Avant de mourir, Jacob réunit ses enfants pour les bénir. Pour que cette bénédiction soit efficiente, Jacob dit: Hé-assefou, Rassemblez-vous, Hitqabetsou, serrez vos rangs, Vechim’ou, et écoutez…

Hé-assefou : Rassemblez-vous

L’Eternel avait dit à Abraham « Ta descendance sera aussi nombreuse que le sable de la terre ». Quel est le sens de cette comparaison ? Un grain de sable isolé est vite emporté par les vagues tandis que beaucoup de grains entassés, liés les uns aux autres, deviennent une barrière, capable d’endiguer l’avance de la mer.

Tel est le message de Jacob à ses descendants: Un juif isolé peut être considéré comme perdu. La Halakhah interdit d’ailleurs aux juifs d’habiter dans une ville où il n’y a pas une communauté d’au moins dix personnes. Comment une famille isolée peut-elle valablement élever ses enfants, célébrer les fêtes, manger cachère et maintenir intégralement son identité. 

Les juifs ne se sont maintenus contre vents et marées comme ce sable du bord de mer que dans la mesure où ils étaient liés les uns aux autres, se soutenant et s’encourageant l’un l’autre. Pour demeurer juif on a besoin de cette chaleur humaine au sein la communauté, de ce sentiment de sécurité et de solidarité.

Hitqabetsou : serrez vos rangs

Rassemblez-vous et serrez vos coudes : deux conditions indispensables pour être réceptif au message de Jacob, notre ancêtre. Un juif ne peut pas vivre en ermite. Et si le judaïsme a triomphé des épreuves les plus terribles, il le doit à sa fidélité à la communauté, dans la cohésion et dans l’union des forces, dans la complémentarité des uns et des autres.

Israël sans la Torah n’est plus Israël. Tout le monde n’est pas apte à faire de l’étude sa principale occupation. Il faut se tourner alors vers l’association des deux frères Yssakhar et Zevouloun. : l’un s’occupant d’étude de la Torah, l’autre se chargeant de pourvoir à ses besoins, les deux se partageant le mérite de leur survie.

Vechim’ou, et écoutez

Rassemblez-vous et écoutez: Hitqabetsou Vechim’ou. Le verbe Chema’ signifie écouter mais aussi comprendre, être conscient de la réalité des choses. Ecouter, signifie également obéir, être soumis, aimer. Ecouter ses parents, c’est d’abord les aimer, les considérer, leur porter une certaine admiration et seulement après entendre ce qu’ils demandent pour l’accomplir.

Rassemblez et serrez vos rangs. Jacob n’attend pas de ses fils qu’ils soient tous pareils. Il connaît les aptitudes et le tempérament de chacun. Aussi les invite-t-il à mettre leurs forces propres dans la même bataille pour la même cause, la survie du peuple, la survie du judaïsme. Sans cette union de toutes les forces vives de la nation, le peuple risque de disparaître.

Le Midrach donne l’image de ce père qui, avant de mourir, réunit ses enfants et leur présente un fagot de bambous en leur demandant de le briser en deux. Aucun des enfants n’y arrive. Alors le père prend le fagot et en tire tige par tige qu’il brise aisément. Les enfants comprirent la leçon : tant qu’ils sont unis personne ne peut les vaincre. 

On l’a vu lors de la destruction du Second Temple de Jérusalem. Pourquoi le Temple a-t-il été détruit ? Nos Sages en voient la cause dans la haine gratuite qui régnait au sein du peuple. La haine entraîne la discorde et la discussion. La discorde entraîne la dislocation de la communauté et la fin du peuple juif. 

Cette simple expression employée par Jacob « Héassefou, Hitqabetsou Vechim’ou » « rassemblez-­vous, serrez les rangs et écoutez » constitue certainement l’essentiel du testament spirituel que Jacob tenait à transmettre à ses 12 enfants, puisque l’inspiration divine l’ayant quitté, il s’est contenté de bénir chacun selon sa vocation.

Jacob rappelle à ses enfants que le caractère universel du peuple d’Israël passe par son particularisme. C’est en étant un juif authentique que le juif atteint la dimension de l’homme universel. C’est pourquoi Jacob précise: écoutez Israël (autre nom de Jacob) votre père. En définitive, aux yeux des peuples, votre sagesse réside dans la Torah et pas dans toute autre doctrine que vous auriez envie d’aller chercher ailleurs, parce qu’elle vous paraît plus attrayante.

Grand Rabbin Jacques Ouaknin

https://www.chiourim.org/paracha-vayehi/le-secret-de-la-force-disrael.php

 

Lorsque Jacob réunit ses fils autour de son lit l’on retrouve une description de la position de la position des 12 tribus autour du Mishkan, associant les quatre directions et les quatre éléments.

Lorsque Jacob fait allusion au songe de l’échelle qu’il eut lorsqu’il se dirigea vers Haran, Jacob veut signifier à Joseph que ce songe qui fit allusion aux 4 exils est lié aux songes de Joseph et, donc aussi à cet exil vers l’Egypte.

Jusqu’à Jacob, lorsque les personnes approchaient du dernier jour de leur existence, ils se sentaient faiblir puis, ils éternuaient et ils mourraient, mais, Jacob demanda à HaShem de faire en sorte que la mort arrive moins soudainement et qu’il dispose ainsi d’un temps pour prendre ses dispositions et sa prière fut exaucée.

Par la pensée, Jacob, « révise » son existence pour y déceler éventuellement un défaut mais, à ce même moment, ses fils s’écrient : « Shéma Israël, HaShem Elokénou, HaShem Ehad » Jacob, à haute voix répondit : Baroukh Shem Kevodo Malkhouto Léôlam Vaêd.

Ces deux phrases se composent de six mots chacune. La deuxième : baroukh shem…. Nous avons pour habitude de la dire en murmurant. Pour quelle raison Jacob l’a-t-il prononcée à haute voix ? On a coutume d’opposer l’argument selon lequel Moïse l’a dite à voix basse nous en faisons de même mais, d’après Pirké déRabbi Eliezer et d’après le Yalkout Shimôni et le Yalkout Réouvéni, il ressort que cette phrase est prononcée à voix haute par les Anges du Service Divin (mal’akhé hasharet)3 en ce cas pourquoi Jacob l’a-t-il dite à haute voix ?

C’est parce que lorsque Jacob a lutté avec l’ange (Sar shel Essav), Jacob a vu ses forces se décupler et devenir ainsi aussi robuste et puissant qu’un ange. Etant donc un Ange dans la société des humains il put dire ce verset à haute voix.

 

Caroline Elishéva REBOUH

 

 

 

« Ecoute Israël, l’Éternel notre D.ieu est un D.ieu unique » (Deutéronome, 6, 4)

LE RABBIN JEAN SCHWARZ mis à jour le 19.10.2020

Un des versets les plus connus et les plus populaires parmi les juifs est le Chema.

Si ce verset jouit d’une telle notoriété, c’est parce qu’il constitue la profession de foi du judaïsme : la croyance en l’unicité de D.ieu.

 » Ecoute Israël « , dit Moise, fais bien attention à ce que je vais te dire maintenant car c’est particulièrement important :  » L’Éternel notre D.ieu est un D.ieu un. « 

Celui que nous aimons actuellement nous seuls, ce D.ieu auquel nous nous soumettons et dont nous reconnaissons la souveraineté, est en vérité le seul et unique D.ieu.

Et si aujourd’hui tant d’hommes ne le vénèrent pas encore et n’admettent pas qu’il est l’unique, nous sommes persuadés qu’un jour viendra où il sera reconnu comme tel par tous les hommes.

Nous savons qu’Abraham a été le premier à identifier le D.ieu unique et à le faire connaître et aimer autour de lui.

Et sa  » découverte  » a constitué un progrès immense à son époque. La pluralité des dieux entraîne, par la force des choses, des cultes différents et les adeptes de ces cultes ne peuvent faire autrement que se détester et même s’entretuer.

Les dieux eux-mêmes sont d’ailleurs censés se battre pour remporter la victoire et prouver leur supériorité sur un autre dieu rival.

En affirmant et en proclamant l’unité de D.ieu, la Torah lutte donc, non seulement pour faire connaître une vérité évidente – que le monde n’a qu’un souverain maître, de même qu’il n’a eu qu’un créateur – mais aussi pour établir l’entente, la paix, le bonheur entre tous les hommes, unis par une même foi en un même D.ieu unique.

Pour l’instant, il y a un D.ieu unique et un peuple unique qui a bien voulu accepter de s’allier à lui par l’intermédiaire de la Torah unique.

C’est le peuple d’Israël qui est le témoin vivant, de par sa fidélité, de l’unité de D.ieu ; il est le TÉMOIN – mot formé par les dernières lettres du premier et du dernier mot du CHEMA, écrits dans la Torah en plus gros caractères que le reste du verset.

Mais pour témoigner utilement en faveur de cette unité il nous faut  » aimer l’Éternel de tout notre cœur, de toute notre âme et au prix de tous nos biens «  et œuvrer pour la constitution d’une humanité unique.

LE RABBIN JEAN SCHWARZ

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.