A health worker prepares to make an injection of the Covid-19 vaccine to an elderly woman at the city hall of the 13th arrondissement in Paris, on January 18, 2021, amid the crisis linked with the Covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)

Covid: la vaccination de l’ensemble des adultes attendue en juin

Le président du Conseil d’orientation sur la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a affirmé mercredi que la vaccination de tous les plus de 65 ans débutera «tout début avril». Il a regretté le manque d’implication d’une partie des médecins et plaidé pour déléguer pleinement la capacité vaccinale aux infirmiers.

Le professeur Alain Fischer était entendu par la commission des Affaires sociales du Sénat ce mercredi.
Le professeur Alain Fischer était entendu par la commission des Affaires sociales du Sénat ce mercredi. (Stéphane de Sakutin/AFP)
Par Solveig Godeluck Mis à jour le 11 mars 2021 à 8:02

 

Patience, les vaccins pour tous vont bientôt arriver. Le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a déclaré mercredi qu’il espérait ouvrir la vaccination Covid à tous les plus de 65 ans (et non 50 ans comme indiqué précédemment par erreur), « tout début avril, sans restrictions de comorbidités ». L’élargissement de la cible a eu lieu en février pour les 50-64 ans, puis début mars pour les 65-74 ans, mais pour l’instant, dans ces tranches d’âge, seules sont concernées les personnes à risque accru du fait d’une maladie grave (hypertension, insuffisance respiratoire, obésité…).

Alain Fischer, qui était auditionné par la commission des Affaires sociales du Sénat, a également donné un horizon d’accès à la vaccination pour les moins de 50 ans : « En juin, et tout au long de l’été », a-t-il d’abord expliqué, parlant un peu plus tard de « mai-juin ». L’une de ses préoccupations est de convaincre les jeunes adultes qui ne se sentent pas menacés par le Covid d’aller se faire vacciner quand leur tour viendra. « Il y a le potentiel pour les vacciner tous cet été », a-t-il assuré.

A court terme, le gouvernement espère avoir injecté au moins une dose à tous les plus de 75 ans volontaires en mars, et à 60-70 % des soignants. Les 4,5 millions de 50-74 ans avec comorbidités devraient avoir été immunisés avant la mi-avril – date à laquelle il a annoncé que 10 millions de Français auraient reçu au moins une dose .

La querelle des livraisons aux pharmaciens

Alain Fischer est revenu sur la querelle des livraisons de vaccins. Le prochain arrivage de 280.000 doses a exceptionnellement été réservé aux pharmaciens, pour qu’ils puissent les administrer la semaine prochaine. Cela a rendu furieux les médecins.

La moitié des 860.000 doses déjà attribuées aux médecins étaient pourtant encore dans leurs frigos ou à la pharmacie au début de la semaine, car il n’est pas aisé de démarcher les bons patients puis d’organiser des rendez-vous groupés dans un délai bref. Et 760.000 doses de plus doivent leur être livrées ce jeudi ou vendredi.

Pour Alain Fischer, les médecins ne sont pas non plus assez nombreux à avoir répondu à l’appel. Environ 40.000 généralistes se sont portés volontaires pour vacciner dans leur cabinet. « Ce n’est pas suffisant », a-t-il estimé, parce que cela ne représente que les deux-tiers de la population de généralistes. « Ca veut dire qu’un tiers de nos concitoyens n’ont pas un médecin qui vaccine », a-t-il pointé, en faisant probablement allusion au rôle du médecin traitant.

Soutien aux infirmiers pour vacciner

Il a également soutenu la demande des infirmiers qui voudraient pouvoir vacciner les patients à domicile, sans devoir constituer une équipe mobile avec un médecin : « J’espère que la Haute Autorité de santé va réviser son avis », et donner la « délégation complète de la capacité vaccinale » aux infirmiers, a-t-il plaidé.

Alain Fischer souhaite aussi que l’on implique les étudiants en médecine dans la vaccination. Plusieurs pistes de diversification des profils de vaccinateurs ont été évoquées – dentistes, biologistes, vétérinaires… Le ministère de la Santé planche sur le sujet.

Enfin, Alain Fischer a livré son « impression » que les professionnels de santé étaient plus enclins à se faire vacciner ces derniers jours. Il y a une semaine, Emmanuel Macron s’était ému de constater qu’un tiers seulement d’entre eux étaient vaccinés, et le gouvernement avait fait savoir qu’il était prêt à aller jusqu’à l’obligation vaccinale pour les soignants. Les ordres professionnels ont relayé l’appel à la vaccination , une exigence déontologique, dans l’intérêt des patients.

« Il y a encore de la place pour la pédagogie », a signalé Alain Fischer, en saluant le travail de persuasion de l’Ordre des infirmiers. Si cela ne suffit pas, la question de l’obligation reviendra sur la table « dans quinze jours ».

Où en est la vaccination des populations éligibles

A ce jour, 85 % des résidents d’Ehpad ont reçu au moins une dose, et 60 % deux doses, ce qui dépasse les attentes. En revanche, seuls 800.000 des 2,3 millions de soignants ont été vaccinés, soit 35 % . « C’est insuffisant », a regretté le professeur Fischer. Pour les 5 millions de plus de 75 ans éligibles depuis le 18 janvier, le pourcentage ayant reçu une dose atteint 30 %.

« Il y a déjà un impact sur les plus âgés à l’hôpital », a-t-il noté. En effet, les courbes d’hospitalisation conventionnelle décrochent par rapport aux réanimations (où l’on admet relativement peu de plus de 75 ans)

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/covid-la-vaccination-de-tous-les-plus-de-50-ans-debutera-tout-debut-avril-1297046

Vaccin contre le Covid-19 : où en est la France par rapport à ses voisins ?

INFOGRAPHIE – Après un début de campagne chaotique, le gouvernement met le turbo. Trois vaccins, AstraZenca, Pfizer et Moderna, sont désormais disponibles.

En France, le rythme des vaccinations s'accélère après un début de campagne chaotique.
En France, le rythme des vaccinations s’accélère après un début de campagne chaotique. Adobe

Le gouvernement met le turbo sur la vaccination après la polémique sur la lenteur du début de la campagne en France. D’autant que la menace de nouveaux variants plus contagieux du Covid-19 fait craindre un rebond de l’épidémie.

Avec désormais près de 4 millions de personnes qui ont reçu une première injection et plus de 1,9 million qui sont entièrement vaccinées, la France rattrape petit à petit son retard et s’est installée dans le classement des pays les plus avancés, pour se rapprocher de l’Allemagne et de l’Italie.

Malgré l’accélération constatée, les chiffres liés à la vaccination restent cependant très en dessous d’autres grands pays. En effet, selon les derniers chiffres disponibles compilés par Our World in Data, les Britanniques ont déjà vacciné plus de 30% de leur population, loin devant les autres pays européens. Les États-Unis de leur côté atteignent 24% de vaccination.

De leur côté, la Russie, la Chine ou encore le Brésil affichent des taux de vaccination plus faibles, inférieurs à 5% de la population globale. Enfin, le Japon, qui a commencé sa campagne de vaccination tardivement, affiche un score toujours proche de zéro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.