»Le covoiturage » On ne prévoit pas en principe de violence,ni de sang versé pour l’imposer mais seulement le consentement à changer ses habitudes de voyager.

La pratique  devrait s’articuler en deux temps historiques. Elle est déjà pour demain.On n’en connaît pas tous les détails mais elle se présente comme conviviale.La méthode pourrait au fil des jours et des mois participer d’une nouvelle façon de communiquer entre les israéliens.

Ce ne serait plus  seulement avec des mails, des whats app, des tweets et autres inventions qui permettent d’échanger sans contact véritable.Il s’agirait ici de pouvoir converser sur tout et sur rien, le temps d’un voyage.

On peut penser que de simples bavardages peuvent quelques fois émerger des opportunités nouvelles.

Autrefois, nombreux étaient les israéliens qui se retrouvaient dans des lieux publics ou dans des clubs pour chanter ensemble puis partager un verre de bière ou une tasse de café. A une certaine époque, l’été,ils se contentaient d’une simple tranche de pastèque,en toute simplicité. Même les familles les plus modestes pouvaient participer.

Des réseaux d’amitié se créaient ainsi.Des opportunités de partager des projets en commun  comme des vacances ou même des perspectives professionnelles. 

Aujourd’hui,si vous n’avez rien de spécial à dire,  »abstenez-vous ».Il y a bien sûr,  ceux qui déversent dans un exhibitionnisme débridé toute leur vie sur facebook, mais là encore les autres sont seulement invités à voir et à admirer,parfois en ajoutant un like pour dire qu’ils ont vu.

Alors est-ce que tout ça va vraiment changer demain ? Probablement pas, mais qui sait? Quelque chose peut naître, encore difficile à décrire ou quantifier maintenant, en l’absence d’une expérience suffisamment longue.

Le covoiturage le mot est lâché, existe depuis un certain temps dans d’autres pays. Mais chaque peuple a ses manières de vivre et de communiquer,difficile dans ces conditions d’anticiper pour Israël.

En tout cas c’est déjà une réalité.Le ministère des transports a réservé une voie au covoiturage sur un tronçon de l’Autoroute Ayalon et un autre tronçon entre Tel-Aviv et Netanya.

La première voie réservée au covoiturage en Israël a été ouverte vendredi 4 octobre afin de tenter de réduire les embouteillages dans le centre du pays. La voie des véhicules avec plusieurs passagers (HOV) sur un tronçon de 22 kilomètres de l’Autoroute Ayalon existe maintenant  comme celle de 30 kilomètres entre Tel-Aviv et Netanya.

Les voitures avec plus d’un passager à bord sont autorisées à utiliser la voie des véhicules avec plusieurs passagers, la (HOV) qui sera étendue à une date ultérieure à d’autres tronçons de l’autoroute. Elle concernera uniquement les véhicules avec trois occupants ou plus.

Les nouvelles voies ont pour vocation de réduire les embouteillages dans la zone urbaine de Tel-Aviv en incitant les conducteurs à prendre en charge d’autres passagers.

Selon les données du ministère des transports, les véhicules privés en Israël transportent en moyenne 1,2 personnes (conducteur inclus), alors que la moyenne des pays de l’OCDE se situe entre 1,6 et 1,8 occupants par véhicule.

Le ministère estime qu’un taux d’occupation plus important de chaque véhicule réduirait significativement le temps et le coût du transport, ainsi que la circulation et les embouteillages.

Nombre de détails restent à éclaircir,notamment les procédures de contact entre les automobilistes et les voyageurs,les conditions du partage de voyage en règle générale et certaines instructions de sécurité à respecter.

Il suffit de vouloir s’informer et surtout d’essayer. Aucun doute la route pour ceux qui participeront à ces échanges ne ressemblera plus à ce qu’elle était hier.

Une initiative heureuse dont il reste à observer les résultats avant peut-être de l’étendre à des espaces géographiques divers, dans tout le pays.

2 Commentaires

  1. Ysraël a interdit les VTC.
    En fait une plate-forme comme UBER existe bel et bien, mais elle n’a pas généré de nouveaux véhicules, puisque ce sont les taxis qui sont exclusivement chargés du convoyage.
    Un VTC évite la venue de 16 voitures particulières chaque jour à Paris… ou à Tel Aviv, Jérusalem etc…
    Autre piste, les voies de bus, à Montréal, peuvent être utilisées par une voiture lambda si elle est occupée par au moins 3 occupants.
    Enfin où sont passé ces wagons suspendus, par maglev, (suspension par lévitation magnétique, comme à Tokio), dénommés Sky Tran ? Et libérant le sol…
    Enfin le télétravail doit s’étendre davantage, et une grosse partie du tertiaire n’aurait à pointer qu’un à 2 jour par semaine..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.