fbpx
Accueil Dépêches Un SDF hérite de 100.000 euros grâce à deux généalogistes

Un SDF hérite de 100.000 euros grâce à deux généalogistes

290 vues
0

RETROUVÉ PAR DEUX GÉNÉALOGISTES, UN SDF HÉRITE DE 100.000 EUROS APRÈS DIX MOIS D’ENQUÊTE

L’adage dit que la réalité dépasse parfois la fiction, et l’histoire de ce SDF rennais semble lui donner raison. Après la mort de son père, deux généalogistes l’ont cherché sans relâche pendant dix mois. Ils l’ont non seulement retrouvé mais lui ont aussi annoncé qu’il venait d’hériter de 100.000 euros.

L’un de ces deux professionnels, Jean-René Ladurée, a fait allusion à cette histoire lors de son passage dans le jeux télévisé «Slam» sur France 3, à la mi-janvier.

Décrivant «un vrai travail de détective du passé», il a présenté ce dossier, datant d’environ cinq ans, comme l’un des plus «marquants» pour lui.

Évoquant son collègue, David Audibert, le généalogiste raconte : «on réglait la succession d’un monsieur, il fallait qu’on vérifie s’il avait des enfants». La suite a révélé que cet homme était le père de deux femmes mais aussi d’un homme, bien plus difficile à localiser que ses sœurs.

«C’était un contexte familial complexe, sur fond de brutalités. Le fils a quitté le domicile dès qu’il a pu et s’est marginalisé», précise David Audibert auprès de Ouest-France. Les deux compères ont dû contacter «les organismes sociaux, les centres d’action sociale» ou encore «les associations» pour retrouver la trace de cet héritier perdu.

Jean-René Ladurée et David Audibert se sont déplacés à Rennes et ont «arpenté les rues», laissant leurs coordonnées là où l’homme avait été aperçu, même brièvement. Et ce dernier a fini par les rappeler. Ignorant le décès de son père, il a été «très affecté» par la nouvelle. Après cela, la procédure de succession a encore duré de longs mois.

L’homme s’est finalement vu remettre 100.000 euros, issus de la vente de la maison familiale. De l’avis général, l’histoire est digne d’un roman, mais pas pour le principal intéressé. D’après David Audibert, «l’argent ne l’intéressait pas du tout». Heureux d’avoir des nouvelles de sa famille, cette «belle âme» a indiqué à plusieurs reprises qu’elle «ne comptait pas changer de mode de vie».

 L’homme, marginalisé depuis des années, n’était pas au courant de la mort de son père.[Illustration / CHARLY TRIBALLEAU / AFP]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.