Des paroles (de haine) et des actes (manqués)

Force Ouvrière tient à exprimer sa réprobation après le dérapage survenu le 21 janvier lors de l’émission « Des Paroles et Des Actes » (DPDA) qui contrevient à toutes les règles d’éthique professionnelle que France Télévisions s’est fixée.

Des paroles et des actes, plateau

Des paroles et des actes, plateau

Il n’est pas acceptable que, sur le plateau de l’émission de référence du service public, une invitée, Wiam Berhouma,  puisse tenir durant près de dix minutes un discours manifestement militant et soigneusement appris sans être véritablement recadrée par David Pujadas qui animait la soirée.

Force Ouvrière s’interroge sur les critères qui ont amené au choix de cette intervenante et souligne, au passage, le manque de transparence lors de sa présentation à l’antenne. Il a en effet été indiqué au téléspectateur que cette jeune femme « n’appartenait à aucun parti » et qu’elle avait simplement figuré sur une « liste citoyenne ». Cette dernière précision n’en était pas une, ou elle était alors fort imprécise.

Wiam Berhouma est en réalité une militante active de la Marche des femmes pour la Dignité (Mafed) émanation directe du Parti des Indigènes de la République (PIR), connu pour ses positions qui sont, tout, sauf nuancées. A la suite de l’attentat contrat Charlie Hebdo, Jeannette Bougrab a accusé ce parti de porter  » une responsabilité évidente  » dans ces événements.

Lors de son interminable intervention, Mme Berhouma a eu tout le loisir de tenir à l’égard du philosophe Alain Finkielkraut un discours dans lequel l’agressivité et la haine étaient à peine dissimulées, sans amener à plus de réactions de la part des responsables de l’émission.

Est-il tolérable que Mme Berhouma puisse accuser France Télévisions de participer à un climat de racisme anti-musulman sans être immédiatement reprise et rappelée à l’ordre?

Nous nous étonnons de l’absence de réaction de la direction de France Télévisions au lendemain de cette consternante prestation.

C’est l’absence de ces précisions qui a valu nombre de lettres de remontrances au Médiateur et qui a suscité un débat haineux sur Internet au détriment du groupe France Télévisions.

Exemples : « Cette présentation est mensongère car cette jeune femme est membre des « Mafed » un collectif proche des Indigènes de la République […] je trouve peu professionnel de mentir sur le parcours des personnes invitées […] »

«  Comment France Télévisions peut-elle mentir aux téléspectateurs en invitant une soi-disant prof d’anglais apolitique alors que nous savons qu’elle fait partie du « Mafed » […] Je ne paie pas la redevance pour être pris au piège ».

Or la mission de France Télévisions est de rendre compte de la réalité et de donner des informations précises aux téléspectateurs.

FO regrette ce dérapage, d’autant que nos téléspectateurs attendent de nous un discours de vérité dans un contexte où nous portons une responsabilité  quant à la possibilité de « vivre ensemble » après les attentats qui ont dévasté la France.

Force Ouvrière abordera franchement la question lors du prochain comité de déontologie des journalistes. La direction devra justifier son silence qui dure depuis plus d’une semaine.

Dans le climat actuel où l’on assiste à une libération préoccupante de la parole xénophobe, raciste et antisémite,  le syndicat Force Ouvrière appelle chaque acteur du service public de l’audiovisuel à la plus grande vigilance et à son sens des responsabilités.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est sûre qu’avec des alliés commerciaux comme le Qatar, l’Arabie saoudite et l’Iran, il faudra travailler à coup de babouche et fermer sa gueule…… »Le retour aux monarchies, pauvres serfs qui n’auront pas le privilège de ramasser les miettes des grands duchés d’Airbus, Total…. quand aux autres gueux ? » (telle est la pensée de nos politiques en France) ………Comme il était bon le temps de Krasuki, d’André Citroën et de Léon Schwarzenberg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.