Tsahal gonfle le nombre de soldats Haredi pour atteindre leurs objectifs de recrutement

Des recrues religieuses, mais pas ultra-orthodoxes, voire complètement laïques, ont été dénombrées par la division de recrutement de Haredi afin de doubler les chiffres peu enthousiasmants, selon l’enquête menée par la KAN.

Ynet|
Mis à jour le: 12.04.19, 10:46
L’armée israélienne a gonflé pendant des années le nombre de recrues ultra-orthodoxes afin d’atteindre l’objectif de recrutement de soldats Haredi, a rapporté mercredi le radiodiffuseur national israélien KAN.
Selon le rapport, la division du recrutement des Haredi de l’armée israélienne aurait essentiellement «fabriqué» les chiffres en comptant les recrues religieuses (qui ne sont pas ultra-orthodoxes) et parfois même laïques, afin de satisfaire aux critères requis.

Haredi près du centre de recrutement des FDI

( Photo: Reuters )
L’enquête, menée par la journaliste de Kan News, Carmela Menashe, a révélé qu’en 2017, le nombre officiel de recrues chez Haredi (selon les informations de Tsahal) s’élevait à 3 070, soit 130 de moins que l’objectif de 3 200 recrues fixé par le gouvernement en 2016.
En réalité, toutefois, 1 300 soldats seulement étaient ultra-orthodoxes, soit moins de la moitié du chiffre indiqué.
Six ans auparavant, en 2011, le nombre de recrues signalées s’élevait à 1 200, alors qu’en réalité, seuls 600 soldats étaient d’origine Haredi.
En 2018, l’administration Haredi de l’armée israélienne, créée la même année, a commencé à compter de manière indépendante le nombre de recrues ultra-orthodoxes. Ils ont découvert des écarts importants entre leurs chiffres et ceux officiellement signalés par l’armée au cours des années précédentes.

Haredi proteste contre le recrutement obligatoire des FDI

( Photo: AFP )
Ils ont constaté qu’en 2018, seuls 1 650 soldats ultra-orthodoxes avaient été recrutés, soit près de la moitié des chiffres officiellement communiqués par les militaires l’année précédente.
En conséquence, les responsables de l’armée ont apparemment demandé au chef de l’administration, le lieutenant-colonel Telem Hazan, de communiquer un nombre différent, plus proche de celui rapporté en 2017.
Selon le communiqué de presse officiel, le nombre de recrues de Haredi selon Tsahal, s’élevait à 2 480 personnes, soit 20% de moins qu’en 2017 et 800 de moins que l’objectif de recrutement fixé pour 2016 pour l’armée.
“Les forces de défense israéliennes ont récemment découvert une erreur dans notre système de comptabilisation des soldats ultra-orthodoxes”, a déclaré l’armée dans un communiqué. “Dès que nous avons pris conscience de l’erreur, nous avons tiré les leçons de la définition d’une norme pour pouvoir dénombrer les recrues ultra-orthodoxes “.

Soldats Haredi priant

Soldats Haredi priant
Le chef d’état-major de Tsahal et le ministre de la Défense ont été informés du rapport faisant état de chiffres de recrutement inexacts.
“Le mensonge qui a été révélé ce matin est particulièrement troublant”, a déclaré Uri Keidar, directeur exécutif du mouvement Israel Hofsheet (Be Free Israel). “Ce bluff numérique est à l’origine de la discrimination à l’égard des femmes dans l’armée et a nui à l’ordre de service commun, soi-disant pour respecter le grand nombre de recrues ultra-orthodoxes », a-t-il déclaré.
“Un gouvernement qui continue d’éviter de traiter la question de la religion et de l’État, aura entre ses mains un État qui se ment à lui-même en ce qui concerne l’armée, le mariage et les transports en commun le Chabbat
Première publication: 10:46, 04.12.19
—–

La plaie ouverte de l’enrôlement ultra-orthodoxe ne s’améliore pas – analyse

La loi définit comme ultra-orthodoxe tout homme ayant entre 14 et 18 ans étudié pendant au moins deux ans dans un établissement d’enseignement ultra-orthodoxe.

Des centaines d'anciens combattants Haredi des FDI ont participé au salon de l'emploi et de la recherche universitaire «Profession for a Lifetime» à Jérusalem (crédit photo: ITZIK BELNITSKY / MINISTÈRE DE LA DÉFENSE)
Des centaines d’anciens combattants Haredi de Tsahal ont participé au salon de la recherche universitaire et de la profession «Profession pour le temps d’une vie » à Jérusalem
(crédit photo: ITZIK BELNITSKY / MINISTERE DE LA DEFENSE)

Bien que le scandale, révélé mercredi, du nombre apparemment gonflé de haredim enrôlés dans l’armée israélienne n’ait pas été aussi dramatique qu’on le pensait au départ, il souligne néanmoins un point important : le problème n’est pas en cours de résolution.

Parmi les diverses allégations statistiques figurait un fait qui était dissimulé depuis longtemps – à savoir que la définition de qui est qualifié de haredi dans la loi de 2014 sur la conscription ultra-orthodoxe était beaucoup trop large.

La loi définit comme ultra-orthodoxe tout homme ayant, entre 14 et 18 ans, étudié pendant au moins deux ans dans un établissement d’enseignement haredi (“ultra-orthodoxe”).

Cette définition, promue par les partis ultra-orthodoxes, signifiait qu’un garçon ultra-orthodoxe qui avait quitté la communauté ou qui était en marge de la communauté, en premier lieu, serait toujours inclus dans les chiffres de Tsahal concernant la conscription ultra-orthodoxe.

Lorsque Tsahal a procédé à un examen de leur processus de dénombrement des recrues haredies (ultra-orthodoxes), elle a estimé que cette définition était trop large, puisqu’un grand nombre des recrues considérées comme ultra-orthodoxes ne menaient pas réellement un style de vie haredi (au moment de leur conscription) et ne faisaient pas partie du processus, en particulier des unités ultra-orthodoxes (ou Heder) de Tsahal.

Jusqu’à présent, on croyait que des progrès constants, même s’ils n’étaient pas spectaculaires, étaient en cours pour augmenter les taux de participation ultra-orthodoxes au service militaire, avec des estimations selon lesquelles environ 35% des hommes ultra-orthodoxes effectuent un service quelconque.

Or, même ces réalisations sont apparemment incorrectes et il semble que les progrès accomplis en matière de création d’une plus grande égalité sociétale entre les secteurs laïques et sionistes-religieux qui servent et le secteur ultra-orthodoxe ne le soient pas.

Si l’on se souvient de la lutte politique actuelle autour de la conscription haredie, la situation devient encore plus préoccupante.

Les modestes objectifs de conscription présentés dans le projet de loi soutenu par le leader de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, étaient censés augmenter les recrutement ultra-orthodoxe de 8% par an pour les trois premières années, de 6,5% pour les trois années suivantes et de 5% pour les quatre années à venir”.

Mais le taux de croissance de la population haredi étant de 4,4%, les objectifs seraient difficiles pour atteindre des niveaux de conscription acceptables.

Gardant à l’esprit que les objectifs de la loi précédente ont été manqués par une marge encore plus grande qu’on ne le pensait auparavant, comme l’ont apparemment révélé les divulgations de mercredi, l’idée que l’égalité sera plus grande à court, voire à moyen terme dans la part du fardeau militaire, semble encore plus fantaisiste.

Depuis que la Haute Cour de justice a décidé pour la première fois que les exemptions générales du service militaire accordées aux étudiants ultra-orthodoxes de yeshiva sont illégales, le pays a cherché un moyen de remédier à ce problème.

Deux décennies plus tard, il semble que trop peu de choses aient été réalisées pour remédier à cette plaie ouverte d’inégalité dans la société israélienne.

11 Commentaires

  1. Combien de temps la société israélienne pourra supporter un tel fardeau d’une énorme masse de population qui ne travaille pas (ou très peu) ne fait pas l’armée, vit de subventions et n’assure pas une éducation professionnelle à ses enfants?

  2. Il ne faut pas obliger les religieux à faire l’armée mais il faut les pousser à étudier autre chose que la Thora et à travailler (plus). L’avenir d’Israel en dépend. Il ne faudrait pas qu’Israel devienne une sorte de ghetto peuplé majoritairement de juifs pauvres et assistés, et déconnectés du monde moderne.

    “Israël a une population de 9 millions d’individus mais, selon le rapport, un nombre « exceptionnellement bas » de personnes – moins de 130 000 – contribuent à conserver l’avance de l’économie et les soins de santé dans le pays. La nation dépend donc d’eux.”

    https://fr.timesofisrael.com/fuite-des-cerveaux-et-baisse-de-la-productivite-en-israel-rapport/

  3. @ Marc
    Les chiffres, pas les estimations.
    Moi je suis vtciste à Paris. Il paraît que ce serait une journée noire ce jeudi… :
    il y a eu 27 kms de bouchons au lieu des 270 habituels de tous les jours, et des 500 prevus hiers!!! Soit 5% de ce qui était annoncé.
    De même que les VTC allaient se régaler… Les prix sont les mêmes que d’habitude, les temps de parcours allongés (évitement des manifs).
    Alors, vraiment, les chiffres, pas les “ce serait, ça devrait, on peut dire”… Et ne mélangeons pas les satmer, netourey karta etc, des fossiles imbéciles (je pèse mes mots) qui considèrent que Moshé Rabenou Z’l s’est trompé en anticipant qu’il y aura, après lui , des nouveautés à légiférer.

  4. Je pense qu’à partir du moment où l’on oblige quelqu’un à aller contre sa volonté et ses profondes convictions on n’obtiendra rien de lui (juste une attitude hypocrite). Et en cas de conflit, cette personne ne sera d’aucune utilité voire même un poids.
    Chacun sa place, les Haredi ont choisi une vie bien différente de l’ensemble de la population israélienne, pourquoi alors ne pas leur laisser le choix. Je comprends que pour certains cela peut ressembler à du favoritisme, car le service militaire n’est pas facile, mais peut-on demander à un religieux de porter les armes et de tuer alors que sa vie entière est consacrée à suivre la Torah.
    sur le même exemple, en Europe pourrait-on demander aux prêtres catholiques de prendre les armes et de tuer un humain. Non, je ne le pense pas.

  5. Il serait peut-être tant de cesser de répéter bêtement cette terminologie, conçue pour nous nuire, bien entendu…
    Des mots comme ” colons, colonies, Cisjordanie, ultra-orthodoxe, occupation, apartheid”.
    Que nos hainemis en abusent, c’est compréhensible, mais que nous-mêmes, nos réseaux dits sociaux, nos médias emboitent le pas ?
    Je voudrais que des “experts” nous expliquent qu’est-ce qui différencie un (soldat) orthodoxe d’un soldat (“ultra”) orthodoxe !
    Un turbo dans ses tefilinnes ? Un talith à 6 coins ? La taille de la barbe ? Il dort sur une planche à clous ? On ne rentrera pas dans cette polemique merdique servant à diviser le peuple juif. Les regles de conscription sont inscrites en clair dans la Torah, et, bien sûr, Elle a prévu les rôles, autant pour les combattants que pour les priants, et pour ce qui font les 2,en temps de guerre et en temps de paix, pour les guerres “facultatives” et pour les guerres “dites” impératives ! Et même les circonstances pour les nouveaux mariés, les moins braves etc…

    • Libre à vous si, derrière les mots,vous vous réfugiez pour faire semblant que toute divergence au sein du peuple juif et israélien est”un coup monté”, un “piège linguistique”,tendu par de méchants désinformateurs extérieurs, qu’il suffirait de déjouer pour que miracle,aussi tôt le problème cessât d’exister! Faire semblant de ne pas vouloir comprendre que 90% du peuple sacrifie ses enfants qui peuvent tomber à Gaza, au Liban ou sur n’importe quel théâtre extérieur,et que 10, 15 ou 20% passe ses journées dans les livres, dans des quartiers réservés comme Mea Shearim, sans jamais vouloir frayer avec la “Plèbe”, tout juste bonne à mourir pour eux et que cela pose un énorme problème d’inégalité et de privilèges divers. Refuser de voir les problèmes, c’est de la parfaite hypocrisie,au nom de”l’unité”, Omerta, censure, n’en parlons plus, cela nous ferait reprendre des gros mots. Le problème posé est celui des Haredi qui ne font pas l’armée, à tel point que celle-ci en est venue à maquiller les chiffres,tellement l’écart-type ne variait pas plus qu’auparavant. Au nom de “l’unité”. A cause de ce même problème, impossible de générer un gouvernement d’union nationale, Lieberman refusant de s’asseoir à côté de cette espèce protégée. Maintenant, vous pouvez retourner vous plonger la tête dans le sable. Evoquer les problèmes de fond de la société israélienne,c’est”antijuif”! Avec des raisonnements d’irresponsable bien installé sur son clavier, c’est sûr, on avance à fond!

      • Donnez-nous donc le nombre des ‘Haredim qui devraient faire leur service et qui ne la font pas.
        Ensuite, les “non-‘Haredi” qui le font.
        Ensuite les “religieux” qui le font.
        Et nous aurons une quotité reelle, et calculée, et pas des chiffres à interpréter suivant qui les manipule. Car les dégâts démagogiques occasionnés par cette interprétation sont bien plus grave que l’absence de ces “tir au flanc” (rires).
        Je prétends que les vrais étudiants sont les garants de la sollicitude divine, et qu’il faut que le peuple juif soit capable d’animer, de CONCERT, les mains et la voix, cf. Yts’hak qui au moment de bénir, a pu le faire parce qu’il a perçu que cet “inconnu” était capable d’avoir et “les mains d’Esav ET la voix de Ya’akov”.
        Retirez la voix, et que reste-t-il ? Vous croyez vraiment qu’Ysraël est toujours là grâce à ses seuls militaires ?

        • “Les modestes objectifs de conscription présentés dans le projet de loi soutenu par le leader de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, étaient censés augmenter le nombre des recrues ultra-orthodoxes de 8% par an pour les trois premières années, de 6,5% pour les trois années suivantes et de 5% pour les quatre années à venir”.2ème partie de l’article ci-dessus.

          Sachant qu’une famille Haredie fait,en moyenne 8 enfants, une famille hilonie en moyenne 2 à 3, quelle sera la tendance dans 2 générations? Sur le plan militaire, sur le plan économique, etc. Tous ces “haredim” ne sont pas des génies en Torah, mais simplement placés là par tradition, “parce que c’est comme ça” : le Rav Amsallem préconisait qu’on retienne les meilleurs et qu’on en fasse la crême de la crême dans leur domaine. Mais que les 3/4 feraient mieux de trouver un chemin intermédiaire, un pied dans le monde “moderne”, à “illuminer” tous ces laïcs qu’ils détestent foncièrement,et l’autre dans l’étude, à certaines heures de la journée. Là,alors emprunterait-on la voie d’Esav et de ses”mains”!!!!

          “Les”vrais”étudiants”?Combien sont-ils? Un quart?

          Si de telles mesures de renvoi vers le creuset de l’armée, ont été prises, c’est pour rééquilibrer la démographie de demain et assurer l’avenir du peuple juif. Les Satmar and co font sécession au sein du peuple juif. Ils n’appartiennent pas aux quatre espèces qui se mélangent à Souccot ou posent des questions à Pessah. Alors, au fond, qui sont-ils? Des Martiens ou plutôt des Vénusiens? La Torah n’est pas évaporée dans des sphères”grecques” ou platoniciennes, mais un guide pour des réalisation terrestres concrètes. Spiritualiser la matière, notre environnement, ensemencer.

          • Il n’y a d’ailleurs pas besoin d’en faire des stratèges ni des forces spéciales aux baïonnettes affûtées : sachant que les gens de Diaspora ont, de plus en plus, la flemme de prêter leur concours dans des volontariats civils (parce qu’ils ont le statut de”victime assistée” aux yeux de Tsahal), les besoins logistiques sont énormes et parfaitement compatibles avec l’étude : x heures d’études, x de main d’oeuvre… Pas besoin de tuer qui que ce soit. Il suffit d’aimer son peuple et de concevoir de contribuer à le défendre.

            “Donnez-nous donc” : Rien ne vous empêche de les chercher, ils sont largement disponibles. Par déduction, sur cet article, on voit clairement que c’est au moins du simple au double. Ensuite,on affine sa recherche.

          • Cet article sort justement durant la parenthèse où Naftali Bennett est aux commandes de la Défense. En tant que militant sioniste-religieux, ancien commando, s’entendant très bien avec Aviv Kokhavi, on a une rare occasion de donner “un coup de pied dans la fourmilière “et de faire avancer le dossier. Ensuite, on va retourner aux bons vieux conflits rhétoriques entre les partis religieux défenseurs des “planqués” contre avantages financiers, et les Lieberman ou Yaïr Lapid, juste là pour jeter un peu plus d’huile sur le feu…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.