Un expert israélien de la sécurité rejette la supputation russe selon laquelle l’IAF aurait mis en danger un avion civil lors d’une frappe en Syrie

avatarpar la rédaction d’Algemeiner et agences

Des tirs de missiles sont observés au-dessus de Damas, en Syrie, le 10 mai 2018. Photo: Reuters / Omar Sanadiki.

 

Un expert israélien de la sécurité a réfuté vendredi la déclaration de la Russie selon laquelle l’IAF aurait mis en danger un avion civil lors d’une frappe aérienne menée en Syrie, la veille.

Les commentaires d’Amos Yadlin – un ancien chef du renseignement militaire israélien qui dirige maintenant le groupe de réflexion de l’Institut d’études sur la sécurité nationale (INSS) affilié à l’Université de Tel Aviv – est venu en réponse à l’affirmation du ministère russe de la Défense, selon laquelle un avion commercial volant de Téhéran à Damas jeudi, avait été contraint d’effectuer un atterrissage d’urgence sur la base aérienne de Hmeimim, près de Lattaquié, pour éviter d’être abattu par les défenses aériennes syriennes qui cherchaient à déjouer la frappe de l’IAF.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, a accusé Israël d’utiliser l’avion en question – qui, selon certains rapports, était un Airbus A320 de Chams Wings – comme couverture.

« De telles opérations menées par des stratèges israéliens parient sur la vie de centaines de personnes innocentes », a accusé Konashenkov.

« Le mouvement des vols de passagers réguliers, à la fois dans l’espace aérien syrien et n’importe où dans le monde, est effectué dans des échelons connus à haute altitude, que le radar israélien peut clairement voir », a-t-il ajouté.

Yadlin refuse de créditer l’histoire de Konashenkov, disant, dans un fil Twitter: «L’avion de ligne civil qui a été détourné pour atterrir à Lattakiyya : il n’a subi ni« atterrissage d’urgence », ni« manœuvre brusque », plutôt une remise des gaz standard à 6000 pieds et un détournement vers un autre l’aérodrome à 300 km.

Amos Yadlin@YadlinAmos

The civilian airliner which was turned to land in Lattakiyya: neither « emergency landing » nor « sharp maneuver », rather a standard go-around in 6000 ft and diversion to an alternate airfield 300km away.
1/5

32 people are talking about this

« Probablement que les Russes ont été prévenus de la frappe par les canaux de déconfliction », a-t-il ajouté. « Mais certains en Russie sont frustrés par l‘échec de la défense aérienne syrienne à faire face à l’armée de l’air israélienne, accusant Israël, qui combat la persistance de la présence de l’Iran en Syrie. »

« Rappelons que la défense aérienne syrienne a abattu un avion russe en septembre 2018 et la défense aérienne iranienne a abattu un avion ukrainien au-dessus de Téhéran le mois dernier« , a noté Yadlin – un ancien pilote de l’IAF qui a participé au bombardement du réacteur nucléaire irakien d’Osirak en 1981 -. «Des systèmes de défense antiaérienne russes avancés et efficaces sont employés de façon imprudente par les opérateurs syriens et iraniens, mettant en danger l’aviation civile.»

« Au contraire, Israël essaie de fonctionner durant quelques heures durant lesquelles il y a peu de trafic civil », a conclu Yadlin. « Les armes ont été lancées de l’ouest et l’avion de ligne syrien est venu de l’est … et en passant, il est difficile de prévoir d’éviter un vol civil qui n’a pas soumis de plan de vol. »

Cham Wings a été sanctionné par les États-Unis en 2016 pour avoir vraisemblablement transporté des combattants en Syrie pour soutenir le régime du président Bachar al-Assad et avoir aidé ses militaires à déplacer des armes et du matériel.

Ces vols, qui atterrissent presque toujours tard le soir, n’apparaissent dans aucun horaire d’aéroport ou de compagnie aérienne.

Israël a effectué de nombreuses frappes en Syrie ces dernières années sur des cibles liées à l’Iran – un fervent partisan d’Assad dans la guerre civile en cours dans le pays – et à son supplétif chiite Hezbollah.

Top Israeli Security Expert Dismisses Russian Claim IAF Put Civilian Plane at Risk in Syria Strike

5 Commentaires

  1. Argument imparable : « …il est difficile de prévoir d’éviter un vol civil qui n’a pas soumis de plan de vol.”
    En effet, ce vol, contrairement a la règle dans le domaine, n’avait semble aucune existence publiée.

  2. Quand on voit un missile iron dome israélien monter descendre aller à gauche à droite pour poursuivre et frapper la cible QUI LUI A ÉTÉ ASSIGNÉ on se dit que le système russe lui ne fait aucune distinction et frappe tout ce qui bouge : ami ou ennemi et même fabricant comme l’avion russe .
    Et puis l’avion iranien en question ne transportait que des militaires iraniens donc ….

  3. Ce serait presque « amusant », sauf le respect dû aux malheureuses victimes, mais comment les Russes, pragmatiques, et les Iraniens ou les Syriens, peuvent-ils, face aux régimes démocratiques, parler d’éthique, eux les pires massacreur de civiles… d’Ysraël, le champion toute catégorie d’éthique militaire mondiale, prévenant les civiles par sms, messages radios, téléphones, et tracts, jusqu’à prévenir par des pré-bombardements, lors d’opérations en territoire à densité civile ?
    Sans compter les annulations pendant mission !
    Le toupet monstre…
    ‘houtspah…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.