Un message crucial doit passer lors du Forum sur la Shoah

15
447

Un message crucial doit passer lors du Forum sur la Shoah

Par Manfred Gerstenfeld

Des dizaines de chefs d’Etat arriveront à Jérusalem afin de participer au Cinquième Forum sur la Shoah. Cet événement commencera à Yad Vashem le 23 janvier et se déroulera sous les auspices du Président israélien Reuven Rivlin. Ce rassemblement est une occasion unique de transmettre publiquement un message crucial dans la bataille contre l’antisémitisme à un auditoire de très haut niveau.

Le gouvernement israélien et les institutions juives ont négligé, depuis des décennies, de transmettre publiquement le message disant que l’antisémitisme fait partie intégrante de la culture occidentale depuis plus d’un millier d’années. Ce fait historique est essentiel pour comprendre et combattre l’antisémitisme contemporain et doit, par conséquent, être continuellement répété.

Il y a plus d’un millénaire de puissantes organisations – principalement, mais pas exclusivement, en Occident – ont promu l’idée que les Juifs sont le Mal absolu. L’Eglise catholique romaine a été la source originale de cette odieuse idée. Elle a été suivie par  diverses autres autres congrégations chrétiennes. Dans toutes les générations, les Juifs ont été accusés d’avoir assassiné le prétendu “Fils de D.ieu”, Jésus et ont dû porter la responsabilité de sa mort.

Les théologiens chrétiens ont stéréotypé les Juifs. Au lieu de faire porter la faute sur quelques individus d’un lointain passé, ils ont accusé tous les Juifs de chaque génération pour un crime que leurs ancêtres n’avaient pas commis.  Ce faisant, ils ont apporté une énorme contribution à ce que l’on connaît communément aujourd’hui, sous le nom de racisme. Stéréotyper les gens est un élément central de la construction de ce mal. Quand les Chrétiens brutalisaient les Juifs, ils développaient la prétention perverse que la souffrance des Juifs qui en découlait n’était jamais que l’expression d’une punition divine pour le fait de ne pas reconnaître Jésus.

Parmi les réformistes protestants, Martin Luther, au cours de ses dernières années de vie, s’est illustré en tant qu’antisémite enragé. Il écrivait que les Juifs devaient être logés dans des étables, que leurs livres devaient leur être retirés et que si des Rabbins prêchaient, on devait les tuer sur-le-champ. Luther recommandait également qu’on brûle les synagogues  en l’honneur de Dieu et du Christianisme[1]. De nos jours, le Conseil Mondial des Eglises fait partie des principaux incitateurs à la haine contre Israël[2].

Dans l’infrastructure multiséculaire de l’antisémitisme chrétien, un deuxième type d’antisémitisme s’est développé : l’antisémitisme ethno-nationaliste. Sans le socle de la haine chrétienne, beaucoup, dans les sociétés européennes, auraient vraisemblablement été moins désireux de collaborer avec les assassins allemands dans la persécution des Juifs.

La Ligue Contre la Diffamation a publié plusieurs études portant sur un certain nombre de pays européens, ainsi que sur les Etats-Unis et l’Argentine. Les statistiques établies démontraient  que, même à l’époque actuelle, 26% des Chrétiens croient au canular que les Juifs sont responsables de la mort de Jésus[3].

Avec le développement de la Culture occidentale, l’antisémitisme a aussi subi des mutations. L’anti-israélisme a les mêmes mobiles centraux que les deux précédents types d’antisémitisme “classique”. Dans l’antisémitisme chrétien, les Juifs représentaient le mal absolu à cause de la fausse accusation qu’ils auraient tué le Jésus. Dans l’idéologie nazie qui a suivi, les Juifs étaient le mal absolu parce qu’ils étaient considérés mensongèrement comme sous-humains, nés défectueux, comparables à des insectes, de la vermine ou des bactéries.

Dans la société contemporaine, se comporter comme des Nazis et planifier un génocide représente le mal absolu. Tiré de diverses études, nous savons qu’une vaste minorité de la population européenne veut croire, de manière erronée, qu’Israël a l’intention de commettre un génocide des Palestiniens ou, alternativement, que l’Etat hébreu se comporte envers les Palestiniens comme les Nazis envers les Juifs[4].

Il y a énormément de preuves de l’imbrication continue de l’antisémitisme avec la culture européenne. Rothschild, les Juifs et l’argent sont de sombres associations récurrentes utilisées par les antisémites. Longtemps auparavant, l’Eglise avait déjà accusé Judas Iscariote d’avoir vendu Jésus pour de l’argent. Shylock est ensuite réapparu au sein de la société occidentale comme l’usurier par excellence. Malgré l’extême nocivité du Nazisme, le penseur nazi Martin Heidegger est devenu le philosophe dominant de l’Europe d’après-guerre[5].

Il existe encore bien plus de preuves que l’antisémitisme est intimement entremêlé à la culture occidentale. Dans la post-modernité, beaucoup de nouveaux courants intellectuels  ou idéologiques développent tôt ou tard  des formes d’expression antisémites. Le mouvement des droits de l’homme débordent d’ONG anti-israéliennes. Son organisme le plus important, le Conseil des Droits de l’Homme aux Nations-Unies (UNHRC) est un corps moralement corrompu imprégné d’incitation à la haine anti-israélienne.

Il y a une variété d’autres exemples de mouvements idéologiques contemporains où l’antisémitisme a émergé : quelques exemples : le féminisme en est une évidence[6]. Il en va de même dans certaines parties du mouvement LGBT. Certaines personnes issues de ce mouvement accusent Israël de “pink-washing” ou de recherche de caution “rose”. L’idée prétend que l’offre de droits égaux garantie par Israël à la communauté gay n’est qu’un moyen de détourner l’attention de sa supposée “discrimination” envers les Palestiniens[7]. Le mouvement d’Intersectionnalité vise souvent à la solidarité pour toutes les victimes, à la notable exception des Juifs.

A l’université, les défenseurs du post-colonialisme désigne parfois Israël comme une “puissance coloniale[8]“. Cette appellation constitue une énorme déformation des faits. Le comportement d’Israël envers les Palestiniens ne ressemble en rien aux crimes de masse commis par les colonisateurs belges, britanniques, hollandais, français, allemands, portugais et espagnols contre les peuples conquis au cours des siècles. Ces pays ont soumis des peuples pour faire de l’argent. Les Juifs ont fait le contraire. Ils ont investi de gros efforts et des sommes substantielles d’argent pour ranimer leur terre ancestrale et la relever d’une négligence de longue date.

Le forum à venir sur la Shoah représente une occasion unique, pour ses organisateurs, de présenter publiquement  les messages ci-dessus. Il est honteux que tant d’organisations juives ne soient pas parvenues à insister sur l’imbrication continue de la haine antisémite avec la culture occidentale et de ce que cela signifie pour la compréhension et le combat contre l’antisémitisme contemporain.

Par Manfred Gerstenfeld 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

——-

[1] https://jcpa.org/article/historical-roots-anti-israel-positions-liberal-protestant-churches-2/

[2] www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/11053; https://jerusalemjournal.net/news-and-views/fools-on-the-ground-the-world-council-of-churches-in-israel-and-its-eappi-by-dexter-van-zile

[3] www.adl.org/news/press-releases/adl-poll-anti-semitic-attitudes-in-america-decline-3-percent

[4] For instance: library.fes.de/pdf-files/do/07908-20110311.pdf

[5] https://www.newyorker.com/culture/richard-brody/why-does-it-matter-if-heidegger-was-anti-semitic

[6] http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/18876

[7] www.jpost.com/Israel-News/Ilhan-Omar-Rashida-Tlaib-respond-to-Palestinian-LGBTQ-ban-on-Twitter-599139

[8] https://spme.org/spme-research/analysis/philip-carl-salzman-reflections-on-postcolonial-theory-and-the-arab-israel-conflict/4259/

15 COMMENTS

  1. Il ne faut pas confondre persécution et génocide. Les juifs ont été persécutés par les chrétiens comme des tas de groupes ethniques et religieux dans l’histoire et dans le monde. En 1492, les juifs ont été expulsés d’Espagne mais pas génocidés alors que les chrétiens auraient pu les massacrer jusqu’au dernier. À l’époque on pouvait massacrer en toute liberté. Idem concernant les juifs qui furent expulsés de France et d’Angleterre autour du 13e siècle. Lors de la Seconde guerre mondiale, ce n’est pas pour des raisons religieuses si les Nazis, qui voulaient un Troisième Reich sans “untermenschen” non-aryens, ont massacré des Juifs, des Tsiganes, des Slaves (pourtant chrétiens). Même les juifs convertis au christianisme étaient envoyé dans les camps.

    • Au départ, Hitler voulait envoyer les Juifs d’Europe à Madagascar.
      Il ne voulait pas les exterminer.
      Mais cela ne s’est pas fait, je ne sais plus pourquoi…

      • D’abord c’est un plan Polonais, datant de 1936. Ensuite, ça repose concrètement sur la défaite de la France en mai 40 et à la possession de facto, par l’Allemagne nazie de ses colonies.
        Après, ce n’est envisageable, temporairement, qu’avec l’idée d’une capitulation prochaine de l’Angleterre, -qui contrôle les mers -ce qui n’arrivera jamais.

        Quatrièmement, si on imagine que le Troisième Reich possède la terre entière, dont l’Afrique, et les mers pour déporter outre-mer etc, il n’est plus impossible de concentrer les Juifs n’importe où, et de les ghettoïser en attendant “mieux”.

        Cinq, pour Franz Rademacher, membre du ministère des Affaires étrangères de Ribbentrop chargé des affaires juives, il présente un mémorandum à ce sujet à son supérieur Martin Luther. Son plan détaillait les mécanismes d’évacuation des Juifs d’Europe et prévoyait de garder les Juifs d’Europe de l’Est à Lublin (Pologne) et de déplacer tous les Juifs de l’Ouest hors d’Europe, à Madagascar par exemple.
        Donc la case Pologne et extermination pas très loin, est complètement préservée y compris dans le plan de se séparer des Juifs “occidentaux” et non des Juifs des pays slaves, qui auraient pu connaître le même sort qu’en réalité, alors que celle-ci se dessine…

        Plus prosaïquement, donc le plan a commencé en Pologne, en 39, se poursuit à moitié en Pologne et l’idée d’extermination n’a jamais été très loin non plus.

        Alors de là à vouloir faire passer Hitler, Himmler et consorts pour de joyeux humanistes, il n’y a que des lectures très superficielles pour l’envisager. “Si tu ne sais pas pourquoi”, commence à “réfléchir” (à la nature du régime nazi, par exemple)

        L’idée avait d’abord été évoquée en Pologne en 1936. Une commission fut formée, du nom de son président : la Commission Lepecki. Il y eut même un voyage sur place. Jozef Beck, ministre des Affaires étrangères polonais, en a discuté avec son homologue nazi, Joachim von Ribbentrop (signataire des accords avec Molotov), mais la guerre mis un terme provisoire au projet commun.

        Évoqué en Allemagne depuis 1938 dans des discussions de responsables tels que Julius Streicher, Hermann Göring, ou Joachim von Ribbentrop, ce plan n’est ainsi réellement envisagé qu’à partir de mai 1940, sous l’impulsion d’Heinrich Himmler.

        En effet, la défaite de la France étant quasiment entérinée, se pose alors la question d’un passage sous contrôle direct allemand de certaines de ses colonies. D’autant plus que dans l’esprit du commandement nazi, il est aussi acquis que le Royaume-Uni capitulera rapidement sous les bombardements de la Luftwaffe, et donc que les voies maritimes seront, après un accord de cessez-le-feu, libres des attaques de la flotte britannique.

  2. Mr.
    Vous mélangez la politique, la morale, la Thora, l’histoire, la Emouna.
    Un avrekh débutant ne s’impressionnera nullement de vos vastes connaissances générales car vous ne comprenez pas profondément Hazal, ce qui est naturel, moi non plus souvent ne comprends pas. Nous ne demandons qu’à apprendre !

    Mais vous êtes certain de les comprendre mieux que ceux qui les étudient avec de la Yrat Hashem, nos Sages, ce qui pose un problème, ce que d’ailleurs vous refusez d’admettre.

    Dites ce qui vous chante sur moi personnellement, peu importe… Je suis un Juif simple. Je vous en remercie.

    Mais un seul mot péjoratif de votre ignorance orgueilleuse sur nos Sages me pousse à vous remettre en place.
    Pardonnez moi, ça n’est pas pour moi, mais pour eux!
    Si vous tenez vraiment en entendre plus, écrivez moi, ce sera je crois plus convenable.

    • Vous passez votre temps à nier des vérités historiquement établies, des discours tenus, notoires, donc hormis profiter de votre énorme déni, complice d’un abandon d’une partie importante du peuple juif et d’une sourde complicité avec le crime contre l’humanité qu’on finit par dire “justifiable” sous un certain jour, ou sous forme de culpabilisation des victimes, je ne vois aucun intérêt à poursuivre dans le sens de votre aveuglement.
      IL y a naturellement des passerelles entre morale, politique, Torah, histoire et foi, sans quoi, on est totalement incohérent et désarticulé, sauf pour les gens à vision en tunnel. Je les laisse partir dans le mur.

      • Pourquoi le Rav Ovadia Yossef persiste à diviser les Juifs ?
        Publié le 5 juillet 2009 par Arié

        Une Michna célèbre dans la Guemarra Hagigua (11/2) nous dit: “..On n’enseigne les mystères de la Création du Monde, Maassé Berchith, qu’à deux (étudiants) et le Maassé Mérkava, le Char Céleste et les choses mystérieuses qui gravitent autour, qu’à un seul (étudiant) et encore, s’il est fort avancé et capable de comprendre par lui même. L’idée développée est qu’un maître véritable ne doit dévoiler les grands mystères qu’à qu’à un auditoire restreint et déjà versé dans les choses complexes. De nos jours on appelle cela de la Cabbale. Le problème est que le concept de Cabbale a perdu son sens original qui signifie transmission de connaissance d’un maître érudit à un élève qui l’est à peine moins, pour devenir à peu près n’importe quoi. Les ouvrages, les cours, les faux experts pullulent et tout un chacun de cabaliser à tout va. Au point que des rabbins utilisent des termes “cabbalistiques” dans les conférences diffusées au plus grand nombre.
        Dernier exemple, le Rav Ovadia Yosef, dans son cours hebdomadaire, à la sortie du Shabbat, qui est retransmis sur toute la planète, nous dit en substance que :

        Selon le Ari Zal (Rabbi Isaac Louria), il n’y a plus de nouvelles âmes et que les vivants d’aujourd’hui ne sont que la réincarnation d’âmes passées.

        Les Juifs qui ont été assassinés lors de la Shoah, voir de l’Inquisition ou lors d’autres occasions, ne sont que des des hommes ou des femmes dans lesquels se sont réincarnées les âmes de juifs qui ont fauté dans les générations précédentes. Même le petit enfant qui s’est noyé la semaine passée lors d’une excursion, serait la réincarnation d’une âme qui a jadis fauté. Sachant, rajoute le Rav, que la faute primordiale qui entraîne les châtiments les plus terribles contre Israël trouve son origine dans la faute du veau d’or .

        Le Rav attire notre attention sur la période critique qui se situe entre le 17 Tammouz et le 9 du mois de Av et recommande de bien surveiller les enfants parce qu’un ange malveillant, dont il fournit en passant le nom, règne et sévit en cette période.

        Je tiens cette information du site de Maariv en date du 5 Juillet. Elle appelle d’après moi les commentaires suivants.

        PUBLICITÉ

        Je ne porte aucun jugement sur le fond de la dracha (exposé) du rav Ovadia Yossef; je ne connais rien aux âmes, à leur réincarnation, au nom des anges. je n’ai étudié ni les mystères de la création du monde, ni les très complexes mystères célestes. Par contre j’émets un doute sur l’opportunité de ce discours retransmis par les moyens technologiques les plus sophistiqués aux quatre angles de la terre, et de son impact sur les juifs, lecteurs de Maariv ou autres, rescapés de la Shoah, fils ou petits fils de rescapés, ou plus prosaïquement, ceux qui ne sont pas perméables à de tels propos. Entendre que son grand père a été gazé à Aushwitz parce qu’il avait hérité de l’âme d’un Hébreu qui a réclamé, il y a trois mille ans, à corps et à cri, qu’Aharon lui construise un veau d’or, ne doit pas être du goût de certains juifs, israéliens ou diasporiques. Ca doit, je le suppose leur défriser les poils du bras ou provoquer une poussée d’urticaire. En tout cas cela n’entraîne aucune sympathie envers le Rav Ovadia en particulier, et envers ceux que l’on qualifie de Harédim (ultra religieux), en général. Autrement dit, ce discours a pour conséquence directe de diviser encore plus ceux qui boivent les propos des rabbins et ceux que cela hérisse au plus haut point, comme si le fossé n’était pas déjà assez profond.

        Les discours du Rv Ovadia Yossef, qui sont chaque fois une sorte d’événement hébdomadaire, a touché cette fois un point terriblement sensible. Les Israéliens ont beau être blasés par ses sortie, beaucoup d’entre eux ne lui pardonneront pas ces propos maladroits et inopportuns. Qu’elle est belle la vertu du silence.

        Pour ma part, j’ai quelque peu hésité à publier cet article, car malgré tout, il touche une personnalité rabbinique d’importance, mais, sachant que je suis de toutes façons boycotté par les sites Feuj bien pensants, genre juif.org qui ne conçoivent pas que l’on puisse critiquer les rabbins, je me suis décidé à cliquer sur “enter”. Si Ovadia Yosef veut aborder de tels sujets, qu’il l’enseigne, comme le dit le Talmud, à quelques happy few et non le distiller au monde entier. Ca ne se fait pas.

        • Le problème est que de nos jours le peuple Juif passe des épreuves si rudes qu’afin qu’il garde sa Emouna, nos Rabbins dévoilent des secrets comme par exemple ce que vous venez de citer, Hazak boubaroukh, en effet le livre Shaar Haguilgoulim du Rav Haïm Vital (élève principal du Rav Ytshak Louria) explique très clairement le prix d’une longue liste de fautes commises par des Juifs/ves. (Celui qui renie sa judaïté, qui va avec un/e Goy/a, qui fait des voeux mais ne les paie pas, qui dit mauvaise langue, qui assassine, qui souille ses yeux etc. longue liste…)
          De plus Dieu Lui-même dans la Parasha de Noé à ordonné à Moïse d’écrire qu’Il a détruit le monde entier par le déluge, sans craindre les critiques des médias… Si on faute, dans l’absence de Teshouva, on devra payer selon le tarif d’Hashem, c’est une base de notre foi.
          Celui qui s’obstinerait à le refuser, reviendrait sans s’en rendre compte à exclure Hashem de nos destins respectifs, aussi durs soient ils, ce qui serait un non sens avec la Emouna (foi Juive).
          Le Tana deve Eliahou explique que l’on dit Hashem melekh, Hashem malakh, Hashem ymlokh… car sans exception aucune, tout ce qui se passe est, a été, sera de Hashem.

          Le problème de la confrontation entre preconnaissance de Dieu et libre arbitre des humains se résout grâce aux exemples tels que les frères de Yossef qui vendirent leur frère en disant “Maintenant nous verrons bien qu’adviendra des ses rêves !” (ironie, ils voulaient l’empêcher de régner sur eux). Hashem justement utilisa cette même vente afin de le faire régner sur eux!
          Pareil pour Pharaon qui voulait tuer le futur libérateur d’Israël. Sa propre fille Batia l’adoptant, fit payer la mère de Moïse pour l’allaitement et Moïse grandit sur les genoux de Pharaon, dans son palais!
          Dieu peut tout, maîtrise tout, utilise et canalise nos libres choix afin de diriger Son monde dans les moindres détails, sans contradiction avec le libre arbitre.
          Même les Ashkénazes (les Sages parmi eux) avouent que la shoa a été le prix de fautes. (Declaration d’un Admour, je crois de Kotz, ecrit dans le livre du Rav Meir Shmoueli “Kedoushat Batei Midrash” (il est chez moi, je pourrai plus tard dire la page et les details b”H), aussi du temps du Tossafoth Yom Tov, ils ont fait une question par reve pour decouvrir la raison des emeutes des annees Tah et Tat qui etaient terriblement cruelles. Leur probleme n’etait alors pas de savoir si cela etait du a leurs fautes, c’etait evident pour eux bien qu’ils furent eux-memes les victimes, mais bien de savoir quelle etait la faute essentielle (pour cela il y a un texte “Mi sheberakh” du Tossafot Yom Tov pour benir ceux qui ne parlent pas de choses profanes dans les synagogue, car c’est l’une des 2 raisons que du ciel on leur a devoile en ces jours de propgroms massifs et horribles)
          La haskala a fait éloigner Israël de Hashem, ca se paye, Herzl a exprimé son souhait de voir se convertir au Christianisme le plus vite possible les Juifs afin de “resoudre” le probleme Juif (memoires personnelles de Theodore Herzl, secrets devoiles apres apres que se soient ecoulees plus que 50 ans depuis la creation de l’etat d’Israel), cela coute cher… (J’aime Israel, j’ai fait l’armee en Israel, je ne suis pas antisioniste mais le verite restera la verite)

          Il est donc déjà facile à comprendre que même lorsque des innocents ont été sauvagement torturés et assassinés, il n’y a pas de mal a en chercher les raisons profondes, sans pour autant chercher a accuser quiconque puisque tout Israel sont Arevim (lies, responsables les uns des autres) ni pour innocenter les assassins (lui aussi paira sa note en son temps, Hashem sait faire payer ou recompenser dans le monde de son choix, sans limite aucune)

          Je vous fais parvenir une traduction d’un passage du Zohar Métsora 229b ou Rashbi annoce clairement cet axiome:

          …Ainsi dit Rabbi Yossé, …Rabbi Yéhouda commença à dire : Dans Son grand amour pour Israël qui représentent pour Lui le destin et l’héritage, personne d’autre que Lui ne se penche sur leur jugement à par Lui exclusivement. Lorsqu’Il observe leurs actes (afin de les juger), Il Se remplit de miséricorde (car Il est) tel un père qui a pitié de Ses enfants comme il est écrit : “Tel un père qui a pitié de Ses enfants, ainsi Hashem a pitié etc.” … … Regarde, si (le peuple d’) Israël avait cumulé de bons actes devant Hashem, les peuples idolâtres ne pourraient pas avoir d’emprise sur eux dans le monde. Mais (c’est donc) Israël (qui) engendre l’élévation de la tête (l’effronterie, l’emprise, la menace) des peuples dans le monde. Car si Israël n’avait pas commis de fautes vis-à-vis d’Hashem, les peuples se soumettraient à eux (à Israël, aux Juifs). Regarde, si (seulement) Israël n’avait pas continué à commettre de mauvais actes (fautes, en renforçant ainsi le camp de l’impureté) en Eretz Israël, nous avons appris que les peuples n’auraient (alors) pas d’emprise (force, menace, droits contre nous etc.) en Eretz Israël, et donc nous n’aurions pas été exilés de la Terre (Sainte) etc.”
          Ce passage du Zohar établit clairement le lien de cause à effet entre nos fautes d’une part, et entre la mauvaise emprise des peuples sur nous. Donc il est maintenant clair qu’Hashem nous a dotés d’un libre arbitre dont le bon usage pourrait nous débarrasser de ces peuples, oui, ces mêmes peuples qui osent maintenant lever leur front par leurs menaces, avec leurs propos racistes et méprisants, leur haine incompréhensible… Quoi qu’elle n’est plus si incompréhensible puisque Rabbi Shim’on Bar Yo’haï nous dit très clairement que ce sont nos actes, et seulement nos mauvais actes, nos fautes envers la Thora qui engendrent l’emprise négative des peuples sur nous, et donc leur haine vient justement d’être expliquée ! Hashem leur a donné des forces, mais au conditionnel. Si nous avions fait suffisamment de Téshouva, Hashem les aurait abaissés, Il nous les rendrait dociles et amicaux !

          Le Rav Ovadia zatsal a oeuvre pour reunir Israel, sinon, comment auraient afflue 1,000,000 de Juifs de tous les styles, pratiquants ou non, Sefarades et Ashkenazes… Tous !! J’y suis alle et il y avait meme des Arabes, des Ethiopiens qu’il a reconnu comme Juifs dans son livre Yabia Omer (tandis que beaucoup d’autres… passons…)
          Meme se Halakhot reunissent toutes les coutumes Sefarades dans le but de synchronizer nos coutumes autour du Shoulhane Aroukh (les Kabalistes dissent qu’il etait la reincarnation de Rabbi Yossef Karo lui-meme !!)

          Comment une mouche telle que moi-meme, votre serviteur, pourrait-elle oser elever une critique sur un aigle tel que lui ?!

          Lorsque je n’arrive pas a saisir l’un de ses enseignements (ses livre sont plutot corces, niveau tres eleve en qualite et en quantite), je me dis “Je nai pas reussi a comprendre, b”H j’y arriverai un jour si Dieu veut…”

          Je serais heureux de continuer b”H,
          mais c’est deja assez long comme ca,

          pardonnez mes fautes car je suis au travail,

          alors, a plus tard mes amis !

          נשלח מסמארטפון ה-Samsung Galaxy שלי.

  3. Je me suis souvent fait cette réflexion, que l’accentuation fait sur la Shoah, la fait passer pour un ovni venu de nulle part. Alors qu’effectivement l’antisemitisme a été « banal », au sens de commun, répétitif, dans l’histoire. Mais pas seulement en Occident comme le dit l’auteur, mais aussi en Russie et dans les pays musulmans.
    Je serai d’avis que les musées, memorials de la Shoah se transforment en musée de l’antisemitisme mondial. Imaginons un musée que l’on pourrait parcourir selon deux dimensions, le temps et les pays. Et additionnons les morts, on serait combien aujourd’hui ?
    Maintenant sur un autre sujet, l’accusation « peuple déicide », oublie que tous les autres disciples de Jésus étaient juifs. Pourquoi ne retenir que Judas ? Pourquoi pas « peuple martyr »par exemple. Et la je remarque que la religion chrétienne autoproclamée, généreuse (« tend la joue gauche ») oublie un enseignement fort des écritures : j’épargnerais la ville s’il existait un seul juste.

  4. Vous seriez surprise de lire ce qui est ecrit dans la Guemarra Sanhedrin non censuree par l’inquisition (la vraie…) sur le sujet.

    De plus, le sefere ‘Hassidim (208-209) explique la cause de l’atteinte a nos Sages de memoire benie, voila une petit citation:

    ‘’…Et c’est ce qu’il est écrit dans le livre de Daniel : ‘’Tu as été pesé dans la balance et trouvé trop léger (de Tsédaka.’’ Daniel 5 ; 27(Rashi)). D’autres se moqueront de lui sur le même défaut dont lui-même s’était moqué auparavant. Un jour, un homme se moqua d’un autre qui confondait l’étage inférieur d’une maison avec le supérieur (tant il voyait mal), de tels enfants lui sont nés (des enfants dont la malvoyance ressemblait à celle dont il s’était lui-même moqué).
    Si un jour tu vois la destruction de la maison d’un Tsadik (juste) ou bien d’une Synagogue, ou alors que des non-Juifs ou des impies y habitent (ensuite) de façon déshonorante, sache que des Juifs y habitaient auparavant de façon déshonorante.
    Et ainsi (si tu vois) dans un Beth Hamidrash (maison d’étude de Thora) un comportement inconvenable, sache qu’à la fin il tombera dans les mains d’incirconcis (de Goys qui eux aussi s’y comporteront d’une façon choquante et humiliante à nos yeux, tandis que le souillage produit par des Juifs était 1) plus ingrat mais cependant 2) moins méprisant et humiliant. Tandis que lorsque des Juifs le souillaient cela était plutôt contre-nature puisqu’un Juif est censé respecter son propre lieu saint, les non Juifs par contre s’y conduiront d’une façon naturellement méprisante. En réalité ces Goys ne feront alors qu’exprimer la conséquence d’avoir engendré une nouvelle réalité indésirable mais cette fois sans le bon goût du laisser-aller au mauvais penchant, mesure pour mesure, la monnaie de la pièce : ‘’Puisque vous vouliez tant qu’y règne le mal, et bien voilà donc la mise en scène extrapolée, la continuité de votre mauvaise conduite entamée par vous-mêmes. Et donc le remède aussi ne sera qu’en vous-mêmes, ne vous révoltez-pas contre les Goys et encore moins contre la Thora, révoltez-vous donc plutôt contre votre docilité envers votre mauvais penchant ! Car vous êtes les responsables de Ma création puisque Je vous ai pris en confiance en vous dotant du libre arbitre… En faisant une Téshouva réelle et sincère, vous arracherez à sa racine le mal que vous-mêmes avez implanté.’’).
    Il suffit pour le serviteur d’être comme son maître (comme : ‘’pas plus royaliste que le roi’’ c.-à-d. que nous sommes les dirigeants, les maîtres et les responsables de toutes les conséquences appelées ‘’les serviteurs’’, et donc ces ‘’serviteurs‘’ ne dépasseront pas la cause d’origine appelée ‘’le maître’’, et ainsi les mauvaises conséquences sont nécessairement le résultat d’une mauvaise conduite antécédente. Il s’agit bien encore de la responsabilité du libre arbitre rappelée plus haut. Nos actes sont les vraies causes des évènements, nous sommes les vrais gouvernails du monde et de nos destins par l’intermédiaire de notre libre arbitre).
    Car les non Juifs ne pourront déshonorer la maison de Dieu que si des Juifs les auront précédés comme le dit le verset :
    ‘’Mais elle est donc devenue à vos yeux une caverne de brigands, cette maison qui porte Mon Nom !’’ (Jérémie 7 ; 11)

    Et il s’ensuivit : ‘’Pourquoi as-tu démoli ses clôtures (si bien que tous les passants la dépouillent, que le sanglier de la forêt la mutile, et qu’elle sert de pâture à ce qui meut dans les champs.’’) (Psaumes 80 ; 13)
    Jamais les non Juifs ne pourront faire de mal, sauf si auparavant les Juifs se sont déjà fait du mal mutuellement, et les Talmidé ‘Hakhamim (Sages, érudits) ne seront méprisés que s’ils se sont méprisés mutuellement au préalable, ou bien encore si des gens humilient la Thora et que personne ne les réprimande.’’ (Voir dans Les prisonniers de l’espoir chap. cinquième jour ‘’Satisfait ou prisonnier’’ sur le même sujet de notre responsabilité même des mauvais décrets amenés par des méchants. Ibid. sur Rabbi Yo’hanan qui affirme ce principe, dans le traité de Yébamot 63b, sur les trois mauvais décrets qui nous frappèrent et les raisons qui en furent la cause.)

    Day lehakima birmiza

    • Bof. Un peu simplistes ces sages : s’il nous arrive quelque chose (antisemitisme, Shoah,…) c’est de notre faute, on a fauté antérieurement. « Nos actes sont les vraies causes des évènements » et les autres leurs actes sont les causes de quels événements ?

      • Au contraire,
        Supposons que tu ais raison, ça reviendrait à dire que nous ne sommes pas sous la supervision totale de Dieu, puisqu’on dépendrait alors aussi de la bonne ou mauvaise volonté des peuples qui nous entourent…
        Tandis que si ce sont nos nos actes qui ont engendré la cruauté de ces peuples, c’est cohérent

        Nos Sages disent qu’à la racine du mal est notre transgression, cela explique bien mieux la toute toute-puissance d’Hashem, mais aussi la responsabilité du peuple élu.
        De toutes façons Rabbi Shimon bar Yohaï le dit aussi dans le Zohar, le Likouté Moharan aussi, Maïmonide, Nefesh Hahaïm, tous le disent.
        On est responsable de la création.
        Je te recommande de voir ces cours:

        https://youtu.be/1IMs3lkL52c

        https://youtu.be/4_hDU3Zax3I

        Aussi le livre du Rav Shalom Aroush parle précisément de ce point : Le jardin de la Emouna (foi)

        Il y en a d’autres mais pas tous en Français.

        • Responsables, mais pas coupables. Votre vision assez “hémiplégique” omet (à dessein?) la responsabilité de l’homme en général et légitime des débordements comme ceux des années 90, avec le scandale laissé par les allusions du Rav Ovadia Yoseph tendant à incriminer le monde ashkénaze en général, la Haskala en particulier, d’être “responsables de la Shoah”, en innocentant Adolf Hitler comme “bras armé de Hachem” : voyez-vous intuitivement la grosse bourde qu’il y aurait à innocenter Hitler, voire à en faire unilatéralement l’instrument du Ciel, et culpabiliser les Juifs de l’Est de cette époque de n’en être plus que les “victimes légitimes du courroux D.ivin? Il a fallu qu’il s’y reprenne à plusieurs fois pour dire que ces Juifs étaient morts pour la sanctification du Nom, et qu’on paie toujours pour des tas de bonnes raisons des générations antérieures ou multiples migrations des âmes. Et si, les Allemands, le régime nazi resteront historiquement les premiers responsables et coupables et n’essayez pas de mettre toutes leurs turpitudes sur le dos de ces Juifs-là. La meilleure réponse reste Loubavitch sur ces questions de Shoah : Moshe Rabeinou a vu défiler toute l’Histoire juive devant le Buisson Ardent et a accepté de souffrir avec son peuple, pas de juger : aucun jugement rabbinique sur la Shoah ne saurait dès lors obtenir la moindre légitimité : on a des questions sans réponses et il faut se le tenir pour dit, continuer de questionner, mais pas chercher systématiquement des lignes de fuite faciles pour s’en tirer, sans quoi c’est de la pure manipulation. CQFD

          • Il n’a nullement innocenté Hitler,
            si vous tenez réellement à comprendre (et non comme d’habitude critiquer gratuitement les Grands):
            Likouté Moharane Tora 4 (sur la notion de Da’at, compréhension de la providence Divine malgré l’apparence dure etc.)
            Le jardin de la Emouna
            Tania sur “vayar ki ein ish” (il n’y a plus qu’Hashem, et non Ses envoyés)
            Nefesh Hahaïm (segouja niflaa)

            Faites un effort, on n’a rien pour rien !

          • Vous éludez facilement les questions de fond en vous cachant derrière des citations de textes et des réputations, mais restez incapable de sortir de vos bibliographies à rallonge, démontrant assez que de vous-même et sans s’en référer à tel ou tel, -qui s’est alors livré à une déclaration publique, retransmise sur tous les écrans? sans les précautions oratoires élémentaires, se fourvoyant dans une guerre de communication dont il ne soupçonnait pas les effets délétères, en termes de divisions, désunions, sectarisme, refus de la perception du prochain-, vous ne pouvez faire avancer le débat sans exiger de vos interlocuteurs qu’ils aillent finir leur vie dans telle ou telle yeshiva, séfarade de préférence.

            Or je dis et je redis que, ce Grand en question a dû reprendre plusieurs fois sa formulation préalable pour s’extirper de ce “scandale” (réel ou supposé) : et je redis que ce vénérable homme de savoir s’est largement fait exploiter ; et cela a été souligné clairement à la fin de sa vie, par un entourage politisé et sectaire issu du Shass. Alors faites au moins cet effort d’essayer d’entraver réellement quel est le propos de votre interlocuteur et pourquoi il en parle.

            Après vous nous donnerez des leçons de lecture. Aucun grand ne mérite d’être élevé dans le sens de l’idolâtrie et si jamais l’homme a prêté le flanc à la critique comme ce fut notoirement le cas, il n’y a aucune raison valable de l’encenser de façon démesurée, en tout cas concernant ses dérapages réputés tels. On peut alors mieux en apprécier les défauts et qualités.

            (je le dis : par exploitation d’un milieu qui s’appuyait sur sa réputation -génie décisionnaire à 9 ans en Irak – pour de mesquins gains politiques, opposant les clans séfarades et Ashkénazes, par revendication identitaire : en ce cas, il s’agissait juste de dire que les Uns seraient plus “purs” historiquement du point de vue de la religion, parce que moins touchés par la modernité, et notamment “l’impureté de la mort dans les camps. Ce qu’objectivement rien ne prouve – et qu’ensuite, les autres “avaient mérité la Shoah” : ce qui fut perçu pour ce que c’était : une ignominie et un abandon de 6 millions de Juifs à leur sort, par une double-condamnation : de leur temps et après une deuxième mort spirituelle)

            Un véritable Grand se met au niveau de ceux qui l’écoutent et à leur place lorsqu’il est susceptible de raviver des souffrances indicibles. Je ne crois pas qu’être Grand c’est avoir la capacité d’écraser ceux qui L’entourent. Il n’y a même pas besoin de savoir lire pour le comprendre, il faut juste entendre un cœur battre.

            Après cet esclandre, il m’a fallu des années pour le redécouvrir sous d’autres jours et y percevoir de la grandeur. Mais vous qui adulez sans la moindre critique, ce chemin, vous en êtes privé.

            Jouer les singes savants, c’est permis à tout le monde. User d’un savoir à bon escient dans des paroles mesurées et non perceptibles par autrui de façon “extrémiste”, cela fait partie élémentaire de ce qu’on doit pouvoir extirper de la méditation toraïque.

            Je n’ai fait que dire qu’il y a pu y avoir mauvaise perception et qu’il aurait pu avoir voulu dire ou faire comprendre autre chose, mais que pour le coup, ce n’est pas ce qui est ressorti de la citation directe, cette fois-là.

            Vous vous fourvoyez encore plus profond en déclarant : “il n’a pas voulu innocenter Hitler”, suivi de : sur la notion de Da’at, compréhension de la providence Divine malgré l’apparence dure etc.

            Je dis qu’on ne peut associer dans une même proposition : Hitler et la “providence divine”. Qu’on ne peut pas “comprendre” Hitler sous ce jour. Vous êtes incapable de concevoir cette nécessaire séparation.

            Donc Hitler devient l’apparence “dure”, mais au fond, on doit “comprendre” ce juste retour de la “Providence divine : reprenons : Hitler est une apparence dure de la providence divine.

            Donc, je vous demanderais un minimum de modestie sur un sujet auquel vous ne comprenez rien de rien, en déformant les propos et les intentions des autres pour les besoins de votre démonstration de “Daat” au-dessus des charniers : vous n’êtes pas en capacité de nous “expliquer” Hitler” dans ce Schéma d.ivin, et j’aimerais franchement autant que vous disiez : je ne saurais être formel, mais… (ou il n’y a pas de réponse simple à cette question complexe) Parce que ce n’est pas dans les livres qu’on la trouve, l’explication. J’ai évoqué Moshe Rabeinu partageant l’expérience historique de son peuple sans la juger et vous nous re-balancez vos ignominies mal digérées sans réfléchir. Basta.

  5. Il faut que la définition de l’antisémitisme adoptée par l’IHRA et le Parlement européen soit introduite au moins dans un premier temps dans les législations nationales des pays de la CEE et des USA et des autres démocraties dans le monde.
    Ensuite que des peines de prison ferme soient prévues pour l’utilisation de doubles standards à l’égard d’Israël. Il faudra commencer par poursuivre les faiseurs d’opinion que sont les journalistes, politiciens, artistes, …
    L’antisémitisme n’est pas une opinion mais un crime qui doit être sanctionné pénalement ; les appels au meurtre et à la haine ne sont pas dans le registre de la liberté d’expression.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.