A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil Israel 4ème explosion à Ahvaz ; le programme nucléaire menacé?

4ème explosion à Ahvaz ; le programme nucléaire menacé?

2 732 vues
12
Ahwaz, Iran, image d'illustrationAP Photo Ahwaz, Iran, image d’illustration

Explosion entendue dans une centrale électrique d’Azarkahn à Ahvaz, Iran

Samedi matin, les médias israéliens ont rapporté une explosion dans une centrale électrique dans la ville d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran. L’agence de presse officielle IRNA vient d’annoncer qu’une centrale électrique dans la ville d’Ahwaz, dans le sud-ouest de l’Iran, est en feu à cause d’une «explosion de transformateur» dans le quartier de Zirqan. L’étendue et la cause de l’incendie sont encore inconnues, rapporte IRNA. Il s’agit de la quatrième mystérieuse explosion en Iran ces dernières semaines. Des photos prétendant représenter la catastrophe circulent sur le net.
Des travailleurs iraniens se tiennent devant la centrale nucléaire de Bushehr, à 1 200 km au sud de Téhéran (crédit photo: MEHR NEWS AGENCY / MAJID ASGARIPOUR / REUTERS)
Des travailleurs iraniens se tiennent devant la centrale nucléaire de Bushehr, à 1 200 km au sud de Téhéran (crédit photo: MEHR NEWS AGENCY / MAJID ASGARIPOUR / REUTERS)

Une explosion aurait eu lieu samedi à la centrale électrique d’Azarkahn, dans la ville d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, selon les médias israéliens.

Les premiers rapports ont indiqué que l’explosion n’avait fait aucun blessé.

L’explosion s’est produite seulement deux jours après qu’un mystérieux incendie s’est déclaré jeudi dans l’installation nucléaire de Natanz dans la province d’Ispahan, en Iran, endommageant une nouvelle usine dans l’installation qui, selon les experts, a été construite dans le but de produire des centrifugeuses sur une surface à grande échelle.

Vendredi, des responsables iraniens ont déclaré qu’ils pensaient que l’incendie qui s’est déclaré jeudi à l’usine de Natanz pourrait avoir été causé par une cyberattaque et qu’Israël et les États-Unis pourraient être responsables.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a refusé de parler de l’incident lors d’une conférence de presse jeudi.

L’Iran exercera des représailles contre tout pays qui mène des cyberattaques sur ses sites nucléaires, a déclaré le chef de la défense civile, après un incendie dans son usine de Natanz qui, selon certains responsables iraniens, pourrait avoir été causé par un cyber sabotage.
Le site d’enrichissement d’uranium de Natanz, dont une grande partie est souterraine, est l’une des nombreuses installations iraniennes surveillées par les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies.
Vendredi, la plus haute instance de sécurité iranienne a déclaré que la cause de « l’incident » sur le site nucléaire avait été déterminée, mais « pour des raisons de sécurité », elle serait annoncée à un moment opportun.
L’Organisation iranienne de l’énergie atomique a initialement signalé qu’un « incident » s’était produit tôt jeudi à Natanz, situé dans le désert de la province centrale d’Ispahan.
Il a ensuite publié une photo d’un bâtiment en brique d’un étage avec le toit et les murs partiellement brûlés. Une porte suspendue à ses charnières suggérait qu’il y avait eu une explosion à l’intérieur du bâtiment.
—–

L’Iran est soumis à une pression intense après quatre explosions sérieuses qui semblent avoir endommagé des infrastructures clés liées à son programme de missiles et au programme nucléaire ainsi que d’autres installations.

Samedi encore, un autre incendie massif a endommagé une centrale électrique dans sa province déjà agitée du Khuzestan. L’Iran a dit, encore une fois, qu’il s’agissait d’un accident. « Circulez, il n’y a rien à voir ici », tel était le message de Téhéran. Mais peu à peu, l’Iran fait savoir qu’il y a des inquiétudes, y compris à travers des commentaires de ses principaux médias suggérant qu’il pourrait répondre aux attaques.

Le 3 juillet, ImageSat International a révélé des images de l’installation de Khojir, celle qui avait explosé le 26 juin 2020. C’était la première des quatre explosions. L’évaluation de l’ISI indique que les réservoirs de gaz ont été endommagés sous un hangar et que le gaz était destiné à une installation de missiles à proximité.

Nous savons maintenant qu’un autre incident s’est produit dans un centre médical quelques jours plus tard à Téhéran, puis qu’une autre explosion a endommagé les installations de Natanz le 2 juillet. L’explosion du 2 juillet a ensuite été identifiée par les médias koweïtiens d’Al-Jarida comme une cyberattaque. Cela renforce les inquiétudes de Téhéran. S’il estime qu’il fait l’objet d’une série de cyberattaques en règle, il devra réagir.

La dernière explosion dans une centrale électrique à Ahvaz semble avoir eu lieu dans une centrale électrique qui régule l’électricité transportée par l’automatisation et les contrôleurs industriels qui peuvent être manipulés par une cyberattaque, selon le compte-rendu de réseaux sociaux de renseignements en sources ouvertes Intelli Times. Que ce soit le cas ou non n’est pas aussi important que la perception de ce qui s’est passé et de ce que l’Iran soupçonne d’avoir pu se produire.

Si l’Iran dit qu’il fait l’objet d’une cyberattaque de grande envergure, quasi quotidienne, il devra peser ce qu’il doit faire ensuite pour répliquer.

L’Iran est compétent dans la cyber-guerre, il a mené des attaques dans le passé. L’Iran est également impliqué dans une demi-douzaine de conflits autour du Moyen-Orient. Il s’est vanté d’armer les Houthis au Yémen avec des drones et des missiles pour attaquer l’Arabie saoudite. Il a également montré ses liens avec le Hezbollah et les milices chiites en Irak.

Samedi en Irak, les tensions ont augmenté alors qu’une sorte d’explosion a été entendue près de la zone verte où se trouve l’ambassade américaine.

L’Iran opère également contre des dissidents kurdes le long de la frontière irakienne et est impliqué dans le conflit syrien. Le mois dernier, il a envoyé son commandant de la Force Quds des GRI, Esmail Ghaani, dans la ville frontalière d’Albukamal. Les tensions dans le sud de la Syrie entre des éléments soutenus par l’Iran et d’autres rebelles s’intensifient.

Jusqu’à présent, l’Iran est resté relativement calme dans ses réponses officielles. Il a déclaré que l’incendie de la centrale électrique de samedi avait été éteint sans faire de victimes. Cela contrastait avec l’explosion du centre médical la semaine dernière qui a fait plus de 19 victimes.

C’est ce que l’Iran doit peser aujourd’hui: si l’Iran dit qu’il est attaqué, il doit répondre ou sera humilié. Cela montrerait également que ses systèmes sont compromis sur ses sites les plus sensibles. Si elle dit que ce sont tous des accidents, alors elle doit expliquer pourquoi il y a tant d’accidents. Aucun de ces choix n’est enviable. Soit il montrera une faiblesse dans ses défenses, soit une infrastructure défaillante.

Le régime de Téhéran se targue de pouvoir se vanter de ses capacités. De plus, s’il dit qu’il est attaqué, il montrera également qu’il a menti à des organismes internationaux sur la sécurité de son programme nucléaire. Puisqu’il a affirmé que ces attaques étaient mineures, en faisant visiter les médias gouvernementaux, cela montrerait qu’il a menti. Il a déjà souvent menti auparavant. Il a abattu une compagnie aérienne ukrainienne en janvier. Mais combien de mensonges le régime peut-il entretenir sans conséquence? Il faut être prudent à cet égard.

L’Iran cherche à déclencher le mécanisme du différend nucléaire dans le cadre de l’accord avec les 6 puissances de 2015. S’il déclenche le mécanisme tout en affirmant qu’il est attaqué, cela entraînera des questions sur ce qu’il cherche à accomplir ou à cacher. Dans le même temps, l’Iran a peut-être subi un impact sur des aspects clés de sa chaîne d’approvisionnement pour ses missiles sol-sol et son programme clé de centrifugeuses avancées. Les centrifugeuses avancées nécessitent un certain gaz appelé hexafluorure dans les centrifugeuses. Il peut s’agir des centrifugeuses avancées IR-6.

L’image globale en Iran correspond à celle d’un régime poussant très loin la discipline à exercer quant au contenu du message qu’il doit envoyer à l’étranger tout en pesant au gramme près sa réponse. Il jongle avec de nombreux dossiers dans la région et traite avec l’Union européenne et a également de grands espoirs de mettre fin à un embargo sur les armes et de pouvoir faire du shopping en Chine et en Russie dans les mois suivants. Le régime peut ne pas vouloir tuer la poule aux œufs d’or.

——

Zvi Yehezkeli: « Les explosions en Iran continueront jusqu’à stopper le programme nucléaire »

Le commentateur de la chaîne 13 s’est entretenu avec Nissim Meshal au sujet des reportages selon lesquelles l’explosion entendue cette semaine à Natanz, notamment, l’est de Téhéran est liée à une cyberattaque israélienne : « Cette série d’explosions ramène l’Iran des mois, si ce n’est des années en arrière »

103FM 03/07/2020 12:06 PM
Iran: une grosse explosion à l'est de Téhéran Iran: Grande explosion à l’est de Téhéran (Photo: capture d’écran Twitter)

L’explosion qui s’est produite dans la centrale nucléaire iranienne de Natanz est liée à une cyberattaque d’Israël, a rapporté vendredi le journal koweïtien al-Jarida. Le commentateur des informations sur la chaîne 13, Zvika Yehezkeli, a parlé de la question avec Nissim Mishal sur 103 FM.

L’Iran fait de nouveau la une des journaux, faisant état d’une mystérieuse explosion dans l’installation nucléaire qui a détruit une grande partie de la structure de la centrifugeuse à Netanz. Explication, détail et raison.

« Ce sera une question désormais traditionnelle que nous traiterons tous les vendredis, car même vendredi dernier, nous avons déjà traité d’une explosion qui se déroulait, selon les officiels iraniens, dans une autre installation « civile »,  mais, selon d’autres sources, dans une installation appartenant au programme nucléaire iranien. Regardez, c’est déjà une tendance, Et je pense que cette fois, c’est un site très important là-bas, il y a les centrifugeuses d’enrichissement d’uranium, et leur stade d’avancée est devenu critique sur le chemin de la bombe. C’est quelque chose qui les inquiète beaucoup, car c’est quelque chose que les autorités iraniennes ont promis de ne pas faire au-dessus d’un certain niveau dans l’accord et elles le font, et je pense qu’il y a une étape (de représailles) qui est franchi, ici.

Peut-être qu’Israël profite d’une fenêtre d’opportunité en Iran en ce moment pour endommager et faire reculer le programme nucléaire iranien, tout comme les scientifiques l’ont fait dans les années 2010 et même un ver Stuxnet avait été inséré dans la centrale de Natanz o ù mille centrifugeuses avaient été endommagées. Il y a simplement un retour du programme nucléaire iranien touché dans une série d’explosions, également liées à de probables cyberattaquants. Un sabotage qui s’infiltre, à un niveau très élevé de renseignement qui ne fait que toucher les Iraniens, et vous ne pouvez que voir la réaction des Iraniens, pour vous expliquer à quel point ils sont embarrassés. « 

Autrement dit, cette série d’explosions est en fait destinée à arrêter le développement du programme nucléaire iranien?

« C’est vrai, cette série d’explosions peut maintenir l’Iran hors de la course pendant des années. Si vous prenez réellement les estimations de l’intensité des explosions, remettez-les dans le contexte. Et il y a le contexte ici, c’est la fenêtre d’opportunité dont j’ai parlé. L’Iran est actuellement dans une position très affaiblie, je pense que nous sommes dans ce type de mauvaise période, au creux de la vague. L’Iran souffre plus qu’à toute autre époque (perte de Soleimani, baisse des prix du pétrole, revers en Syrie et en Irak…)

Les sanctions, le poids du corona, l’embargo, toutes les punitions que le président Trump a signées, et je pense qu’aujourd’hui le gouvernement iranien essaie de parfaire le programme nucléaire comme seule option pour remonter sur le ring et là, il reçoit de grands coups durs. Vous voyez, si les Iraniens réagissent avec la façon qu’ils ont de répondre et disent que c’est un incendie ou une explosion de gaz et des trucs comme ça, c’est un signe qu’ils savent qui les a touchés et qu’ils réagissent avec faiblesse, en tâchant de minimiser l’importance du coup dur. « 

Autrement dit, ils absorbent toutes les attaques, explosions, contusions et ils ne répliquent à rien.

« D’accord. Écoutez, cela nous rappelle très bien ce qui se passe en Syrie. En Syrie, Tsahal les attaque depuis trois ans au moins et ils restent silencieux. La Syrie est presque sous la botte de Téhéran (hormis la présence russe), ce qui est une étape très importante. Maintenant, on assiste à des attaques en plein Iran, à Téhéran, au cœur du régime de l’ayatollah et ils ne répondent pas non plus. Tous les gardiens de la révolution avec toutes leurs menaces sur l’éradication d’Israël, absorbent trois à quatre explosions en une semaine, s’en prenant à leur programme nucléaire iranien? Est-ce croyable? Je dirais donc qu’en ce moment, l’arsenal iranien est limité en termes de réponse possible contre Israël, il est vrai qu’ils peuvent investir dans la cyberattaque et utiliser leurs cyber-capacités. Je pense qu’Israël se prépare également à cela, mais le coup que l’Etat hébreu porté est un coup important (qui les laisse pour le moment sans voix).  »

 

Maintenant que vous avez discerné une tendance, cette tendance va-t-elle continuer?

« Si j’analyse la nature de l’action d’Israël en Syrie ainsi que celle-ci, je peux comprendre qu’elle se poursuivra, car il existe des capacités existantes, des cyber-capacités et aussi principalement en raison de la nature de la réponse iranienne, qui nous permet d’évaluer qu’on n’est pas menacé par une guerre directe. »

Vous attendez-vous à ce que ces attaques ou explosions continuent jusqu’à mettre fin à l’accord sur le nucléaire iranien?

« Oui, je crois que ces explosions continueront, car il y a une fenêtre d’opportunité ici ainsi qu’une tendance qui a commencé, qui a probablement été prise comme objectif en vue d’arrêter le programme nucléaire et cela se produit en direct. Je crois que ce qui a commencé va continuer. »

maariv.co.il

Compilation et traductions de l’anglais, Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

12 Commentaires

  1. BIEN SOUVENT LES CHIENS QUI ABOIENT NE MORDENT PAS ET POURTANT TSHAL FAIT TOUT CE QUI EST POSSIBLE AFIN D’INCITER LES BARBUS A REPLIQUER ET AINSI POUVOIR LES AFFRONTER DE FACE.MAIS ATTENTION AVEC LES ARABES,ILS SONT FOURBES COMME LES SERPENTS ET PARFOIS CACHENT BIEN LEUR JEU !!!!!!

  2. Nous avons un problème ,les Iraniens ne sont pas seuls ,les russes ,les chinois , n oublions pas l’ Europe , vont s occuper a remplacer ce qui est détruit .
    Les chinois ont déjà signe des contrats ,pétrole contre « bricoles « les russes avec plus de discrétion organisent des partenariats ,et l Europe n est pas en reste ,ferme les yeux sur beaucoup de petits détournements de  » marchandises.
    Avec la crise du coran virus ,il faut faire rentrer l’ argent pour faire tourner les entreprises.
    Si par malheur ,Biden et derrière lui Hussein Obama et Clinton ,gagnent les élections …

  3. J’ai oublié le plus important !!!!!

    Sept bases nucléaires en totalité ou en partie détruites, avec……

    Avec…. ZERO mort côté Tsahal !!!!

    Fabioulous !!!

  4. Bonjour à tous !

    J’en ai oublié une, et pas des moindres, sans doute autour de Téhéran, il s’agit de la base de missiles ballistiques de HODJII : 13 missiles ballistiques détruits, 39 morts !

    Donc sept bases, et on apprend chaque jour que les dégâts sont plus importants que la veille…

    On dit que les Iraniens sont intelligents, si c’est vrai, ils se révolteront de voir leurs richesses jetée dans le feu tous les jours mais ce serait surprenant ! Très surprenant en raison de la torture qu’ils ont connue !

    Mais les proches des Ayatollah voient aujourd’hui que les Ayatollah leur ont menti, qu’ils transforment la richesse du pays en fumée… que le rêve unique des Ayatollah…
    la destruction d’Israël est aujourd’hui elle aussi partie en fumée… partie en fumée…
    Les proches vont voir qu’on leur a menti…

    A mon avis, les jours des Ayatollah sont comptés.

  5. Israël a fait un massacre !

    Les bases et les cliniques sont autour de Téhéran (30 à 150 km de Téhéran)
    Natanz : la plus grande, proche de Téhéran,
    Panchir 40 km de téhéran
    Shiraz – 30 km de Téhéran
    Ahvaz – 50 km  »
    Karoon 60  »  »
    Téhéran …….. la grande « clinique » !

    Donc SIX bases !

    ET sans doute que j’en oublie d’autres !

    A plus !

    Good night !

  6. Je ne suis pas aussi optimiste.
    Les dirigeants iraniens étant un métissage de cobra et de scorpion, je me méfie de ce long immobilisme qu’ils utilisent peut-être pour préparer et servir un de leurs coups tordus.
    Je sais qu’ Israël surveille de près cette engeance, mais un animal blessé est doublement dangereux.

  7. BRAVO ISRAEL,BRAVO TSAHAL.LES JUIFS SONT EN TRAIN D’ELIMINER LES CAPACITES NUCLEAIRES DE L’IRAN SANS METTRE EN DANGER LA VIE DE SES SOLDATS

  8. Merci Marc de nous avoir fait partager cet article du Maariv.en effet, il y a une fenetre d’opportunités est ce le chant du cygne des ayatollahs?(et de leurs proxis) Chavoua Tov joseph

  9. Bravo Marc !

    Après ta lecture ci-dessus, on a l’impression d’être aux premières loges !
    Tout la famille te suit jour après jour, semaine après semaine,
    Lé Haïm !

    Bonne nuit à toi !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.