Spéculations : Netanyahu refuse l’invitation d’Obama ©

Obama ayant refusé de le rencontrer l'an dernier en mars, voici donc la réponse du berger à la bergère...

2
228

Photo : Hey man! tu m’as bien regardé, là? 

La Maison Blanche se dit “surprise” de la décision du Premier Ministre d’annuler son séjour à Washington, dans la seconde moitié du mois de mars (le 18 théoriquement), alors qu’il était invité à rencontrer le Président des Etats-Unis.

NDLR : Au-delà de l’affrontement de personnes qui s’achèverait par une fin de non-recevoir “vexante”, il faut peut-être y voir le refus de Netanyahu de subir le dernier assaut des pressions de la part d’Obama, en fin de mandat. 

En effet, selon un article du Wall Street Journal de ce matin, mardi 08 mars, Obama envisagerait le scénario suivant : “Les Etats-Unis pousserait Israël, devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, à arrêter toute construction dans les implantations sur les territoires disputés et à reconnaître Jérusalem-Est comme la capitale de l’Etat (Islamique, pardon) Palestinien… Les Palestiniens devraient, en retour, reconnaître Israël comme Etat Juif (ce qui n’est pas prêt d’arriver) et mettraient fin à toute revendication de retour des réfugiés palestiniens” [Ce qui reste irréaliste depuis le début des “négociations”]. Ce scénario entraînerait l’instauration de deux Etats fondés sur les lignes d’armistice de 1949, avec des échanges de territoire visant à refléter les changements et mouvements de population depuis le… demi-siècle dernier et plus… On voit donc qu’Obama se rêve encore en “Grand Homme ” établissant une “paix définitive” et pouvant prétendre à un poste de Secrétaire-Général de l’ONU, afin d’assurer ses vieux jours… Netanyahu ne veut sans doute pas se prêter à une telle mascarade, dont le risque d’échec est patent, à l’heure de l’anomie complète qui frappe la rue palestinienne soumise à diverses incitations, dont celle du Fatah, du Hamas et de l’Etat Islamique…

En outre, Netnayahu risquerait d’être pris à témoin dans une campagne présidentielle qui bat son plein, entre divers candidats républicains, le parti ligué contre le “loup dans la bergerie” Donald Trump. La moindre de ses rencontres en coulisse serait considérée comme un soutien et ferait l’objet de spéculations ultérieures. Cette position tranche avec la campagne 2012 où Bibi Netanyahu avait semblé prendre faits et causes pour Mitt Romney. Or les Républicains n’ont pas encore fait leur choix. Le sortant Obama compte désormais très peu dans les préoccupations israéliennes sur ce que devient l’Amérique. D’autre part, Obama ayant refusé de le rencontrer l’an dernier en mars, voici donc la réponse du berger à la bergère…   

 

 

Le Premier Ministre Binyamin Netanyahu a décliné l’offre de rencontrer le Président américain Barack Obama à la Maison Blanche, ce mois-ci le 18 mars et annulé son séjour à Washington, selon ce que d”calre la Maison Blanche, lundi.

La décision de Netanyahu de mettre son veto à sa visite aux Etats-Unis a marqué le tout dernier épisode d’une relation plus que tendue avec Obama, qui doit encore surmonter leurs profondes divergences, du fait de l’accord nucléaire avec l’Iran de l’an dernier, entièrement dirigé par les Etats-Unis, alors que Téhéran demeure l’archi-ennemi d’Israël. La Maison Blanche affirme que le gouvernement israélien avait requis une rencontre entre Netanyahu et Obama, soit le 18, soit le 19 mars et qu’on lui a proposé le 18 mars, il y a deux semaines.

 

PM Netanyahu and President Obama in the Oval Office, Photo:Avi Ohayon
Le PM Netanyahu et le Président Obama dans le Bureau Ovale, Photo:Avi Ohayon

 

“Nous allions de l’avant dans l’organisation de cette réunion bilatérale et nous avons été surpris d’apprendre d’abord par des reportages dans les médias, que le Premier Ministre,plutôt que d’accepter notre invitation, avait opté pour l’annulation de sa visite”, déclare Ned Price, le Porte-parole de la Maison-Blanche, dans un communiqué envoyé par e-mail. “Les reportages disant que nous n’avons pas été en mesure d’organiser le planning du Premier Ministre sont faux”, dit-il.

La Maison Blanche a annoncé le planning d’Obama disant qu’il se trouverait à La Havane les 21 et 22 mars pour une visite historique destinée au rapprochement vers la normalisation des relations avec l’ancien adversaire de Washington durant la Guerre Froide.

Il n’y a eu acun commentaire de la part du bureau de Netanyahu au sujet de cette annulation, qui survient également au moment où les deux alliés proches luttent dans le cadre de leurs délégations d’un programme de défense et d’aide à destination d’Israël d’une valeur de dizaines de milliards de $. La chaîne 10 israélienne, citant des sources anonymes israéliennes, a affirmé que la décision de Netanyahu de renoncer à ce voyage semble surtout motivé par la réticence à être perçu comme cherchant à s’ingérer dans la campagne présidentielle aux Etats-Unis, puisque tous les candidats pourraient chercher à le rencontrer à Washington.

Netanyahu a aussi senti qu’il y avait peu d’affaires à concrétiser au cours de ce séjour, étant donné que le nouveau Mémorandum d’entente sur les questions de défense “est loin d’avoir abouti à ce stade”, selon la 10ème Chaîne. Plusieurs médias israéliens ont cité des responsables israéliens disant qu’on n’aurait pas trouvé le moment approprié pour cette rencontre, juste avant le départ d’Obama pour Cuba.

Il était prévu que Netanyahu se rende en visite à Washington ce mois-ci, non seulement pour rencontrer Obama, mais aussi pour s’exprimer devant la Conférence annuelle du lobby pro-israélien aux Etats-Unis, l’AIPAC. Par le passé, il s’est déjà adressé à ce groupe de pression via satellite.

Le Premier Ministre a livré un discours devant le Congrès américain en mars dernier, qui était très critique de l’accord nucléaire avec l’Iran sur le point d’être conclu et Obama avait alors refusé de le rencontrer durant cette visite, dans ce qui avait été très largement perçu comme une manière de snober le Premier Ministre israélien comme “quantité négligeable”.

Mais, depuis, les deux dirigeants se sont rencontrés à la Maison Blanche en novembre et ont cherché à réparer ces rapports difficiles. Au cours de ces derniers mois, les divergences à propos de l’aide en matière de défense ont souligné ces tensions continuelles depuis l’accord avec l’Iran.

Netanyahu et ses lieutenants ont suggéré en février que si Israël était dans l’incapacité d’obtenir un bon accord avec Obama, l’Etat Hébreu pourrait attendre l’élection du prochain Président pour s’assurer de meilleures conditions. L’actuel programme d’assistance à la défense israélienne expire en 2018. Les deux bords cherchent une prolongation avant qu’Obama ne quitte la Maison Blanche en janvier 2017.

Le Vice-Président Joe Biden, en voyage de cinq jours au Moyen-Orient, doit rendre visite aux dirigeants israéliens cette semaine et rencontrer Netanyahu afin d’en débattre avec lui, ainsi que de la situation en Syrie et dans la région.

 

Reuters

Publié le : 08.03.16, 08:59 / Israel News

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

2 COMMENTS

  1. Obama veut ménager la chèvre et le chou, il n’a pas de ligne politique franche. Netanayou ne se laisse pas faire, et il a raison, œil pour œil et dent pour dent !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.