**FILE2002** Israeli rescue workers tend to victims' bodies from the scene of a Palestinian suicide bombing on a passenger bus in Jerusalem June 18, 2002. At least 18 people were killed, some of them Jewish youth on the way to school. Photo by Yossi Zamir/Flash 90

À L’OCCASION DU 20E ANNIVERSAIRE, LES MÉDIAS MINIMISENT L’IMPACT DE L’INTIFADA SUR LES ISRAÉLIENS

Si vous ne comprenez pas l’expérience d’Israël pendant la Seconde Intifada, une vague d’attentats terroristes palestiniens qui a commencé il y a 20 ans ce mois-ci, vous ne pouvez pas comprendre l’état du conflit israélo-palestinien aujourd’hui.

La demi-décennie sanglante qui a suivi le rejet palestinien d’un plan de paix en 2000 – une ère traumatisante au cours de laquelle des civils juifs ont été chassés, ciblés et tués dans des bus, dans des restaurants et dans des clubs de danse – a brisé les rêves israéliens selon lesquels la paix était en train d’arriver, tout simplement. Il était question d’offrir aux Palestiniens un État. Cette vague d’attentats a convaincu le pays que la paix dépendait moins du compromis israélien et plus d’un changement de mentalité des dirigeants palestiniens qui s’accrochaient au rêve d’éliminer l’Etat juif. Et il a souligné pour les Israéliens que la vie de leurs enfants dépend, sinon d’un accord avec les Palestiniens, alors d’une séparation unilatérale associée à des mesures de sécurité efficaces.

Quand les Israéliens pensent à la vague de terreur, ils se souviennent du Park Hôtel sur la côte méditerranéenne, où, en 2002, un Palestinien est entré dans une salle à manger remplie de Juifs célébrant la Pâque et a assassiné 30 civils, la plupart âgés; le massacre de 21 personnes, dont une majorité d’adolescentes et d’adolescents, attendant d’entrer dans le night- club Dolphinarium de Tel Aviv pour y aller danser ; et les ruines de la pizzeria Sbarro, qui regorgeait d’enfants lorsqu’elle a été choisie comme cible d’un kamikaze palestinien, qui a tué 15 civils.

L’Intifada, pour les Israéliens, signifie les bombes humaines du bus 2,Bus 6 et 12,  Bus 14a,Bus 16 . Bus 19 . Bus 20 . Bus 32a . Autobus 37 . Autobus 189 . Bus 823 . Autobus 830 . Et trop de nombre de morts entre les deux.

 

Mais cette expérience est largement absente de la couverture médiatique de la commémoration de ces violences.

Au lieu d’aider les lecteurs à comprendre comment ces horribles attaques palestiniennes et d’autres ont marqué de manière indélébile les Israéliens, certains médias semblaient plus intéressés à marquer l’anniversaire de l’Intifada avec une autre récitation déséquilibrée du récit palestinien du conflit.

AP et «provocations» israéliennes

Un article sur AP Planner, par exemple, a marqué l’anniversaire par une annonce concernant une «provocation» israélienne.

«20 e anniversaire de la visite « provocatrice » du chef de parti israélien (Sharon) au sanctuaire islamique», lit-on dans le titre. Le corps de l’annonce du planificateur qualifiait ce sanctuaire de «troisième sanctuaire le plus saint de l’Islam». Il déclare que «les Palestiniens et les libéraux israéliens ont dénoncé la visite comme une provocation dangereuse», qui s’est placée dans le contexte de «l’échec du processus de paix de Camp David».

Mais il n’y avait aucune mention du fait que ce troisième sanctuaire le plus saint de l’Islam est en fait le premier site le plus sacré du judaïsme. (L’article a fait au moins reconnaître, incomplètement, que « les Juifs vénèrent l’esplanade comme site du temple détruit en 70 après l’ère Commune. ») Il n’y avait aucune mention que l’« échec » du processus de paix a été catalysé par le rejet de la part du dirigeant palestinien Yasser Arafat du plan de paix de Bill Clinton. Et aucune mention de terrorisme – pas un seul attentat-suicide palestinien, ni une seule mort juive signalée.

En fait, le planificateur de l’AP a entièrement accusé Israël des causes de l’intifada, bien que les lecteurs n’aient pas été informés de ce à quoi ressemblait le «soulèvement».

Ce récit de la responsabilité supposée d’Israël dans les attaques palestiniennes traite le récit palestinien comme un fait irréprochable, tout en ignorant les preuves suggérant différentes causes de l’agitation.

Une vague de violence pré-planifiée

En 2001, par exemple, un ministre palestinien a annoncé que la violence était pré-planifiée. « Quiconque pense que l’Intifada a éclaté à cause de la visite de Sharon à la mosquée Al-Aqsa a tort », a déclaré le ministre palestinien des Communications Iyad Falouji, « même si cette visite a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase du peuple palestinien. »

Victimes juives de l'attentat à la bombe du Park Hotel

Les victimes pour la plupart âgées de l’attentat à la bombe du Park Hotel à la Pâque ont été la cible d’un kamikaze palestinien.

«Cette Intifada était planifiée à l’avance, depuis le retour du président Arafat des négociations de Camp David», a-t-il poursuivi.

L’Associate Press devrait le savoir, puisqu’ils ont eux-mêmes couvert l’aveu : «Un ministre palestinien a déclaré vendredi que le soulèvement qui dure depuis 5 mois contre Israël avait été planifié après l’échec des négociations de paix en juillet, contredisant les affirmations selon lesquelles il s’agissait d’une explosion spontanée des Palestiniens, » avait pourtant préalablement reconnu un récit d’AP en mars 2001.

D’autres dirigeants palestiniens ont dit de même. Après s’être entretenu avec un responsable palestinien, David Samuels a écrit dans l’Atlantique que la violence «avait commencé avec l’intention de provoquer les Israéliens et de les soumettre à des pressions diplomatiques». Yasir Arafat avait déjà l’intention de recourir à la violence, a déclaré le responsable, Mamduh Nofal, à Samuels. Et la visite de Sharon au Mont du Temple a été saisie comme un moment opportun pour commencer:

En tant que membre du Haut Conseil de sécurité du Fatah, l’organe décisionnel et organisationnel clé qui a traité des questions militaires au début de l’Intifada, Nofal a une connaissance de première main des intentions et des décisions d’Arafat au cours des mois avant et après Camp David. «Il nous a dit:« Maintenant, nous allons au combat, alors nous devons être prêts »», se souvient Nofal. Nofal dit que lorsque Barak n’a pas empêché Ariel Sharon de faire sa visite controversée sur la place en face d’al-Aqsa, la mosquée qui a été construite sur le site des anciens temples juifs, Arafat a dit: «D’accord, il est temps de se mettre au travail. « 

L’AFP efface des civils israéliens

Le planificateur AP n’a guère été le pire délinquant, en matière de tromperie délibérée des lecteurs.

Dans son article marquant le 20 e anniversaire de l’Intifada, l’AFP a rapporté que

la deuxième intifada a éclaté après la visite du chef de l’opposition israélienne de droite Ariel Sharon dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est annexée le 28 septembre 2000. Cette décision a été perçue comme une provocation par les Palestiniens et de violents affrontements entre eux et les forces israéliennes ont suivi.

Notez comment le service de fil dissimule que les Juifs considèrent le site comme le mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme, un fait qui pourrait aider à expliquer pourquoi Sharon a visité le site. Pire encore, l’AFP décrit la violence comme étant entre les Palestiniens et les «forces israéliennes», un effacement stupéfiant du terrorisme qui visait les civils israéliens.

Cette réécriture de l’histoire est peut-être due au fait que l’AFP préfère se concentrer carrément sur les griefs palestiniens. Les lecteurs découvrent les points de contrôle, les blocus, les barrières – mais il n’est même pas fait mention d’une seule mort israélienne.

Reuters trouve des antagonistes familiers

Reuters, pour sa part, a au moins brièvement évoqué les attentats-suicides dans un duo de récits marquant 20 ans depuis l’Intifada. Chaque histoire se concentre sur un côté du conflit. Mais ce n’est que l’histoire des opinions palestiniennes qui utilise un langage coloré pour capturer la douleur des Palestiniens: ils sont décrits comme porteurs des «souvenirs vivants d’enfance » de la violence de la première Intifada et victimes de «traumatismes» découlant de ces années.

L’ histoire des Israéliens , en revanche, opte pour un langage plus stérile. Les Israéliens ont connu la «peur». Les meurtres ont rendu les Israéliens «très en colère». Tout cela semble au lecteur inférieur à un traumatisme, qui est bien pire dans l’échelle de gravité.

En effet, là encore c’est la victimisation palestinienne qui semble plus intéressante pour les journalistes. Dans l’histoire centrée sur les Palestiniens, une jeune Palestinienne raconte son expérience vécue des soldats israéliens qui, dit-elle, «ont envahi les étages supérieurs de l’immeuble de sa famille pour tirer sur le camp de réfugiés de Jénine, considéré comme un bastion pour les terroristes palestiniens».

L’histoire des Israéliens ne comprend pas de tels récits personnalisés d’attaques palestiniennes contre des Israéliens.

En effet, bien que nominalement, à propos de l’expérience israélienne, cette dernière partie est conçue en évoquant le sang-froid d’Israël envers les Palestiniens, qui sont traités comme «l’autre», dit-on aux lecteurs, et dissimulés derrière des murs par des Israéliens désintéressés de leurs conditions d’existence, qui «préfèrent ne pas les voir. »

Les diaporamas annexés à chaque article tiennent en des milliers de mots sur la manière dont Reuters s’efforce d’humaniser les Palestiniens, mais pas les Israéliens. Dans l’histoire d’Israël, les quatre diapositives représentent «une mosquée du village palestinien d’at-Tayba… vue derrière une clôture, faisant partie de la barrière israélienne»; «Des bâtiments dans la bande de Gaza [et] des maisons dans la ville israélienne de Sderot»; «Une vue d’ensemble [qui] montre la barrière israélienne séparant la ville palestinienne d’Abu Dis… et le quartier de Ras Al-Amud à Jérusalem-Est»; et «des parties du minaret et des toits d’une mosquée dans la ville palestinienne de Qalqilya… vues derrière la barrière israélienne». En d’autres termes, beaucoup de béton.

Dans l’histoire des Palestiniens, par contre, on montre aux lecteurs le portrait d’une jolie Palestinienne de 24 ans posant devant la barrière de sécurité d’Israël; un autre d’une Palestinienne de 17 ans qui semble être étudiante; une photo astucieuse d’un jeune Palestinien dans la bande de Gaza; et une photo du 1er octobre 2000 dans laquelle, selon la légende, «la police palestinienne échange des tirs avec des soldats israéliens». (Les reportages sur les fils de l’époque ont révélé des détails plus informatifs sur ce que la dernière image montrait:  » Près deNetzarim,un bon nombred’hommes armés,acclamé pardes centainesdepalestinienlanceurs de pierres, face à unavant-poste israélien ressemblant à une forteresse. Un homme armé barbu  s’est agenouillé derrière un muret en tirant avec son fusil d’assaut M-16. Un manifestant a supplié un tireur plus hésitant de lui remettre l’arme afin qu’il puisse essayer de tirer », a rapporté l’AP le 1er octobre).

 

Une image typique du diaporama de Reuters sur les Israéliens et l’Intifada.

Une image typique du diaporama de Reuters sur les Palestiniens et l’Intifada.

Dans l’article de Reuters sur les Israéliens, les journalistes parviennent à trouver un Israélien pour le citer, qui blâme son pays parce que, dit-il, il «n’a pas fait un usage judicieux des conditions positives que nous avions sous la main» pour obtenir un résultat plus réussi avec les Palestiniens. Et qu’en est-il de la responsabilité palestinienne pour les tentatives infructueuses de rétablissement de la paix? Le rejet par Arafat de la proposition de paix de Clinton bénéficie d’un blanchiment total dans l’histoire des Palestiniens, qui décrit le dirigeant palestinien comme ayant simplement «échoué à conclure un accord de paix avec le Premier ministre israélien Ehud Barak».

Et Reuters semble impliquer que la faute de cet échec repose entièrement ailleurs: les Palestiniens «n’étaient pas disposés à accepter moins qu’un État viable… avec sa capitale à Jérusalem-Est», disent les auteurs, même si c’est exactement ce que les Palestiniens se sont vus offrir à Camp David – un État viable avec une capitale dans les sections à majorité arabe de Jérusalem-Est.

Les articles de Reuters, quant à eux, minimisent les attaques uniquement vicieuses contre les Israéliens en établissant une fausse équivalence morale entre les opérations militaires israéliennes et les kamikazes palestiniens. Les journalistes décrivent l’Intifada comme comprenant «des attentats-suicides contre des villes israéliennes et des frappes aériennes et des raids de chars israéliens sur des villes palestiniennes», comme si les cibles étaient, dans un parallèle clair et net, les villes israéliennes et palestiniennes.

C’est spécieux. Ce sont les civils israéliens qui ont été en grande partie la cible des attentats-suicides palestiniens, tandis que les frappes militaires israéliennes ont visé les dirigeants et les membres des organisations terroristes qui ont envoyé ces kamikazes.

Et il en va de même lorsque les articles résument l’Intifada comme un «conflit armé dans lequel plus de 3 000 Palestiniens et 1 000 Israéliens ont été tués», cela induit à nouveau en erreur et passe à côté de la vue d’ensemble. La grande majorité des Israéliens tués pendant l’Intifada étaient des civils. On ne peut pas en dire autant des victimes palestiniennes, parmi lesquelles les civils ont été tragiquement victimes involontaires (collatérales) de frappes contre des djihadistes engagés dans la guérillak et le terrorisme.

On finit par s’attendre à l’expression de l’empressement des organisations médiatiques à minimiser, voire à ignorer, la caractéristique déterminante de la Seconde Intifada – la vague incessante d’attaques terroristes palestiniennes contre des civils israéliens – de la part d’un journalisme biaisé qui, dans le récit cinglant de l’ancien journaliste de l’AP Matti Friedman, «nous en dit beaucoup moins sur Israël que sur les gens qui écrivent les informations». On s’y attend. Mais cela reste inacceptable.

On 20th Anniversary, Media Minimize Intifada’s Impact on Israelis

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.