Une guerre Hezbollah-Israël causé par le conflit du Golfe?

0
1049
Membres de la milice irakienne Harakat Hezbollah al-Nujaba, censés faire partie des “forces de libération du Golan” 

Le Liban coincé entre la triade de l’Iran, du Hezbollah et des Etats-Unis

Opinion: Selon l’analyste Alon Pinkus, un conflit entre Israël et le Hezbollah dépend de l’évolution de la situation dans le Golfe, l’Iran tentant d’élargir le conflit à l’aide de son supplétif basé au Liban

A cause des tensions croissantes entre les États-Unis et l’Iran, certains analystes affirment que la confrontation pourrait finalement se manifester par une guerre entre Israël et le groupe chiite soutenu par l’Iran, le Hezbollah.

 

Selon le journal américain Daily Beast, le Hezbollah a commencé ses préparatifs en vue du déploiement de forces dans le sud du Liban et en Syrie, près des zones adjacentes aux hauteurs du Golan.

Combattants du Hezbollah en 2010 (Photo: AP)

Combattants du Hezbollah en 2010 (Photo: AP)

 

Mais la plupart croient que les risques que la guerre éclate sont minces.

Selon le média américain qui cite des membres du Hezbollah, le groupe armé chiite “souffre des sanctions américaines imposées à lui et à son allié, Téhéran, mais se prépare à commencer à se battre lorsque l’Iran le lui ordonnera”.

Mohammed Afifi, porte-parole du Hezbollah au Liban, a refusé de commenter directement ce reportage, mais a reconnu que les sanctions économiques américaines avaient également un impact négatif sur le Hezbollah et ses alliés.

Après la sortie de Washington de l’accord nucléaire de 2015, les États-Unis ont rétabli les sanctions intégrales imposées à Téhéran l’année dernière, notamment sur ses exportations de pétrole et ses secteurs bancaires. En mai, le président américain Donald Trump a mis fin à une dérogation de six mois sur les exportations de pétrole vers des pays, tels que le Japon, la Chine et l’Inde, qui dépendent en grande partie de l’Iran pour leurs besoins énergétiques.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah

Le président américain a affirmé que la République islamique n’était pas suspendue à la conclusion de l’accord et cherchait toujours à devenir une puissance nucléaire. Pour sa part, Téhéran a qualifié le mouvement suivi par Washington de “terrorisme économique”.

Hisham Jaber, un analyste de la sécurité qui a servi dans l’armée libanaise, a expliqué à The Media Line qu’une guerre entre Israël et le Hezbollah ne pourrait avoir lieu que si les affrontements entre les Etats-Unis et l’Iran dans le Golfe s’intensifiaient.

«Tout le monde veut savoir quel parti va attaquer en premier, mais aucun ne le fera. C’est plus une exhibition de force militaire de chaque parti », a déclaré Jaber.

Il pense qu’Israël veut déclencher un conflit contre le groupe chiite mais craint les conséquences, en particulier avant les élections israéliennes de septembre.

“Les Israéliens sont au courant des missiles que le Hezbollah possède, mais n’a pas encore révélés”, a déclaré Jaber.

En outre, il a souligné que les règles d’engagement entre les ennemis avaient été modifiées.

“Le plateau du Golan est un nouveau front depuis lequel le Hezbollah peut attaquer Israël”, a-t-il déclaré.

Les Iraniens soutiennent les milices combattantes sur les hauteurs du Golan syrien

Les Iraniens soutiennent les milices combattantes (ici : Harakat Hezbollah al-Nujaba)
sur les hauteurs du Golan syrien

 

En outre, Jaber a souligné que si Israël attaquait en premier, les opposants du Hezbollah au Liban viendraient à sa défense.

D’autre part, a-t-il estimé, si le Hezbollah initiait une conflagration, cela entraînerait Beyrouth dans une guerre géopolitique plus large avec des partis conservant des objectifs concurrents.

Soixante-dix pour cent des Libanais sont opposés à une guerre avec Israël pour des raisons internes“, a-t-il ajouté. “Une guerre détruirait l’infrastructure (du pays).”

Lors d’une récente réunion européenne entre responsables israéliens et libanais pour discuter d’un éventuel cadre pour des négociations sur des frontières maritimes contestées – cela n’a abouti à aucun progrès – le président libanais aurait transmis un message aux Israéliens : “Le Hezbollah n’a pas l’intention d’attaquer Israël, bien qu’il puisse devoir répondre à une attaque américaine sur l’Iran, peut-être à l’intérieur du Golfe. ”

La tension est déjà forte dans la région, les États-Unis accusant l’Iran de nombreuses attaques contre des navires appartenant à des pays pro-occidentaux, notamment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Vendredi, l’Iran a capturé un pétrolier sous pavillon britannique, le Stena Impero, dans le détroit d’Ormuz.

 

Un pétrolier norvégien après avoir été touché par des forces iraniennes présumées (Photo: AFP)

Un pétrolier norvégien après avoir été touché par des forces iraniennes présumées (Photo: AFP)

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) iranien a publié une vidéo montrant des bateaux à moteur qui tiraient le long du Stena Impero. Les forces impliquées dans ce détournement portaient des masques de ski et des mitraillettes, arraisonnant le navire depuis un hélicoptère, en descendant en rappel.

Alon Pinkas, analyste politique et ancien consul général d’Israël à New York, reconnaît que le déclenchement des combats entre Israël et le Hezbollah dépend en grande partie de l’évolution de la situation dans le Golfe.

“Si cela se produit (l’escalade), l’Iran pourrait essayer d’élargir le conflit à travers le Hezbollah, en provoquant Israël pour l’entraîner dans un conflit”, a déclaré Pinkas à The Media Line.

Il a ajouté que bien qu’aucune provocation n’ait encore modifié les contours du «statu quo», le potentiel d’erreur de calcul augmente à chaque incident.

“Israël ne serait prêt pour une guerre que si elle lui était imposée”, a déclaré Pinkas. “Une initiative israélienne (militaire) claire avant les élections est hautement improbable.”

Le Département d’État a désigné l’Iran, en 1984, comme étant le parrain du terrorisme et a classé le Hezbollah en tant que groupe terroriste en octobre 1997.

Lors d’une conférence de presse tenue en avril, le secrétaire d’État adjoint américain à la Sécurité diplomatique, Michael T. Evanoff, a indiqué que le Hezbollah recevait des armes, une formation et des fonds de la part de l’Iran.

La ligne médiatique | Publié: 21.07.19, 23:23

ynetnews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.