14 juillet : Castaner très au-delà du seuil d’incompétence

7
719

https://www.facebook.com/patrick.ha.7/videos/120288612575251/

Incidents du 14-Juillet sur les Champs-Elysées : « la journée n’a pas été suffisamment anticipée »

This picture taken on July 14, 2019 shows a fire in front of the Arc de Triomphe in Paris as protestors linked to the Yellow Vests (Gilets Jaunes) movement take part in a demonstration on the side of the annual Bastille Day ceremony. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Un incendie sur les Champs-Elysées, dimanche 14 juillet. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

L’opposition a dénoncé l’impréparation du ministère de l’Intérieur, après les heurts déclenchés par des manifestants liés aux « gilets jaunes ».

Par L’Obs avec AFP

C’est la première fois depuis le 16 mars que des « gilets jaunes »retournaient sur les Champs-Elysées : Des dizaines de personnes sont parvenues dimanche après-midi à investir « la plus grande avenue du monde » dans un face à face tendu avec les forces de l’ordre, à l’issue du défilé militaire du 14 juillet. Ces derniers mois, les Champs-Elysées étaient devenues un secteur interdit à toute manifestation.

Au total, 175 personnes ont été interpellées, selon la préfecture de police de Paris. D’abord en marge du défilé militaire, où des « gilets jaunes » avaient appelé à manifester, puis lors des échauffourées de l’après-midi. Plusieurs figures des « gilets jaunes » ont été interpellées dans la matinée et placées en garde à vue quelques heures: Jérôme Rodrigues, qui a perdu son oeil droit en janvier, et Maxime Nicolle, dit « Fly Rider », pour « organisation d’une manifestation illicite », et le routier Eric Drouet pour « rébellion », selon le parquet.

Le président LR du Sénat Gérard Larcher a dénoncé dans un tweet le « contraste saisissant entre les Français fiers de leurs soldats, de leur engagement pour défendre à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières les valeurs humaines et démocratiques et des groupuscules qui contestent nos principes républicains. Honte à eux ! »

« Pas sérieux de se retrouver dans cette situation »

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo, a mis en doute la rigueur du dispositif de sécurité, sur LCI dimanche : « On tirera les enseignements une fois qu’on aura fini de sécuriser la zone mais il est clair que quelques dizaines d’individus, plutôt d’un profil black block, sont venus rejoindre quelques dizaines de ’gilets jaunes’. C’est-à-dire qu’au maximum, on doit être autour de 150, 200 personnes », a-t-il décrit, ajoutant :

« Ce n’est pas sérieux de se retrouver dans cette situation à cause de quelques dizaines d’individus violents ».

Philippe Goujon, maire LR du 15e arrondissement de Paris, était plus sévère encore dans des propos rapportés par l’AFP : « Il est inexcusable que le jour de la Fête nationale, une heure après le défilé, les Champs-Elysées soient à nouveau livrés aux ultras et aux blacks blocks. Le ministre de l’Intérieur une fois de plus échoue à maintenir la sécurité à Paris », dit-il. « Je mets en cause le dispositif policier inadapté aujourd’hui à Paris pour gérer une journée qu’on savait très difficile avec de nombreux évènements et qui n’a pas été anticipée suffisamment au niveau de l’estimation de la violence urbaine que cela pouvait générer. »

L’erreur de la préfecture de police, selon l’élu LR ? Mettre en place « un dispositif de type service d’ordre alors qu’il aurait fallu peut-être mettre en place un dispositif pour contenir des violences urbaines, comme elle l’a fait d’ailleurs à certaines périodes des ’gilets jaunes’ ».

« La République, c’est eux aussi »

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen s’en est pris sur Twitter à « l’incompétence chronique d’un ministre de l’Intérieur en-dessous de tout et incapable d’assumer la moindre responsabilité » : « Comment est-ce possible que des #BlackBlocs et des voyous d’extrême gauche arrivent à tout saccager le jour de notre fête nationale ? » se demande la leader du RN.

Adrien Quatennens, enfin, s’interroge sur le réseau social sur l’interpellation de plusieurs figures des « gilets jaunes » : « Alors que #BastilleDay est utilisé par l’Elysee, on apprend qu’Eric Drouet, Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle ont été interpellés près des Champs-Elysées. Sur quel fondement juridique, s’il vous plaît ? Que célèbre-t-on le 14 juillet déjà ? La République, c’est eux aussi ! » s’exclame le député et coordinateur de la France insoumise.

L'Obs

L’Obs av

7 COMMENTS

  1. Alors, si c’est les Gilets Jaunes, y zen prennent plein la gueule !!…
    Si c’est nos « magnifiques zamis »(une véritable richesse pour la France) ils sont intouchables.
    On a vraiment un Pouvoir Exécutif en dessous de tout. Collabos ! Ils veulent une guerre civile

  2. Les black blocks ont été rapidement remplacés sur les Champs-Elysées par les supporters algériens qui ont pillé, brûlé des voitures, poubelles etc. et commis de nombreuses incivilités, Paris, Marseille, Lyon et de nombreuses villes.
    Macron ne semble pas avoir pris la mesure de ce grave problème.
    Deux peuples ne peuvent cohabiter dans un seul pays. L’avenir est sombre,

    • 14 Juillet France/Algérie: 180/284
      180 interpellations chez les GJ et 284 chez les algériens.
      Mais 20000 coups de matraques, yeux crever et mains arrachées chez les GJs.
      On peut bien sûr être écoeuré par les infiltrations nauséabondes chez les GJs, mais peut-on croire à la paix civile avec de telles résultats.
      Aujourd”hui dans l’Essone les magasins de bricolage ont tiré la sonnette d’alarme voyant leur stock d’acide chloridrique anormalement réduit….la crainte est de votre cette acide uilisée contre les forces de l’ordre lors de la finale de la coupe de foot Africaine. (Info France info de ce matin)…….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.