Les médias déforment le refus d’Israël de se laisser intimider et de récompenser des terroristes impénitents.

Suite aux indications du Royaume-Uni et de la France selon lesquelles ils pourraient formellement reconnaître un État palestinien sans l’approbation d’Israël, le gouvernement israélien a publié une déclaration en réponse: Israël rejette catégoriquement les diktats internationaux…

Suite aux indications du Royaume-Uni et de la France selon lesquelles ils pourraient formellement reconnaître un État palestinien sans l’approbation d’Israël, le gouvernement israélien a publié une déclaration en réponse :

Israël rejette catégoriquement les diktats internationaux concernant un accord sur le statut final avec les Palestiniens. L’accord, dans la mesure où il sera conclu, se fera uniquement par le biais de négociations directes entre les parties, sans conditions préalables.

Israël continuera de s’opposer à la reconnaissance unilatérale d’un État palestinien. Une telle reconnaissance, à la suite du massacre du 7 octobre, récompenserait énormément un terrorisme sans précédent et empêcherait tout futur accord de paix.»

Le message d’Israël était explicite: il ne restera pas en retrait et ne permettra pas que les auteurs du massacre de civils israéliens du 7 octobre soient récompensés par ce qui équivaut effectivement à une légitimité.

Ce que la déclaration d’Israël sur la reconnaissance unilatérale n’a pas fait, c’est de s’opposer à la création d’un État palestinien en général. Autrement dit, Israël n’a pas catégoriquement rejeté l’idée qu’un État palestinien puisse être formé dans le cadre d’un accord de paix plus large.

Pourquoi, alors, certains médias ont-ils déformé le contenu de l’annonce de dimanche pour suggérer qu’Israël avait déclaré qu’il refuserait d’accepter une solution à deux États au conflit ?

Le Telegraph, par exemple, a qualifié la position d’Israël de rejetant catégoriquement la possibilité que deux États coexistent côte à côte dans un titre trompeur qui faisait également allusion à une agression israélienne en liant le prétendu rejet à une offensive terrestre à Rafah.

LBC News , qui a mené le projet israélien visant à éradiquer le Hamas de son dernier bastion à Rafah , a adopté une ligne similaire – le décrivant plutôt comme une attaque contre les 1,5 million de personnes qui s’y abritent et le liant aux aspirations palestiniennes prétendument contrecarrées par Israël à une souveraineté d’un État.

Le New York Post a choisi de passer sous silence ce qui s’était passé pour suggérer que le gouvernement israélien rejetait « tous les appels » en faveur d’un État palestinien.

Pendant ce temps, l’ Irish Times , le Financial Times et Voice of America ont tous publié de vagues titres affirmant qu’Israël était opposé à la création d’un État dans le cadre de toute résolution après la guerre contre le Hamas à Gaza, sans noter que son objection concernait une reconnaissance unilatérale .

Temps irlandais


Temps Financier


Voix de l’Amérique

Le fait est qu’Israël a montré à maintes reprises qu’il était disposé à négocier avec les Palestiniens et qu’il n’était pas opposé à la réalisation d’un État palestinien.

En effet, il suffit de considérer les nombreuses occasions au cours des années où Israël s’est présenté à la table des négociations en proposant la création éventuelle d’un État palestinien – pour ensuite que les Palestiniens rejettent, invariablement par la violence, sa création.

Du plan de partition de l’ONU aux propositions de Camp David , la volonté d’Israël de créer un État palestinien est gravée dans les livres d’histoire.

Que les médias suggèrent le contraire n’est que du révisionnisme historique.

JForum.fr avec honestreporting.com  Rachel O’Donoghue

Crédits photo : Forum économique mondial via Flickr

Rachel O'DonoghueRachel O’Donoghue
Née à Londres, en Angleterre, Rachel O’Donoghue a déménagé en Israël en avril 2021 après avoir passé cinq ans à travailler pour divers titres de journaux nationaux au Royaume-Uni. Elle a étudié le droit à l’Université de droit de Londres et a obtenu une maîtrise en journalisme multimédia à l’Université de Kent.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alain

C’est le grand festival de l’hypocrisie antisémite.

Damran

Voilà des décennies que les médias sont devenus des propagandistes menteurs, falsificateurs et engagés plutôt à gauche.
Comment ne pas citer l’Agence France Poubelle qui est le porte parole des Roquets d’Orsay qui dictent leurs dépêches qui sont reprises telles quelles, sans aucun contrôle préalable ?
La liste des médias qui diffusent des mensonges est telle qu’il vaut mieux s’abstenir, malgré tout, Al Jazeera mérite le prix de la honte.
En 1967, Jacques Dutronc chantait déjà « On nous cache tout, on nous dit rien » avec les paroles du merveilleux Jacques Lanzmann, ce titre n’a pas pris une ride :

On nous cache tout, on nous dit rien
Plus on apprend, plus on ne sait rien
On nous informe vraiment sur rien
On nous cache tout, on nous dit rien
On nous cache-cache et cache-tampon
Colin-maillard et Tartempion
Ce sont les rois de l’information

En plus, c’est Charlie Benarroch qui joue à la batterie et il se fait bien entendre….