Des hommes armés ont tué quatre policiers jordaniens dans une nouvelle fusillade, mardi à Karak, où une attaque terroriste a eu lieu ce week-end, revendiquée par l’Etat Islamique, qui a fait dix morts, selon les sources de la sécurité.

Les forces de sécurité se sont trouvées sous le feu après avoir lancé un raid afin de pister les suspects à la suite de l’assaut de dimanche, dont les victimes comprenait une touriste canadienne, les forces de sécurité ajoutant que l’opération est toujours en cours, trois jours plus tard.

Mais une autre source importante de la sécurité, citée par l’agence de presse officielle Petra, pense que les suspects des meurtres de ce mardi ne sont probablement pas liés au “groupe terroriste” (Daesh) derrière l’attentat de dimanche.

Le Département de la sécurité générale a déclaré dans un communiqué que la police encerclait une maison où les hommes armés se terraient et queles suspects ont ouvert le feu sur eux.

Un membre jordanien du Parlement, représentant de Karak, Haitham Ziadeen, a confirmé que l’opération est toujours en cours pour arrêter les hommes armés recherchés.

Jordanian security forces are seen patroling on december 19, 2016 in Karak, a tourist destination, around 120 kilometres (70 miles) south of the capital Amman, following an attack a day earlier. (AFP PHOTO/KHALIL MAZRAAWI)

Les forces de sécurité jordaniennes patrouillant le 19 Decembre 2016 à Karak,à la suite d’une attaque la veille. (AFP PHOTO/KHALIL MAZRAAWI)

“Une fusillade a éclaté dès l’arrivée des forces de sécurité qui cherchaient à faire irruption dans la maison de la région de Qaeifla  la province de Karak, où les hommes armés ont trouvé refuge”., dit-il.

Les fusillades en série de dimanche à Karak, lieu d’un des plus grands châteaux croisés de la région, ont provoqué la mort de sept policiers et de deux civils jordaniens, ainsi que d’une touriste canadienne.

Un total de 34 autres personnes ont été blessées, dont le fils de la touriste canadienne et un autre étranger, selon les autorités.

Quatre assaillants ont été tués par les forces de sécurité après un siège long de plusieurs heures du château des Croisés, où les suspects avaient fui, après avoir ouvert le feu sur les patrouilles de police et le commissariat de police de la ville.

Karak castle in Jordan, seen in 2004. (CC BY-SA, Dennis Jarvis, Flickr)

Le château de Karak en Jordanie, pris en 2004. (CC BY-SA, Dennis Jarvis, Flickr)

Le groupe Daesh-Etat Islamique, a revendiqué sa responsabilité dans l’attaque, mardi, disant u’elle a été menée par “quatre soldats du Califat”, qui ont fait usage de mitrailleuses lourdes et de grenades à main.

Un communiqué a déclaré que l’assaut djihadiste visait les “services de sécurité et les citoyens Apostats Jordaniens de la coalition dirigé par les Etats-Unis, qui combat les djihadistes en Syrie et en Irak.

Vengeance contre la campagne aérienne

Daesh a identifié les 4 djihadistes tués et déclaré que l’attaque correspond à une vengeance contre les campagnes aériennes de la coalition menée par les USA, en Syrie et en Irak.

Il promet aussi de perpétrer d’autres crimes supplémentaires contre les pays qui font partie de la coalition dirigée par les Etats-Unis.

La Jordanie fait partie de l’alliance et a participé à des raids aériens prenant Daesh pour cible. Elle abrite aussi des troupes de la coalition sur son territoire.

Maaz al-Kassasbeh, un pilote de combat jordanien, avait été capturé et brûlé vivant dans une cage par les djihadistes, alors qson avion avait été abattu en Syrie en décembre 2014.

Le Roi Aballah II a dénoncé le massacre à la mitraillette de dimanche “comme une lâche attaque terroriste”, au cours d’une visite mardi aux quartiers généraux de la police à Amman.

Mais il a promis que cette agression “n’affectera pas la sécurité et la stabilité de la Jordanie. Cela ne fera que renforcer sa volonté implacable de traquer ces criminels, qui seront dans l’incapacité de saper le moral du  pays”

Jordanian mourners carry the coffin of a victim of an attack at the funeral on December 19, 2016 in Karak, a tourist destination known for one of the region's biggest Crusader castles, around 120 kilometers (70 miles) south of the capital Amman. ( AFP PHOTO / Khalil MAZRAAWI)

Des endeuillés Jordaniens portent le cercueil d’une victime de l’attentat , lors des funérailles le 19 Décembre 2016 in Karak. ( AFP PHOTO / Khalil MAZRAAWI)

The Canadian foreign ministry confirmed that one of its nationals had been killed and another injured in “the heinous attack.”

Le Ministère des Affaires étrangères canadien a confirmé que l’une de ses ressortissantes a été tué et un autre blessé “dans cette attaque motivée par la haine”.

“Le gouvernement du Canada se tient prêt à assister la Jordanie dans la traque des assassins auteurs de cette attaque afin de les traîner en Justice”, ajoute le communiqué.

Lundi, la police jordanienne a déclaré avoir découvert quatre cientures d’explosifs en vue d’ats-suicideet d’autres explosifs dans la cache des suspects de l’attentat.

Daesh a revendiqué de multiples attentats en Jordanie, dont celui de juin, quand un terroriste-suicide a tué sept gardes-frontière près de la frontière syrienne.

Selon des sources proches des islamistes, près de 4000 Jordaniens ont rejoint les rangs de Daesh en Irak et en Syrie et on estime à 420 le nombre de ces djihadistes jordaniens renvoyés aux 72 vierges depuis 2011.

 

JForum avec agences. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.