Mer Rouge : Les rebelles houthis ont-ils épuisé leurs stocks de munitions ?

PAR LAURENT LAGNEAU

Depuis quelques jours, les attaques lancées depuis le Yémen par les rebelles houthis [liés à l’Iran] contre le trafic maritime en mer Rouge semblent moins fréquentes.

Au cours de cette semaine, l’US Centcom, le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale en a compté quatre, d’une ampleur limitée puisqu’elles ont impliqué au moins deux drones aériens [le 31 mars], un drone de surface [le 1er avril] et deux missiles antinavires [tirés les 3 et 4 avril].

« Le rythme des opérations menées par les rebelles houthis n’est plus ce qu’il était », a ainsi déclaré le général Alexus Grynkewich, le commandant des forces aériennes de l’US Centcom [AFCENT], lors d’un entretien à l’Associated Press. « On ne sait pas exactement quel était le niveau de leurs stocks de missiles et de drones au début de leur campagne. Il est donc difficile de savoir exactement où en est leur arsenal. L’Iran est probablement en train de les réapprovisionner », a-t-il cependant ajouté.

Pour rappel, les forces américaines et britanniques ont effectué quatre séries de frappes aériennes contre les infrastructures utilisées par les houthis au Yémen depuis le début de cette année. Et les attaques, parfois massives, comme celle du 9 mars, n’ont pu qu’épuiser leurs stocks de munitions. Ce qui expliquerait cette accalmie.

Cela étant, le général Grynkewich a expliqué que les houthis sont probablement « plus indépendants » et donc moins commodes à contrôler pour l’Iran que les autres milices qu’il soutient en Irak et en Syrie. Et cela alors que, fin décembre, les États-Unis avaient accusé le pouvoir iranien d’être « très impliqué dans la planification » des attaques lancées par les rebelles yéménites en mer Rouge.

Par ailleurs, l’envoyé de la Maison Blanche au Yémen, Timothy Lenderking, a suggéré de retirer les houthis de la liste des organisations terroristes afin de les convaincre de mettre un terme à leurs attaques. Liste qu’ils avaient quittée peu après l’élection du président Biden et qu’ils ont réintégrée en janvier dernier…

« Si les houthis cessent leurs attaques en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, les États-Unis réévalueront cette désignation », avait alors promis Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine.

En attendant, côté français, la Marine nationale a fait évoluer son dispositif dans la région. Ainsi, au sein de l’opération navale européenne Aspides, la Frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée [FREMM DA] Alsace a été relevée par une autre FREMM [qui n’a pas été précisée]. En outre, une frégate de type La Fayette [FLF] patrouille actuellement dans le golfe d’Aden, où les rebelles houthis ont déjà tenté quelques attaques.

JForum.fr avec www.opex360.com

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires