A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil Culture Yves Duteil se livre dans un témoignage émouvant

Yves Duteil se livre dans un témoignage émouvant

2 564 vues
2

Un témoignage émouvant de Yves Duteil sur Radio J. Il est le petit-neveu du capitaine Dreyfus.

Yves Duteil était ce matin sur Radio J. Un témoignage incroyable et émouvant.

Le 6 mai 2021 a été publié l’autobiographie d’Yves Duteil. « Un ouvrage bouleversant dans lequel il évoque pour la première fois cette grande découverte concernant ses parents ».

Objeko : « Un vrai travail d’orfèvre ! Mais aujourd’hui, c’est l’écrivain dont il est question. En effet, l’interprète de quelques-uns des plus grands standards de la chanson française a décidé de coucher ses souvenirs sur le papier. Ce jeudi 6 mai 2021 sort effectivement son autobiographie Chemins de liberté, un livre dans lequel il évoque pour la première fois la découverte d’un secret concernant sa famille ».

Descendant du capitaine Dreyfus, Yves Duteil est aussi le fils d’un homme d’affaires et d’une mère bijoutière. Des parents qui lui auront donné une éducation stricte et tout à fait épanouissante. Même si autour de la table, l’ambiance n’était pas à la profusion de sentiment. Le chanteur a alors l’impression de ne pas avoir réellement connu ses parents. Du moins pas dans leurs aspects les plus privés. Pourtant, en 1997, à la mort de Robert Duteil, son père, la star va faire une découverte qui va changer sa vision sur ses parents. Objeko revient donc pour vous sur ce véritable secret déterré par la star.

” Il l’aimait “

Yves Duteil se souvient ainsi du jour exact où son père s’en est allé. ” Dans sa chambre à l’hôpital, mon père était comme endormi. J’ai pris sa main dans la mienne et à haute voix, je lui ai dit tout ce que je n’aurais jamais osé lui formuler s’il avait été conscient. Je suis convaincu que les mots ont trouvé leur chemin à travers sa pudeur, franchissant les remparts, les douves, l’armure, la cuirasse et le bouclier qu’il avait toujours maintenus à distance du bonheur “. (https://www.objeko.com)

Yves Duteil est le fils de David Robert Duteil (1904-1998). Il est le petit-fils d’Eugène Jules Deutsch (1865-1953) et d’Alice Pauline Hadamard (1875-1965). Jules Deutsch obtient le 10 février 1920 par ordonnance du président du tribunal civil de la Seine que son nom soit remplacé par Duteil.

Yves est le petit-neveu du capitaine Dreyfus, à qui il a consacré une chanson (Dreyfus) sur l’album Touché. Plusieurs membres de sa famille, dont Francis Dreyfus (1940-2010) et Avrom Dreyfus, sont très impliqués dans la création musicale, aux maisons de disques Dreyfus et Polygram, et aussi à EMI France.

Carrière musicale

Yves Duteil commence son éducation musicale par l’apprentissage du piano avant de découvrir la guitare à l’adolescence. Après son bac, il étudiera – très brièvement – le droit avant de s’orienter vers la musique, en intégrant le Petit Conservatoire de la chanson de la chanteuse Mireille. Son premier titre sort en 1972, Virages,chanson écrite pour Madeleine Gruaist, sa compagne de l’époque. Virages est marqué par les premières parties de Régine à Bobino ou de Juliette Gréco à L’Olympia.

C’est un concours, organisé dans le cadre du Festival International de la Chanson Française de Spa en Belgique, qui va lancer sa carrière en 1974 puisque Duteil y remporte les Prix du public et de la meilleure chanson. Dans la foulée, le chanteur sort L’écritoire. En 1976 sort J’attends, son deuxième album pour lequel le chanteur se voit remettre les prix « Jeune Chanson » du Haut Comité de la langue française. Deux nouveaux prix l’attendent, celui l’Académie Charles-Cros et du Secrétariat à la Culture. Un an plus tard son troisième opus est bouclé et s’intitule Tarentelle (1977). De cet album sont extraits trois titres à succès, parmi lesquels la chanson la plus emblématique d’Yves Duteil, Prendre un enfant. C’est un artiste au sommet qui part à la rencontre de son public en 1978, marqué par un concert au Théâtre des Champs-Élysées.

En 1981, Yves Duteil a créé les Éditions de l’Écritoire, devenant ainsi son propre producteur.

En 1983, il sort l’album Statue d’Ivoire et reçoit l’insigne de Chevalier des Arts et Lettres. En grand amoureux de la langue française, Yves Duteil revient dès 1985 avec La Langue de chez nous. La chanson-titre obtient une médaille d’argent de l’Académie Française ainsi qu’un trophée de la meilleure chanson française décerné par la SACEM.

L’Académie française lui décerne le prix Henry-Jousselin en 1986 pour l’ensemble de ses chansons.

Sa chanson Prendre un enfant a été élue meilleure chanson française du XXe siècle, selon le mensuel Notre temps en 1987 et est arrivée en 1988 en tête d’un sondage organisé par la SACEM, RTL et Canal+, visant à déterminer le hit-parade des plus belles chansons du siècle.

En 1990, il est nommé Chevalier dans l’Ordre national du Mérite et, en 1996, Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.

Il s’illustre lors des Jeux olympiques d’Albertville en 1992 en signant La fleur de l’impossible, chanson choisie par le Comité Olympique pour les Jeux d’hiver. Il est également membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. En 1997, il reçoit le grand prix de la SACEM (Auteur-Compositeur-Interprète). Le chanteur sort un nouveau disque très engagé, Touché, sur lequel on retrouve notamment le titre Dreyfus aux côtés de La Tibétaine, écrite pour défendre Ngawang Sangdrol, prisonnière d’opinion au Tibet (arrêtée à l’âge de 11 ans et condamnée à 24 ans de prison, elle est à présent libérée), et Grand-Père Yitzhak, écrite pour Yitzhak Rabin.

En 2018, Yves Duteil sort un nouvel album, Respect, un CD avec des chansons humanistes et comme toujours écrites avec une plume fine et délicate,des chansons remplies de poésie avec des couleurs musicales nouvelles .Cet album est né en parti suite aux attentats de novembre 2015. Un spectacle à L’Alhambra à guichet fermé et au Théâtre de la Tour Eiffel de Paris suivra la sortie de l’album ainsi qu’une tournée à travers toute la France,la Belgique et le Canada .

Yves Duteil reçoit le grand prix 2018 de la société des poètes français. En tournée au Canada au moment de la réception du prix ,c’est Roland Duteil, son frère,ainsi que son beau père,Jean Mallard , Le passeur de lumière , qui seront présents pour recevoir cette distinction . Au même moment Yves Duteil est reçu par Justin Trudeau ,Premier Ministre du Canada , à la chambre des députés pour un hommage à la langue Française suite à l’écriture de sa chanson , La langue de chez nous , écrite en 1985 pour Félix Leclerc et rendant ainsi hommage au Québec . Cette chanson étant devenue un énorme succès outre atlantique .

Engagement civique

Depuis le début de sa carrière, Yves Duteil parraine de nombreuses associations, comme Petits Princes qui réalise les rêves d’enfants malades. Il est le parrain de l’association Votre école chez vous, qui propose une scolarité complète à domicile pour les enfants malades ou handicapés.

Yves Duteil est également le président de l’Association APRES (Assistance aux populations et réhabilitation des espaces sinistrés) qu’il a fondé avec son épouse, Noëlle Duteil. APRES a construit l’école Apres School, une école en résidence située au sud de Pondichéry (Tamil Nadu, Inde).

Elle offre un nouvel avenir aux enfants les plus défavorisés des castes intouchables et leur permet d’accéder à l’enseignement. Martine et Lionel (frère de Noëlle Duteil) Mallard gèrent l’école sur place tandis que l’Association APRES collecte les dons. En 2017, Apres School est intégrée à Vudhavi Karangal .

Par mai 9th, 2021

2 Commentaires

  1. En 1956, dans le quartier des Batignolles, beaucoup d’enfants allaient à l’école primaire de la rue Truffaut et les aires de jeux étaient place Richard Baret, face à la mairie et square des Batignolles.
    En 1956, je commençais une CE1 avec l’épouse du directeur, Mme Biet, vraie institutrice. Débarqué de ma Tunisie, je ne comprenais rien à ce langage rapide des petits Parigots. Dans la cour, quelques-uns testèrent ma réactivité et un garçon au doux sourire vint vers moi. Il était plus grand que nous tous pour ses 7 ans, un peu moins brun que moi mais un tout petit plus que les autres. Il me dit son prénom et moi le mien et à 16h30, nous faisions un bout de chemin ensemble par la rue des Dames et le grand garçon se dirigeait vers la rue des Batignolles où ses parents tenaient une bijouterie, près d’un cinéma qui n’existe plus aujourd’hui.
    Comme dans toutes les classes, il y avait la photo annuelle de la classe qu’on achetait et qu’on rangeait dans les tiroirs de l’oubli.
    Vers la fin des années 70, une chanson passa à la radio qui parlait du square des Batignolles et je dis à mon épouse : <>
    Quelques temps plus tard, Patrick Sabatier faisait une émission avec un chanteur qui amenait une photo de classe. Mon épouse qui regardait l’émission me fit remarquer que j’étais sur la même photo que nous avions à la maison.
    Le grand garçon en haut sur la photo de classe était donc le chanteur Yves Duteil et je me souvins qu’il me disait souvent que sa maman avait pour nom de jeune fille Dreyfus mais je n’avais que 7 ans

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.