137 morts, 5.000 blessés après une explosion massive qui a secoué le port de Beyrouth, quartier d’Ashrafiyeh

Plusieurs vidéos montrent un panache de fumée s’élevant du littoral, puis une grande explosion et une onde de choc. Tsahal reste en état d’alerte dans le Nord.

La scène d'une explosion à Beyrouth le 4 août 2020. L'explosion, qui a secoué des bâtiments entiers et cassé du verre, a été ressentie dans plusieurs quartiers de la ville. (crédit photo: ANWAR AMRO / AFP VIA GETTY IMAGES)
La scène d’une explosion à Beyrouth le 4 août 2020. L’explosion, qui a secoué des bâtiments entiers et cassé du verre, a été ressentie dans plusieurs quartiers de la ville.
(crédit photo: ANWAR AMRO / AFP VIA GETTY IMAGES)
Dans un rare consensus, le Hezbollah a confirmé le déni catégorique des sources israéliennes de toute parti-pris dans les explosions massives qui ont secoué Beyrouth le mardi soir 4 août, tuant au moins 113 personnes, en blessant des milliers et causant d’importants dégâts aux bâtiments et aux véhicules. Les hôpitaux étaient trop endommagés pour soigner tous les blessés. Des sources de sécurité libanaises ont déclaré que la première explosion s’est produite dans un entrepôt ou un navire du port de Beyrouth contenant des feux d’artifice, qui ont ensuite enflammé un magasin de carburant ou, selon un journaliste du réseau Kan israélien : 2.750 Tonnes de nitrate d’ammonium (Timothy Mc Veigh n’avait employé que 2 tonnes de nitrate d’amonium pour faire sauter le bâtiment fédéral d’Oklahoma City : 168 morts à l’époque) ; Abbas Ibrahim, responsable de la sécurité nationale, évoquait déjà en début de soirée, 50 tonnes de nitrate de sodium ou nitrate d’ammonium (générant le deuxième « champignon » d’apparence « nucléaire »), accélérateur de déclenchement de missiles, et confisqué en 2014 au Hezbollah. D’autres observateurs démentent que cette quantité d’explosifs puisse être conservée si longtemps sans être neutralisée. Et que le navire près de l’entrepôt devrait avoir déverser des armes d’Iran beaucoup plus récemment. L’ampleur et la cause des explosions jumelles sont en cours d’évaluation. Les explosions ont envoyé un énorme nuage de fumée noire sur la ville. Les bâtiments ont été réduits en gravats et les conteneurs d’expédition dans le port ont été détruits. L’ampleur et la nature des explosions ont suscité des soupçons selon lesquels le récit officiel d’un accident désastreux pourrait ne pas être entièrement crédible. Nasrallah devait s’adresser au public depuis son bunker demain. C’est le moindre de dire que l’événement décrétant un jour de deuil national, lui a coupé la chique pour longtemps.

À la suite de l’explosion, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi ont transmis par les voies diplomatiques et sécuritaires l’offre d’Israël de fournir une aide humanitaire et un soutien médical au peuple libanais. Les responsables de la défense israélienne ont nié qu’Israël était lié à l’explosion, qui est survenue alors que Tsahal était en état d’alerte le long de la frontière nord en prévision d’une attaque du Hezbollah.

De plus, le Ziv Medical Center a annoncé qu’il était «expérimenté et prêt» à apporter son aide de toutes les manières possibles. L’annonce est intervenue après plusieurs rapports à Beyrouth indiquant que les hôpitaux étaient débordés et incapables de gérer l’afflux de blessés.

Une explosion massive a secoué Beyrouth mardi et un grand panache de fumée a pu être aperçu de loin. L’explosion a eu lieu au port de Beyrouth. Selon les médias libanais, des ambulances transportaient des centaines de blessés vers les hôpitaux locaux et des dizaines pourraient avoir été tués dans l’incident.

Plusieurs vidéos de la région ont montré un panache de fumée s’élevant près de la côte, puis une grande explosion et une onde de choc. Des bâtiments dans toute la région ont été endommagés par l’explosion. Le journal Daily Star, par exemple, a publié une vidéo de ses bureaux montrant d’importants dégâts.

Au moins 11 corps ont été retrouvés à l’intérieur du port et le contact a été perdu avec une équipe de pompiers et un certain nombre d’employés du port, selon les rapports libanais. Le secrétaire général du parti Kataeb a été grièvement blessé dans l’incident, selon Al-Hadath.

Selon le Daily Star, deux explosions ont été signalées au port.

La source de l’explosion n’était pas claire. Le chef de la sûreté générale Ibrahim évoque un stockage de nitrate de sodium « confisqué » au Hezbollah, qui servait d’accélérateur pour envoi de missiles. LBCI Lebanon News a affirmé qu’un incendie s’était déclaré dans le port et avait ensuite déclenché l’explosion d’un entrepôt voisin contenant des « feux d’artifice ». Selon le journal Al-Mayadeen, affilié au Hezbollah, l’explosion s’est produite dans un entrepôt stockant de la benzine, un produit chimique inflammable.Des sources du Hezbollah ont déclaré à OTV Liban qu’il n’y avait «aucune vérité» dans les informations selon lesquelles l’explosion avait été causée par une frappe israélienne sur les armes du Hezbollah dans le port.

Le directeur général de la sécurité du Liban a déclaré à Al-Hadath que les informations selon lesquelles l’explosion avait été causée par des feux d’artifice étaient « ridicules » et que l’explosion impliquait des explosifs de haute qualité.

Une panne Internet importante a été signalée au Liban suite aux informations faisant état de l’explosion, selon l’observatoire Internet NetBlocks. On ne sait pas ce qui a causé la panne.

Selon MTV Lebanon, de graves dommages ont été causés à la compagnie électrique libanaise.

L’agence de presse d’État libanaise NNA et deux sources de sécurité ont déclaré que l’explosion s’était produite dans la zone portuaire où se trouvent des entrepôts contenant des explosifs. On ne savait pas immédiatement ce qui avait causé l’explosion ou quel type d’explosifs se trouvaient dans les entrepôts.
« J’ai vu une boule de feu et de la fumée se répandre au-dessus de Beyrouth. Les gens hurlaient et couraient, saignaient. Des balcons ont été arrachés des immeubles. Le verre des immeubles de grande hauteur s’est brisé et est tombé dans la rue », a déclaré un témoin de Reuters.
L’ancienne maison du défunt président libanais Rafik Hariri, qui a été tué il y a 15 ans dans une attaque présumée entre le Hezbollah et l’Iran, est située près de l’endroit où l’explosion a eu lieu. Son fils, l’ancien Premier ministre Saad Hariri, se trouvait dans des bureaux à proximité du site, mais n’a pas été blessé dans l’incident, selon LBCI.
Un certain nombre de membres du Hezbollah sont jugés par contumace à La Haye pour avoir planifié et organisé l’attaque au cours de laquelle un camion transportant 3 000 kg d’explosifs de haute qualité a explosé à côté du cortège de Hariri, le tuant ainsi que 21 autres. Un verdict devrait être rendu par le tribunal vendredi.

La vidéo et les images de la scène montraient des vitres soufflées et des débris éparpillés dans des magasins et des bureaux du quartier Hamra de Beyrouth.

L’armée israélienne est en état d’alerte dans le Nord depuis que des membres du Hezbollah ont tenté de pénétrer en Israël la semaine dernière. Tard lundi soir, l’armée israélienne a frappé plusieurs cibles dans toute la Syrie en réponse à une tentative d’une cellule terroriste en Syrie de poser un engin explosif le long de la barrière frontalière avec Israël.

 

 

Deux fortes explosions secouent Beyrouth, des centaines de blessés

Souvenons-nous de précédentes mises en garde quant aux sites de missiles de précision du Hezbollah… 

Hezbollah missile-conversion site near a marina in Beirut / Photo credit: IDF Spokesperson’s office
Deux fortes explosions secouent Beyrouth, des dizaines de blessés
AFP

BEYROUTH, Liban | Deux fortes explosions ont secoué mardi le secteur du port de la capitale libanaise Beyrouth, faisant des dizaines de blessés, selon une source sécuritaire et des correspondants de l’AFP sur place.

La forte déflagration, qui a eu lieu dans la zone du port et dont l’origine n’était pas connue dans l’immédiat, a été entendue dans plusieurs secteurs de la ville.

Les vitres de nombreux immeubles et magasins ont volé en éclats à des kilomètres à la ronde. D’épais nuages de fumée orange s’élèvent au-dessus de la capitale et la zone du port est entièrement couverte.

Deux fortes explosions secouent Beyrouth, des dizaines de blessés

AFP

Le secteur du port a été bouclé par les forces de sécurité, qui ne laissent passer que la défense civile, le ballet des ambulances aux sirènes hurlantes et les camions des pompiers. Journalistes ont été interdits d’accès, a constaté un correspondant de l’AFP. Aux abords du quartier du port, les dommages et les destructions sont totaux.

Deux fortes explosions secouent Beyrouth, des dizaines de blessés

AFP

Les médias locaux ont diffusé des images de personnes coincées sous des décombres, certaines couverts de sang.

Selon des informations préliminaires de médias locaux, l’explosion serait le résultat d’un incident au port de Beyrouth.

Les circonstances et détails sur l’explosion restaient inconnus dans l’immédiat.

Deux fortes explosions secouent Beyrouth, des dizaines de blessés

AFP

« Les immeubles tremblent », a tweeté un habitant de la ville, affirmant que « toutes les vitres de (son) appartement ont explosé ». Selon un autre, la déflagration a été entendue à des kilomètres.

Selon des correspondants de l’AFP, de nombreux habitants blessés marchent dans les rues vers des hôpitaux. Dans le quartier d’Achrafieh, des blessés se ruent vers l’Hôtel Dieu.

Deux fortes explosions secouent Beyrouth, des dizaines de blessés

AFP

Devant le centre médical Clémenceau, des dizaines de blessés dont des enfants, parfois couverts de sang, attendaient d’être admis, selon un correspondant de l’AFP.

Presque toutes les vitrines des magasins des quartiers de Hamra, Badaro et Hazmieh ont volé en éclats tout comme les vitres des voitures.

Des voitures ont été abandonnées dans les rues, avec leurs coussins gonflables déployés.

Le Liban connaît sa pire crise économique depuis des décennies, marquée par une dépréciation monétaire inédite, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques, qui alimentent depuis plusieurs mois la grogne sociale.

Deux fortes explosions secouent Beyrouth, des dizaines de blessés

AFP

Il y a une semaine, après des mois de calme relatif, Israël a dit avoir déjoué une attaque « terroriste » et ouvert le feu sur des hommes armés ayant franchi la « Ligne bleue » séparant le Liban et Israël, avant qu’ils ne repartent côté libanais.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a attribué l’infiltration au Hezbollah, un mouvement armé pro-iranien très influent dans le sud du Liban et que l’État hébreu considère comme son ennemi.

Accusé de « jouer avec le feu », le Hezbollah a démenti toute implication.

Plus de détails suivront…

journaldemontreal.com

6 Commentaires

  1. Le Journal de Montreal ecrit « terroriste » entre guillemets et definit le Hezbollah
    comme « un mouvement armé pro-iranien très influent dans le sud du Liban et que l’État hébreu considère comme son ennemi ». L’influence de Paris, peut-etre, pour conduire a autant d’idioties dans une seule phrase ?

  2. les libanais et la « communauté internationale » savent depuis longtemps que le hezhbollah stocke leurs sensibles et leurs rampes de lancement de missiles parmi la population civile (Coucou la branche politique)Le gouvernement Israelien et l’etat major ont fait passer aux libanais le message que cette fois on s’en prendrait aussi aux infrastructures de leur pays en cas de confrontation avec le hezbollah. Cet accident et ses conséquences doivent les faire reflechir. Il suffit de laisser croitre et embellir l’animosité qui se montre au grand jour entre la population(meme parmi les chiites) et le hezbollah pour ensuite les aneantir avec un large consensus international. la france?..Bof..Allez sur MenaPress l’article sur les frappes en syrie lundi analyse sur l’etat d’esprit actuel du hezbollah joseph

  3. bonjour, je n’ai aucune compassion pour les familles des morts et pour les blessés de cet accident Vous pensez que les chrétiens libanais ne sont pas anti sémites et anti Israéliens au meme titre que les musulmans chiites et sunnites vivant au liban?c’est une erreur! C’est au contraire le ciment federateur intercommunautaire Cet accident va enfoncer encore plus profond le coin dans le « vivre ensemble »libanais si cher à la France Rappelons si il en etait besoin,le distinguo français entre la branche militaire et la branche politique du hezbollah il y a une grande agitation au quai d’orsay…que je vais suivre avec gourmandise joseph

  4. Les poussières, nuages et fumées vont vers le nord,…et c’est tant mieux. On ne sait pas ce qui est transporté par le vent, pour l’instant. Mais c’est clair que les couleurs rouges et ocres ne sont pas des résidus d’explosifs courant… Chimiques ?
    Reste qu’Ysraël à proposé son aide. C’est que les attentats, malheureusement, ont rendu la medecine d’urgence ysraelienne très performante.
    Quand on pense que nos ennemis se distribuent des bonbons et gâteaux quand Ysrael est touché, et que nous, nous nous désolons du sort de nos voisins, pas si conciliants…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.