considéré comme le commandant en second d’Al-Qaïda, figurait sur la liste des terroristes les plus recherchés du FBI.

Les forces de sécurité afghanes ont tué Abu Muhsin al-Masri, un haut dirigeant d’Al-Qaïda qui figurait sur la liste des terroristes les plus recherchés du FBI (Federal Bureau of Investigation), selon le service de renseignement afghan.

 

Al-Masri, un ressortissant égyptien considéré comme le commandant en second d’Al-Qaïda, a été tué lors d’une opération spéciale dans la province centrale de Ghazni, a déclaré la Direction nationale de la sécurité afghane (NDS) dans un tweet samedi soir.

Al-Masri, également connu sous le nom de Husam Abd-al-Ra’uf, a été accusé aux États-Unis d’avoir fourni un soutien matériel et des ressources à une organisation terroriste étrangère et de complot en vue de tuer des ressortissants américains. Les États-Unis ont émis un mandat d’arrêt contre lui en décembre 2018.

Le chef du Centre national de lutte contre le terrorisme américain, Chris Miller, a confirmé la mort d’al-Masri dans un communiqué, affirmant que son «retrait du champ de bataille était un revers majeur pour une organisation terroriste qui subit constamment des pertes stratégiques facilitées par les  États-Unis et ses partenaires ».

La perte d’al-Masri par Al-Qaïda, a poursuivi Miller, «met en évidence la diminution de l’efficacité de l’organisation terroriste».

Le mois dernier, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré qu’il restait moins de 200 membres d’Al-Qaïda en Afghanistan.

La mort d’al-Masri a été annoncée le même jour que 18 personnes ont été tuées dans un attentat suicide dans un centre d’éducation de la capitale afghane, Kaboul. Au moins 57 autres personnes ont été blessées lors de l’attaque dans la région qui abrite de nombreux membres de la communauté chiite minoritaire d’Afghanistan.

Il n’y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité pour l’attaque et les talibans ont nié tout lien.

Ce mois-ci marque 19 ans depuis que les États-Unis ont envahi l’Afghanistan pour renverser les dirigeants talibans, qui avaient hébergé des combattants d’Al-Qaïda qui ont attaqué les États-Unis le 11 septembre 2001.

Les États-Unis ont progressivement retiré leurs troupes d’Afghanistan après avoir conclu un accord historique avec les talibans en février.

Cet accord devrait voir les forces étrangères quitter l’Afghanistan d’ici mai 2021 en échange des garanties contre le terrorisme des talibans, qui ont accepté de négocier un cessez-le-feu permanent et une formule de partage du pouvoir avec le gouvernement afghan.

Le processus de paix intra-afghan a débuté dans la capitale du Qatar, Doha, le mois dernier. Malgré les pourparlers, les combats entre les talibans et les forces gouvernementales afghanes ont fait rage ces dernières semaines.

La semaine dernière, l’envoyé spécial américain Zalmay Khalilzad a déclaré que les talibans avaient accepté de «rétablir» leurs engagements dans le cadre d’un accord de retrait des troupes et de réduire le nombre de victimes dans le pays.

 

SOURCE AGENCES DE PRESSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.