Un compromis viable avec les exploitants du champ gazier Leviathan

0
220

 

 

Le champ gazier Tamar - Crédit photo : Moshe Shai/FLASH90

Le ministère des Finances a décidé d’assouplir sa position dans le conflit qui l’oppose à la société Noble Energy et ses partenaires israéliens au sujet de leur monopole sur les champs gaziers Tamar et Leviathan situés au large des côtes israéliennes. Noble Energy ne sera pas contraint de réduire ses parts sur le champ gazier Leviathan de 36 à 10 %, comme prévu en février.

Pour rappel, le commissaire de l’autorité de la concurrence, David Gilo, a rompu début janvier l’accord de monopole du groupe Delek de Shay Tshouva et de ses associés américains de Noble Energy sur l’exploitation de gaz Leviathan. La décision a eu pour effet de provoquer des tensions avec les pays partenaires de l’exploitation comme les États-Unis et la Jordanie qui ont réclamé des autorités israéliennes « de résoudre le dossier au plus vite ». Des compromis ont été proposés en février, mais l’affaire continue à faire des vagues.

La nouvelle politique qui se profile ne met pas en cause la nécessité de briser le monopole et d’instaurer une compétition sur les champs gaziers Leviathan et Tamar. Notons qu’actuellement Noble Energy et Delek Group détiennent ensemble des participations majoritaires dans ces deux champs gaziers, dont l’exploitation est importante pour le PIB du pays, comme en témoigne un rapport récemment publié par la Banque d’Israël. Mais deux clauses de la nouvelle politique proposée par le ministère des Finances et celui des Infrastructures, de l’Énergie et des ressources hydriques ont été modifiées pour répondre aux protestations des compagnies exploitantes. Noble Energy pourra conserver 36 % des parts de Leviathan. En outre, le ministère des Finances et M. Gilo désiraient que les deux compagnies entrent en concurrence en vendant le gaz de Leviathan séparément, mais les autorités ont décidé de renoncer à cette demande.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.