macro shot of flying bee swarm after collecting pollen in spring on green bokeh.

Une start-up israélienne mise sur les ruches robotisées pour sauver les abeilles

Beewise affirme que sa technologie de surveillance des abeilles mellifères améliore la protection des pollinisateurs et l’approvisionnement alimentaire mondial

Par RICKY BEN-DAVID

Saar Safra, entrepreneur israélien en série, n’avait pas l’intention de se lancer dans le sauvetage des abeilles lorsqu’il est revenu dans son pays natal après 15 ans passés à Seattle. C’est un spécialiste des logiciels qui, au cours des deux dernières décennies, a dirigé ou fondé cinq entreprises de logiciels, dont trois ont été rachetées.

Après avoir fermé sa dernière entreprise à Seattle en 2017, Safra a réinstallé sa famille en Israël et a s’est lancé à la recherche de sa prochaine opportunité dans l’écosystème technologique local.

Il avait quatre critères. « Il fallait que ce soit du B2B [business to business], basé sur un modèle SaaS [software-as-a-service], et que ce soit une entreprise d’un milliard de dollars. Je voulais également être impliqué dans quelque chose qui évoluerait bien en faisant du bien », a déclaré Safra au Times of Israël dans une interview récente.

Au cours de l’une de ses dizaines de réunions avec des entrepreneurs et des hommes d’affaires locaux, il a rencontré Eliyah Radzyner, apiculteur de métier et conseiller en opérations apicoles, qui avait auparavant cofondé une startup de technologie agricole développant des systèmes robotiques pour la culture en serre.

Radzyner cherchait à introduire plus de technologie dans l’apiculture moderne, une profession qui s’appuie largement sur des pratiques datant de plus de 150 ans. Les deux hommes ont sympathisé et Safra a déclaré qu’il pensait aider Radzyner à démarrer avec un business plan et un moyen d’évaluer les paramètres « juste pour quelques mois » en utilisant sa riche expérience en développement commercial.

Mais six mois plus tard, Safra, dit avoir « réalisé que c’était ça » et en 2018, avec trois autres cofondateurs, ils ont créé Beewise, une startup basée à Beit HaEmek qui a depuis développé ce qu’elle appelle la première ruche automatisée et autonome surnommée le Beehome.

Le Beehome de Beewise est un conteneur en acier converti qui prend soin des colonies d’abeilles 24 heures sur 24. (Autorisation)

Le Beehome est un conteneur aménagé, alimenté par l’énergie solaire, qui réunit la robotique, l’intelligence artificielle, l’imagerie, une plateforme logicielle et une application mobile pour surveiller et soigner les abeilles domestiques 24 heures sur 24. L’appareil peut abriter jusqu’à 24 colonies d’abeilles et contrôle automatiquement les conditions de climat et d’humidité, détecte et élimine les parasites, identifie le moment où une colonie se prépare à essaimer, envoie des alertes lorsqu’une intervention humaine est nécessaire, et récolte même le miel produit par les abeilles.

« Le Beehome fonctionne avec 24 colonies, 12 de chaque côté. Au centre, un système robotique se déplace et surveille [les colonies] 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, grâce à la vision par ordinateur, à l’apprentissage automatique et aux réseaux neuronaux. Il distribue de la nourriture, de l’eau, des médicaments en cas de maladie ou de parasite, il sait s’il fait trop chaud ou trop froid – le robot peut traiter tout cela », a expliqué Safra.

Le contrôle et la surveillance de toutes ces conditions en temps réel permettent d’améliorer les rendements, de rendre la pollinisation plus efficace et de protéger les populations d’abeilles, a-t-il expliqué.

Les populations d’abeilles ont certainement besoin d’être protégées. En raison de ce que Safra appelle une « tempête parfaite » de changement climatique, de perte d’habitat, d’utilisation excessive de produits chimiques agricoles, d’acariens parasites et de divers agents pathogènes, les populations d’abeilles sont en déclin depuis des décennies et le monde « perd environ 40 % des colonies chaque année ».

Une abeille sur une fleur sauvage. (Crédit : Hayatikayhan sur iStock par Getty Images)

Aux États-Unis, les apiculteurs ont perdu environ 45 % de leurs colonies d’abeilles domestiques gérées entre avril 2020 et avril 2021, ce qui marque la deuxième perte annuelle la plus élevée jamais enregistrée, selon le dernier rapport sur les pertes et la gestion publié par le Bee Informed Partnership.

Il s’agit d’un chiffre étonnant étant donné que « près de 90 % des espèces de plantes sauvages à fleurs du monde entier dépendent entièrement, ou du moins en partie, de la pollinisation animale, ainsi que plus de 75 % des cultures vivrières et 35 % des terres agricoles mondiales », selon les Nations unies.

En outre, « les pollinisateurs contribuent aux cultures qui fournissent des biocarburants (par exemple, les huiles de canola et de palme), des fibres (par exemple, le coton), des médicaments, du fourrage pour le bétail et des matériaux de construction. Certaines espèces fournissent également des matériaux tels que la cire d’abeille pour les bougies, le maquillage et les instruments de musique, ainsi que pour l’art et l’artisanat », selon le World Bee Project, une initiative basée au Royaume-Uni qui promeut l’intégration de diverses technologies pour aider à sauver les abeilles.

En effet, la technologie est une solution indispensable pour protéger les populations d’abeilles et les aider à prospérer – au risque de perdre des processus importants que les abeilles facilitent, a déclaré Safra.

Des abeilles essaiment après avoir récolté du pollen au printemps. (Crédit : Andreas Häuslbetz sur iStock by Getty Images)

« Traiter et soigner des êtres biologiques vivants en temps réel permet de les garder forts et en bonne santé. Un robot peut faire cela toute la journée ; il ne se fatigue pas. Les humains ne peuvent pas traiter les abeilles en temps réel. S’il y a un problème, vous ne le savez pas avant d’arriver aux ruches. Ils [les apiculteurs] doivent se rendre sur le terrain – s’ils ont 1 000 ruches dispersées, ils doivent les examiner pour voir ce qui se passe, et souvent il est trop tard car la colonie s’est effondrée », a-t-il déclaré.

Avec le Beehome, les apiculteurs peuvent prendre des mesures immédiates en cas de problème, ce qui signifie que « plus d’abeilles restent en vie, il y a plus de miel et plus de pollinisation ». Selon les premiers résultats internes, l’effondrement des colonies avec le Beehome est réduit à environ 10 %, a déclaré Safra au Times of Israël.

La technologie apicole et la vision

Beewise a pour véritable mission de « sauver les abeilles », a déclaré Safra, dont le titre au sein de la société est « Chief Bee Officer ». « Le monde que nous sauvons est le monde réel, et il vaut la peine d’être sauvé. Je crois vraiment de tout mon être que nous allons y arriver ».

L’entreprise emploie actuellement environ 70 personnes passionnées par la cause, selon Safra, et la startup se développe rapidement. Elle a déjà levé près de 40 millions de dollars depuis sa création début 2018, auprès d’investisseurs israéliens et étrangers.

Le Beehome automatisé de Beewise à côté de ruches traditionnelles. (Autorisation)

Avec un certain nombre de « clients heureux et enthousiastes », Beewise jette désormais son dévolu sur le marché nord-américain, en ciblant les apiculteurs commerciaux et les cultivateurs au Canada, aux États-Unis et au Mexique.

« Les cultivateurs veulent avoir une visibilité sur les services de pollinisation qu’ils reçoivent. Les apiculteurs veulent réduire les coûts et augmenter le rendement », a déclaré Safra, indiquant que Beewise contribue aux deux. Dans le même temps, l’entreprise n’est « pas un fournisseur général de solutions pour l’industrie apicole ; notre seul objectif est de sauver les abeilles ».

La technologie de Beewise a suscité un tel engouement – elle figure dans la liste des « meilleures inventions » de 2020 du magazine TIME – qu’à l’heure actuelle, « la demande est supérieure à ce que nous pouvons fournir », a déclaré Safra.

L’entreprise a déployé une centaine de Beehomes à ce jour et prévoit d’en livrer des centaines d’autres au cours des prochains mois, avec l’objectif d’en vendre des dizaines de milliers dans les années à venir.

Les fondateurs de Beewise, de gauche à droite : Hillel Schreier, Eliyah Radzyner, Saar-Safra, Yossi Surin, Boaz Petersil. (Crédit : Beewise)

« Les innovations n’ont pas besoin de 100 ans pour s’imposer. Si nous mettons un million de dispositifs sur le terrain, nous pouvons avoir un réel impact », a-t-il insisté.

Le plus grand obstacle a été la logistique. Beewise convertit actuellement les conteneurs et les équipe de logiciels et de systèmes robotiques en Israël, avant de les expédier aux clients.

Nous appelons notre solution « logiciel emballé dans une boîte », mais il y a une distribution physique du matériel et il doit être livré par camion. Cela augmente les coûts », explique Safra. Il n’a pas voulu divulguer le prix d’un Beehome, mais a déclaré qu’il n’était « pas prohibitif ».

La fabrication sur place rendrait la solution beaucoup plus rentable, sans parler de la rapidité, et c’est sur ce point que Safra dit concentrer ses efforts.

Le Beehome n’est pas destiné à remplacer l’intervention humaine, souligne Safra. « Nous imitons ce que font les apiculteurs et séparons l’expertise du travail physique. L’expertise des apiculteurs est importante. Ils prennent les décisions – le système robotique sur le terrain effectue le travail manuel répétitif. »

Beewise travaille également en étroite collaboration avec les apiculteurs pour proposer de nouvelles fonctionnalités et capacités. Après avoir déjà déployé une solution basée sur le chauffage pour lutter contre le varroa, des acariens parasites qui entraînent souvent l’effondrement des colonies d’abeilles en se nourrissant des réserves de graisse des adultes et des larves, la startup développe maintenant un moyen d’intercepter les frelons tueurs. Ces espèces invasives, également connues sous le nom de frelons meurtriers et de frelons géants asiatiques, sont particulièrement nuisibles aux abeilles domestiques – quelques-uns d’entre eux peuvent détruire des colonies entières en quelques heures seulement.

Selon Safra, les réactions ont été extrêmement positives. « Nous entendons tout le temps des apiculteurs qui disent qu’ils ne reviendront jamais à la boîte d’il y a 150 ans. »

Par RICKY BEN-DAVID 1 septembre 2021, 16:35

fr.timesofisrael.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.