1956, la guerre du Sinaï: la guerre oubliée (D. Israël)

2
388

Le Premier ministre David Ben Gurion avec des soldats de Tsahal pendant la guerre du Sinaï

Absolument personne ne se souvient du 62e anniversaire de la guerre du Sinaï

Alors que nous consacrons chaque jour une grande partie de notre attention à la bande de Gaza, les médias israéliens ont pratiquement ignoré le 62e anniversaire de la première guerre menée par l’État d’Israël après son établissement. 

La guerre a éclaté le 29 octobre 1956 et s’est terminée le 5 novembre, les forces de Tsahal s’étendant sur quelques kilomètres à l’est du canal de Suez. Ils ont quitté le Sinaï le 22 décembre.

Les objectifs britanniques et français de la guerre visaient à reprendre le contrôle occidental du canal de Suez et à renverser le président égyptien Gamal Abdel Nasser, qui avait nationalisé le canal et fait couler plusieurs navires à son fond pour y interdire tout passage.

Israël, qui a collaboré avec les deux superpuissances, cherchait à mettre un terme aux infiltrations constantes dans la bande de Gaza de terroristes fedayin, qui volaient et assassinaient des civils israéliens – dont beaucoup étaient des nouveaux venus dans l’État juif.

Israël cherchait également à passer librement par le canal de Suez, ainsi que par le détroit de Tiran, au fond de la péninsule du Sinaï.

Alors que ses alliés européens attaquaient en Égypte, le 29 octobre 1956, vers 15 heures, les Mustangs de l’armée de l’air israélienne ont lancé une série d’attaques sur des positions égyptiennes dans tout le Sinaï.

Les services de renseignements israéliens espéraient que la Jordanie entrerait en guerre aux côtés de l’Égypte et des soldats israéliens étaient donc postés le long de la frontière israélo-jordanienne.

Les villages israélo-arabes situés le long de la frontière jordanienne ont été soumis au couvre-feu (tuant 48 civils dans le village arabe de Kafr Qasim).

L’opération Kadesh – l’invasion du Sinaï a commencé lorsqu’un bataillon de parachutistes israéliens a été largué dans la péninsule du Sinaï, à l’est du canal de Suez, près du col de Mitla.

Quatre Mustangs P-51 israéliens utilisant leurs ailes et leurs hélices ont coupé toutes les lignes téléphoniques aériennes dans le Sinaï, perturbant ainsi tout commandement et contrôle égyptiens.

Cependant, en raison d’une erreur de navigation, les véhicules de transport Dakota israélien (Douglas DC-3) ont atterri à 400 parachutistes à trois milles de leur cible.

Le lieutenant-colonel Rafael Eitan (Raful) a dirigé ses hommes vers Jebel Heitan, où ils ont creusé une fouille alors qu’ils recevaient des fournitures d’armes larguées par des avions français.

Une jeep qui a finalement été abandonnée par des soldats des FDI sur le chemin de Charm el-Cheikh / Crédit photo: Gan Shmuel archive via Pikiwiki

Au même moment, la 202ème brigade de parachutistes du colonel Ariel Sharon se précipita vers le col de Mitla, faisant face à de nombreuses pannes de véhicules.

Heureusement, le maréchal Abdel Hakim Amer, commandant égyptien, a d’abord traité les informations faisant état d’une attaque israélienne dans le Sinaï comme un simple raid de représailles pour les activités de Fadayeen, au lieu d’une invasion et n’a pas ordonné une alerte générale.

Au moment où Amer s’est rendu compte de son erreur, les FDI s’étaient emparées de la moitié du Sinaï.

(De la bibliothèque virtuelle juive 🙂 Les corps blindés de Tsahal ont balayé le désert, capturant pratiquement tout le Sinaï avant le 5 novembre. L’ancien ambassadeur américain Parker Hart a déclaré: «Nous avions des informations selon lesquelles de nombreuses troupes égyptiennes venaient de décoller.»

Ce jour-là, des parachutistes britanniques et français ont atterri près de Port-Saïd et des navires amphibies ont largué des commandos à terre. Les troupes britanniques s’emparèrent de Port-Saïd et s’avancèrent à moins de 40 km de la ville de Suez avant que le gouvernement britannique n’accepte soudainement un cessez-le-feu.

Quand Israël a refusé de retirer ses troupes de la bande de Gaza et de Charm el-Cheikh, le président des États-Unis, Dwight D. Eisenhower, a déclaré: “Nous ne devons pas permettre à l’Europe de ne pas céder à la pression faute de pétrole.”

Il voulait que l’ONU l’impose. sanctions économiques contre Israël jusqu’à son retrait complet du territoire égyptien. Le chef de la majorité au Sénat, Lyndon B. Johnson (D-Tx) et le chef de la minorité William Knowland (R-Ca) se sont opposés à l’imposition d’une pression américaine sur Israël. Johnson a déclaré au secrétaire d’État John Foster Dulles qu’il souhaitait qu’il s’oppose “de toutes ses compétences” à toute tentative d’appliquer des sanctions à Israël.

Dulles a informé Eisenhower des objections du Sénat, mais Eisenhower insistait pour appliquer des sanctions économiques allant jusqu’à couper l’aide privée américaine à Israël, estimée à plus de 100 millions de dollars par an.

En fin de compte, le Sénat contrôlé par le parti démocrate ne coopérerait pas avec la position d’Eisenhower sur Israël.

Eisenhower a finalement dit au Congrès qu’il présenterait la question au peuple américain, en déclarant: “L’Amérique a une voix, ou aucune, et cette voix est la voix du président – que tout le monde soit d’accord avec lui ou non.” Le président a parlé à la nation à la radio et à la télévision, où il a souligné le refus d’Israël de se retirer, expliquant sa conviction que l’ONU n’avait «pas d’autre choix que d’exercer des pressions sur Israël».

Avant d’évacuer le Sinaï, Israël a reçu une promesse des États-Unis d’aider à maintenir la liberté de navigation dans la mer Rouge.

 Les États-Unis ont également parrainé une résolution des Nations unies créant la Force d’urgence des Nations Unies (FUNU) chargée de superviser les territoires libérés par les forces israéliennes.

Seulement 11 ans plus tard, la même guerre s’est répétée pratiquement après que le président Nasser a rompu tous les accords qu’il avait signés et ordonné à la FUNU de quitter leurs postes le long de la frontière israélienne. À cette époque, en juin 1967, il ne fallut que deux jours pour reprendre le Sinaï.

Par David Israel

2 COMMENTS

  1. Force et Honneur à ISRAEL. des hommes politiques qui ont la dimension d’hommes d’état (Ben Gourion, Abba Eban, Golda Meïr) et des officiers hors pairs. Voilà la martingale de la réussite.

  2. J’étais présent, avec mes parents a cette époque on était a Haïfa, les commandos de marine avaient capturé un bateau égyptien , qu’on pouvait visiter pour 20 grouches….quelle époque , on éteignait toutes les lumières et l’armée allumait des projecteurs dans des zones perdues et isolées que l’armée égyptienne prenant pour des zones habitées , bombardait inutilement….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.