Viol d’enfant : l’homme relâché pour incohérences

3
1490

AFFAIRE DE VIOL D’ENFANT : LE TRIBUNAL RETIRE L’ACTE D’ACCUSATION À L’ENCONTRE DE MAHMOUD KATUSA

Une source anonyme au sein du bureau du procureur militaire a déclaré à Channel 12 qu’elle n’avait d’autre choix que d’inculper l’homme rapidement malgré les incohérences soulevées au sujet de la culpabilité de Katusa.

La police discute près d'une voiture de patrouille

La police discute près d’une voiture de patrouille. (crédit photo: MARK PROBST / WIKIMEDIA COMMUNES)
Le tribunal a annulé l’acte d’accusation de Mahmoud Nazmi Abed Alhamid Katusa après l’avoir arrêté et accusé de viol, de voies de fait et d’enlèvement d’une jeune fille de 7 ans, lundi dernier.
L’affaire a fait l’objet d’un examen minutieux par le public depuis sa publication lundi dernier.
«Nous ne pensons pas qu’il [Katusa] a violé cet enfant. Nous craignons que l’agresseur continue de marcher librement », a déclaré un habitant de l’implantation ultra-orthodoxe dans une interview à Radio 103 FM, selon ce que rapporte le journal hébraïque jumeau du Jerusalem Post, Maariv. “Cela n’a pas de sens qu’un arabe prenne une fille de 7 ans … et la traîne quand il y a des milliers d’enfants dans la rue et des adultes haredi, et qu’elle pleure et résiste tout le temps“.
La chaîne 12 a rapporté mardi qu’il n’existait aucun indice prouvant le viol de l’enfant et que, mis à part l’identification de Katusa par l’enfant, il n’existait aucune preuve établissant un lien entre lui et le crime.
En outre, la petite fille ne l’a identifié qu’après avoir parlé à son professeur à l’école, a précisé Chaîne 12.
Des points d’interrogation entourent en outre les actions de la police dans la mesure où elle n’a pas envoyé les sous-vêtements de la victime de viol âgée de 7 ans dans un laboratoire médico-légal, a rapporté Haaretz mardi.
Un tel examen aurait pu révélé l’ADN de l’assaillant et ainsi résoudre l’affaire. La police a affirmé que les sous-vêtements étaient âgés de plus d’une semaine au moment où la famille a signalé le crime.
Katusa a fourni à la police un alibi indiquant le lieu et l’heure du crime, sur lequel les enquêteurs ont suggéré que l’agression s’était déroulée à un endroit et à une heure différents.

Une source anonyme au sein du bureau du procureur militaire a déclaré à la Chaîne 12 qu’elle n’avait d’autre choix que dinculper l’homme rapidement malgré les incohérences soulevées au sujet de sa culpabilité. Par exemple, la police n’a pas été en mesure de trouver des preuves génétiques prouvant que l’enfant était présent sur les lieux du crime.

Les politiciens de droite se sont empressés de désigner le viol comme un «attentat terroriste» motivé par la haine,  lors de l’arrestation de Katusa, un Palestinien.

Le co-président du député de Hadash-Ta’al, Ayman Odeh, a critiqué la police pour l’arrestation de Katusa.
“Il s’avère que la seule chose nationaliste dans cette histoire a été la négligence de la police dans l’enquête sur Katusa”, a déclaré Odeh. “Une poursuite militaire qui renforce l’occupation de millions de Palestiniens ne sera pas en mesure de mener à bien un procès équitable.”
L’avocat général des forces armées a rapporté lundi que rien n’indiquait que le viol était motivé par une idéologie nationaliste, a déclaré Maariv. Toutefois, l’avocat de la famille – qui vit dans la région de Binyamin, en Judée-Samarie/Cisjordanie – de l’organisation de défense juridique Honenu National, a déclaré à Ynet que le suspect avait attaqué la jeune fille parce qu’elle était juive.

3 COMMENTS

  1. @ ” En outre, la jeune fille ne l’a identifié qu’après avoir parlé à son professeur à l’école, a précisé Chaîne 12. ” .

    Et alors cela prouve que ce n’est pas lui ?

    • Ca ne prouve pas que c’est lui et il ya une suspicion de manipulation de l’enfant par lemilieu, comme pour faire oublier quelque chose de “plus” grave : un viol issu du milieu (élargi, voisins, etc.). “L’affaire ne commence que quand le père déclare : “Ca doit être l’arabe de l’école” : et là, 7- jours plus tard ou plus. Si c’est vraiment “l’Arabe de l’école”, pourquoi avoir attendu 7 jours pour le dire? Il y avait, en tout état de cause, un besoin de soins immédiats pour l’enfant et de réaction policière et juridique pour les parents responsables…
      Puis vient un scénario passant pour invraisemblable pour la police : l’Arabe traverse avec l’enfant qui hurle tout le parcours lointain jusqu’à un lieu en pleine implantation Hassid : plein d’enfants, plein d’adultes, ne peut pas passer inaperçu avec une gosse juive… Donc? Sans tirer de conclusion hâtive, y aurait-il le fameux “ami de la famille” présent en clair-obscur dans le paysage? La question a le mérite d’être posée, merci de nous y avoir aidé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.