Vaccination anti Covid-19: vaste campagne médiatique contre Israël 12 janvier 2021

De nombreux médias francophones et internationaux, des ONG telle Amnesty International, ont servi de relais à une campagne mensongère contre Israël, accusé de discriminer les Palestiniens.

La bataille mondiale contre le Covid-19 entre dans une nouvelle phase décisive.
Mais la planète médiatique, elle, ne semble pas vaccinée contre la désinformation.
Alors qu’Israël est en passe de devenir l’un des premiers pays à réussir à vacciner sa population, une campagne de diffamation vise l’Etat juif, accusé d’exclure les Palestiniens de ces mesures sanitaires.  

L’Humanité donne le ton

Le meilleur exemple est cet article paru le 6 janvier dernier dans le journal communiste l’Humanité.
Tout y transpire la fake news et l’animosité anti-israélienne, à commencer par le titre et la photo.

Pour ceux qui n’auraient pas saisi le message, la légende la photo agit comme une piqûre de rappel :
« Benyamin Netanyahu affiche son mépris pour la santé des Palestiniens face à l’épidémie de Covid-19. »
Le reste est à l’avenant : une dose d’insinuations malveillantes (« des associations réclament le respect des conventions de Genève », poursuit l’Huma qui sous-entend ainsi qu’Israël violerait les conventions internationales), une dose de désinformation (le journal prétend que c’est aux Israéliens d’assurer la campagne de vaccination auprès des Palestiniens).

Tout cela est faux, bien entendu.
Aux termes des accords d’Oslo, c’est l’Autorité Palestinienne qui est souveraine pour piloter et coordonner les politiques de santé publique auprès de sa population.
L’accord intermédiaire de 1995, annexe I, art. 17 l’indique : cette prérogative n’incombe pas aux Israéliens.

Le Monde au diapason de l’Humanité 

A la décharge (si l’on ose dire) de l’Huma, il faut préciser que le quotidien communiste n’est pas le seul à relayer cette campagne anti-israélienne. 

Un article du Monde, publié la même semaine, développe la même thématique.

« Officiellement, Israël aurait déjà sécurisé de quoi faire dix millions d’injections ; dans la course mondiale pour le vaccin, les chiffres exacts et le coût des opérations restent secrets. Face à tant d’abondance, des critiques se sont élevées pour contraindre l’Etat hébreu à honorer ses obligations vis-à-vis des Palestiniens. Si les habitants de Jérusalem-Est, sous annexion illégale, sont éligibles à la vaccination, il n’est toujours pas prévu qu’Israël achemine des stocks vers la Cisjordanie et Gaza qu’il occupe depuis 1967 », écrit la journaliste Cothilde Mraffko. 

Là encore, l’exactitude de l’information n’est pas au rendez-vous

Les « obligations vis-à-vis des Palestiniens » qui devraient « contraindre » Israël à « acheminer ses stocks » sont parfaitement imaginaires

Cette affirmation ne constitue qu’une extrapolation de pure propagande.

Le Jerusalem Post démonte la fake news 

Le quotidien israélien The Jerusalem Post a consacré un article à cette campagne de désinformation anti-israélienne qui ne concerne pas seulement la presse française.

Le journal israélien réfute les arguments mettant en cause Israël et rappelle que « les accords d’Oslo, bien qu’il s’agisse d’accords intérimaires et non d’un traité de paix définitif, sont un accord international juridiquement contraignant entre Israël et les Palestiniens. Ils stipulent que l’Autorité palestinienne est responsable des soins de santé, y compris des vaccinations, pour les Palestiniens de Judée-Samarie et de Gaza. »
Le Jerusalem Post souligne en revanche que l’Autorité palestinienne, qui pendant des mois a rompu toute coordination avec Israël, « a refusé de prendre contact avec les Israéliens » lorsque ceux-ci mettaient en place leur stratégie de commande de vaccins et n’a pas jugé utile d’envisager des mesures communes dans la mise en place de la campagne de vaccination.
Israël a également multiplié les initiatives pour que les Palestiniens de Jérusalem-Est soient vaccinés dans les mêmes conditions que la population israélienne. De vastes campagnes d’informations ont été organisées à destination de tous les Arabes d’Israël, souvent réticents à la vaccination. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu s’est lui-même rendu à deux reprises dans des localités arabes d’Israël pour inciter les populations à se faire vacciner.
Les Palestiniens ne seront pas pour autant démunis, conclut le Jerusalem Post. Ceux-ci commenceront à recevoir des doses des vaccins Spoutnik V et AstraZeneca en février, à l’instar d’autres pays de la région, comme le Liban et la Jordanie, dans le cadre du programme d’aide vaccinale de l’OMS.
Tous ces éléments ont été passés sous silence dans les articles du Monde et de l’Humanité.   Lire la suite 

Vaccination anti Covid-19: vaste campagne médiatique contre Israël

3 Commentaires

  1. Rappelez-moi, les Palestiniens sont censés être des adultes majeurs (et pas vaccinés)?
    Ou de petits enfants incapables de s’assumer et ayant besoin de leurs « parents » israeliens pour la moindre action?
    Si j’etais palestinien, savoir que je n’existe que parce qu’il y a Israel, me degouterait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.