Transferts de technologie: les clés de la réussite israélienne

0
562

Israël obtient des résultats vraiment remarquables dans le domaine des transferts de technologie.

L’écosystème israélien et notamment le Technion fait désormais référence dans le monde.

Les établissements d’enseignement supérieur doivent doubler leurs efforts de recherche et d’innovation axés sur le marché et leur engagement dans le monde commercial, sinon ils risquent de perdre leur pertinence.

«Les collèges qui n’intègrent pas les innovations axées sur le marché dans leur ADN nuisent énormément à leurs étudiants, qui devront inventer leurs propres emplois».

Les bureaux de transfert de technologie israéliens ont généré plus de revenus sur les ventes de propriété intellectuelle que tout autre pays en dehors des États-Unis au cours des dernières années. Harvard et UCLA ont choisi des Israéliens expérimentés pour diriger leurs bureaux de transfert de technologie ces dernières années.

Le budget de recherche du Technion, d’environ 90 millions de dollars, représente une fraction de celui du MIT, mais les revenus issus  de la commercialisation de la recherche sont globalement similaires.

Une des raisons spécifiques de son succès dans le transfert de technologie réside dans la concentration des efforts de deux éléments distincts de l’État.

L’armée israélienne concentre ses efforts de recherche sur un petit nombre de domaines, y compris le big data et le cryptage, tandis que le secteur universitaire se concentre sur tout le reste.

La biopharmacie est l’un des domaines clés du secteur universitaire. L’industrie israélienne des sciences de la vie est particulièrement forte et a connu une croissance phénoménale au cours des dernières années.

Selon l’organisme israélien Advanced Technologies Industries, il existe actuellement environ 1 600 entreprises du secteur des sciences de la vie en Israël, employant 83 000 personnes. De ce nombre, près de 1 400 ont été créées au cours de la dernière décennie.

La rapidité et l’agilité, associées à un cadre national solide qui donne la priorité à la suppression des obstacles bureaucratiques, sont parmi les principales raisons pour lesquelles Israël domine dans ces sujets.

Il faut penser à avoir une flotte de petites, d’identifier  où sont les opportunités et à réagir rapidement.

Les budgets limités et les petites équipes étroitement ciblées génèrent souvent des approches innovantes et gagnantes dans la recherche et les petites entreprises dérivées.

En effet, confrontés au ” rien est acquis ”  on se doit d’être rapide, disruptif, créatif et audacieux.  Sortir des sentiers battus inclut de nouveaux moyens d’obtenir un financement.

Une nouvelle tendance  intéressante est le nombre d’universités qui développent maintenant leurs propres fonds de capital-risque.

Le Technion, par exemple, est en train de réunir un fonds de 200 millions de dollars pour ses propres activités de recherche.

Il n’y a pas de miracle, synchronisation des acteurs et transversalité.

Les universités fonctionnent souvent dans des délais de 10 ans ou plus, alors que les sociétés de capital-risque fonctionnent dans des fenêtres beaucoup plus courtes.

Les sociétés de capital-risque cherchent à entrer et à sortir rapidement de leurs investissements tout en facturant le maximum de frais de gestion.

Les universités doivent s’engager plus étroitement sur le marché, et  le gouvernement doit également investir dans une recherche plus pure avec des institutions de niveau supérieur et que les deux ne s’excluent pas mutuellement.

Après tout, la recherche fondamentale est un élément fondamental du rôle des universités.

Technion – Israel Institute of Technology

Cependant, même à ce niveau, la recherche doit avoir une relation avec le marché et un engagement plus précoce avec le secteur privé.

Traditionnellement que de nombreuses recherches académiques finissent par «chercher des problèmes à résoudre» alors que ce devrait clairement être l’inverse.

Établir des liens entre les chercheurs et le secteur privé est essentiel,  le processus comme un «sport de contact».

Israël est un pionnier dans les bureaux de transfert de technologie, organisations qui recherchent, développent et commercialisent activement le savoir-faire accumulé dans les institutions publiques telles que les collèges et les hôpitaux, transformant les brevets en produits commerciaux.

Les bureaux de transfert de technologie joueraient un rôle majeur dans le soutien du secteur des sciences de la vie en Israël, avec de nombreux brevets, sociétés d’essaimage et accords de licence dans l’industrie, émanant de huit universités de recherche et de onze instituts de recherche répartis dans tout le pays.

En 2017, les bureaux de transfert de technologie israéliens ont déposé 604 demandes de brevet et ont participé à la création de 39 entreprises en phase de démarrage.

Muriel Touaty

 

Source: www.forbes.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.